Sangha asiatique de tendance gandhienne qui s'occupa des études de quelques temps commençant autour de la protection de la sécheresse en Afrique
(voir travaux chinois et vietnamiens pour l'irrigation en Afrique, dont le syndicat est partiellement issu)

L'assemblée réfléchissant aux problèmes soulevés par une quantité considérable d'orphelins

  Le projet consistait à établir des liens au sein des adhérents de l'Association (gandhienne à l'origine) particulièrement à travers les orphelin(e)s, même si ceux-ci appartiennent à des régions ou nations différentes d'Afrique, d'Europe, d'Asie, etc. .

  L'Association était vue comme indépendante. Elle dépendait de l'école du Supérieur (après le décès des colonelles K.) qui le premier pris en charge leur vision d'un monde des orphelins dans le futur, et instruisit de jeunes cadres Maliens, Congolais, etc.

  Elle visait à préparer l'Afrique à compléter les ressources d'éducation, de soutien moral, etc. , des orphelin(e)s en surveillant leur intégration au sein de familles d'accueil et à faire se connaître des orphelin(e)s de tous milieux et de niveaux de vie différents afin qu'ils(elle) trouvent entre-eux des moyens de réconfort, des idées réciproques, et plus tard deviennent des cadres actifs(ves) de la Fédération luttant contre la sécheresse. Son action s'est arrétée fin 2009.

Origines de l'école

Le soutien amical aux francophones

GWA

Photo : transmetteurs au temple de la première sangha (sur la mer), réfléchissant aux directions de l'avenir.