Les messagers SETH auraient peut être utilisé des embranchements méta-psychiques (allusion à un "collage" entre univers différents, d'autres types "d'embranchements" [..] quelquefois appelés abusivement "temporels"), des sortes de routes de "lumière" (qui ne sont pas de la lumière physique) ..

  Evoquons ici l'inclination des communautés qui souhaitent aller vers le bien, le respect, la compréhension réciproque (ce qui est en liaison également avec les plus anciennes cosmologies comme celle de Zoroastre, etc.).

   Après nos erreurs, selon nos réorientations intérieures successives, il n'appartient qu'à nous par exemple de reconnaître nos défauts manichéistes et la nécessité de les amoindrir tous, les uns et les autres (cette opération s'appelle retrouver et rechercher sans cesse la compassion en termes boudhiques ou de ses choix personnels, un exemple ici).

   Si nous croyons en une Déesse ou un Dieu, nous sommes cependant sans doute ignorants de la façon dont les prophètes ont réorienté les possibilités de l'Humanité pour son bien ?

   Comment comprendre ceux dont on soupçonne qu'ils purent par moments opérer une métempsychose à travers le temps (d'après textes et sans aucune critique une simple interrogation, certaines anomalies d'influences ou du temps sur [ou dans] la vie des prophètes, et leurs duolocations).

[..]

  Il y a d'un côté les partisans de la valeur unique de leur tribu (si vous avez compris le sens boudhique, il faut aimer toutes les tribus [*]. Ce sont les extrémistes qui ne pensent pas en termes de fraternité humaine étendue mais en terme de fraternité à l'intérieur de leur tribu, région, pays, ..). Pour leur faire dire leurs croyances profondes réelles, il suffit par exemple d'un accident. Alors d'un seul coup vous les verrez oublier toutes les valeurs qu'ils faisaient croire qu'ils croyaient jusque là (amour des autres juré sur leurs livres religieux, etc..), pour ne s'attacher qu'au mythe de la tribu (spécialement leur tribu) nécessairement dans le "BIEN" contre d'autres tribus dans le "MAL" d'après eux.

  Ceci montre que les croyances des politiciens et de bon nombre d'élitistes ou de sectaristes sont en profondeur des croyances racistes et non pas des croyances universelles (ils n'ont que des connaissances livresques qu'ils assortissent à leur propre langue, à leurs proches et à leur propre tribu) : fondamentalement ils ne comprennent pas les fraternités croisées. Dans le terme "les fraternités" ils n'entendent que des 'confraternités' (de type Klu Klux Klan), des assemblées d'une seule fratrie. Alors que ce dont nous parlons renvoie à des fraternités (ou au moins des liens d'acceptation et si possible construisant un respect réciproque en suivant de bons sages) entre groupes différents, entre régions, pays ou civilisations différentes. Dans "la fraternité" ils ne voient malheureusement que la fraternité à l'intérieur de leur tribu ou d'une sorte de tribu plus ou moins élargie (leur groupe, leur pays, etc.) comme vérité sure et établie, et rien d'autre malgré tous leurs discours en trompe-l'oeil.

 C'est ce qui fait qu'il existe dans la création d'un côté ceux qui entretiennent constamment les cycles de violences, fausses contre-violences à d'autres violences, en réduisant les rares religions tolérantes à des mythes sectaires et tueurs. Mythes basés la plupart sur les fausses dichotomies BIEN-MAL et accessoirement sur les technologies, et le déni de l'"autre différent". Ceci constitue une première partie de l'Humanité.

  Miraculeusement, il y a peut être une façon d'apaiser ces cycles basés sur la réduction de l'Homme a de la matière (voir Lakshmi ou Ordre vert défendant la religion verte). Une façon qui fasse que le procédé réagisse sur le(s) système(s) de choses et apaise les composantes néfastes en son sein. Il s'agit d'un paradoxe. Du pouvoir d'une assemblée non-violente de femmes et d'hommes éparpillés sur terre, par rapport à ceux n'aimant que les paroles béquilles de haine de l'autre.

  Les fondateurs ont eu à connaître et à reconnaître ces voies supérieures de et pour l'Humanité. Cf. par exemple pari no 1.

  La méditation (ce que certaines religions appellent la prière) est un de ces moyens. Peut être ce moyen (nous parlons ici de la méditation bouddhiste notamment). Il y aurait tellement plus de choses à dire ici. Les enseignements bouddhistes sont immenses à ce sujet aussi nous y renverrons.

  Par ce moyen il est possible que nous, les hommes et les femmes de tolérance, puissions apaiser les tenants extrémistes ayant leurs propres crédos réducteurs déshumanisants (proposant ce que nous appellons de faux choix antinomiques). De réinitialiser de grands cycles de vécu difficiles d'humanité par des aubes de Paix. Il s'agit bien à l'intérieur de chaque grand cycle de décroiser les croyances névrotiques (celles qui promeuvent le déni des autres), d'annuler leurs tentatives contre les fraternisations humaines, et au contraire de promouvoir toutes les poussées d'Humanité de centaines, de milliers voire de millions d'hommes, de femmes, et si possible de toutes celles des enfants.

En ce qui concerne l'Alliance seulement (chacune et chacun est évidemment libre d'étudier sa propre weltanschauung)

Instituts historiques (l'Alliance ne sait pas où ils sont à cause du sac de Hué et d'autres événements analogues).

Routes des "éclairements" (il ne s'agit pas de lumière physique mais des éclairements intérieurs)
 

Ndlr

* Encourager les tribus a-manichéennes, ne pas parler (ou seulement par l'exemple) aux sectes ultra-manichéennes, ne pas répondre à leurs provocations verbales et autres. Quand leur vient des questions (après un bon laps de temps), prodiguer l'apaisement.