La longue course des Messagers

Nous savons très peu de choses sur elle.

Tout ce que nous savons est que les minorités opprimées entendirent le Pas des Messagers.

La poursuite de la Fondation [*] par les groupes minoritaires
 

Ndlr

1a - Dont la fédération B.B.B. est la représentante au nord.

1b - Aperçu de la Fondation (regarder à "reverdi").
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

  Les Messagers qui revenaient des territoires gandhiens ( voir égt. assistants venus de la mini fédération maritime fondatrice [*] ) ont déversé dans l'Alliance une somme de connaissances dont peu de mouvements ont eu la chance de bénéficier.

On dit que certains étaient capables de duolocations, plusieurs témoignages soit du premier chef religieux, de personnes de l'espace public n'ayant rien à voir avec le mouvement, de foyers d'immigrés et d'autres personnes encore, en ont attesté. Toutes les personnes parlaient spontanément du "frère jumeau", ou de la personne qui était passée par les lieux quelques jours ou quelques semaines auparavant, et qui avait effectué des actions étonnantes complètement différentes de celles du Messager, devant les militants l'accompagnant.

Les minorités simples ont d'abord pensé qu'ils marchaient par deux. En fait, les uns apparaissaient à certains endroits. Quand la police vichyssarde arrivait sur les lieux ils réapparaissaient à d'autres endroits, toujours pour le bénéfice des minorités. Ils avaient toujours disparu comme s'ils n'avaient jamais existé, quand elle arrivait. Quand l'un apparaissait à un endroit, des sympathisants extraordinairement étonnés d'entendre qu'ils étaient à un autre endroit, téléphonaient parfois pour vérifier. Le même homme y était effectivement. Le témoignage se brouillait aussi. Impossible de vérifier s'ils avaient été vraiment simultanément à deux endroits différents ou plus et si c'était le même homme.

A l'époque de la grande répression sur la région trappiste, les militants qui accompagnaient souvent les Messagers, souffraient que souvent les cars et les voitures de la maréchaussée qui pullulaient comme des sauterelles en s'acharnant à raffler les jeunes décharnés partout sur les places et les lieux de repos, se retrouvaient derrière ou devant le véhicule des Messagers. Mais celui-ci était imperturbablement calme et serein. Aux militants effrayés qui s'attendaient à être arrêtés dans la seconde suivante ils disaient amusés: "Il ne vous arrivera rien".

Très longtemps les militants ne comprirent pas comment il était possible de n'avoir jamais été arrêtés alors qu'ils étaient reconnaissables à des kilomètres avec leurs capuches et leurs silhouettes de jeunes.

En fait, bien des années plus tard, on s'aperçut dans les registres de police lors de certaines ouvertures de commissariats, qu'ils étaient remplis de paragraphes vierges (ne comportaient aucune annotation) aux jours et aux heures où les patrouilles qui étaient pourtant d'une densité extraordinaire n'auraient pu normalement que voir la voiture du Messager qui se trouvait à de multiples endroits.

 On compris alors que les forces vichystes "ne voyaient tout simplement pas" la voiture du Messager et de ses déplacements, ou du déplacements de ses "clônes". Pour eux, son espace de sérénité et de celui des premiers résistants l'accompagnant, était un trou dans la vision: ils étaient tous complètement transparents ! les forces de raffle n'avaient jamais vu l'espace et la sorte de bulle de paix du ou des Messagers à quelle que place qu'ils aient été ! Ils pouvaient être collés sur leur voitures pare-chocs contre pare-chocs de tous les côtés: Les jeunes résistants les voyaient, mais le sens de réversion était totalement différent: les forces de raffles des jeunes passaient leurs regards à travers eux mais ne pouvaient pas les voir. Voilà pourquoi les Messagers sour(i)aient de leur effroi !

On dit aussi que la recherche des jeunes résistants fut dès lors de faire comment pour traverser le(s) temps qui permettai(en)t de le ou les rejoindre (évidemment par la confiance dont sont capables les humains appartenant aux civilisations ancestrales), alors que les Messagers professaient semble-t-il la démarche solide, mais inverse des prophéties antérieures (cf. Le dernier Supérieur pour la Rassuration qui annonçait la venue du Dernier Messager).
 
 

Ndlr

Comme certains oiseaux, la fédération est d'abord née sur la mer (dans les régions d'origine certains membres s'étaient déjà rassemblé une première fois dans une sangha).
 
 

 Puis certains groupes maritimes minoritaires firent renaître à terre l'idée B.B.B. dont ils désignaient les membres comme Nouveaux habitants francophones, en atterrant les derniers fous de vichysmes sumériens avant [..].
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Note: ceci est également appelé bilocations.

 Il semble que les pages les plus anciennes du site y faisaient allusion. Cf. Barque des premiers nouveaux apôtres, "miracle" dont la connaissance intime était apparemment possédée par les fondateurs.