Supporters du Toit du monde   Archives issues des discours lointains du passé qu'on peine à entendre encore sur les bandes du parti.
La circumambulation du trio fondateur profondément dans l'Himalaya (déjà à l'intérieur d'Agartha)

Contexte général de l'aspect révolutionnaire du mouvement

Les jeunes bonzes sympathisants qui protégeaient les premier(e)s résistant(e)s

Passages par les régions frontalières du Pakistan et de l'Inde

(De la part du NSD, localisation reconstituée pour la première partie, situation géographique approximative: il existe une tribu Kashar sur le haut Ladakh - environ 2500 habitants, ville la plus proche Tsikahl-, au Nord de l'Himalaya, près de la frontière du Cachemire et de la province tibétaine de Chine, dont les habitants ainsi que les coutumes sont d'ascendance grecque et turque, au contraire des populations hindoues environnantes. Il est possible qu'il se soit agi d'eux à un moment donné lorsque les jeunes fondateurs ont fait allusion à une halte parmi des minorités ethniques ... résistantes", ou qu'ils aient cherché à rejoindre les anciens bureaux.

  Il existe par ailleurs un passage moins haut (4200 m?) là où se trouve la source du Gange.

[..]

.


Récit de la part des fondateurs et fondatrices

[..]

"On entendit ces noms envoyés dans une tempête de neige :

Sus aux 'abominables ..' , 'ab- hominidals', 'abou-mini-dal' , 'abomini-stals' ..
  des neiges.. !

Ah! Nous les avons encore manqué."
 

  Il est possible comme ils le firent ou pour des raisons diverses (soit de vouloir rallier de plus grandes hauteurs, de passer au Pakistan, ou de passer à un point de passage obligé pour rencontrer quelqu'un) qu'ils soient passés par là. Un fragment tel que ci-dessus montre qu'ils étaient encore plus loin).
 

Ndlr

1 - Renvoyait prophétiquement à un chef du D.A.L. en France, que l'une des fondatrices allait rencontrer quelques années plus tard.

2a -  A cette époque, les jeunes supporters [2b] étaient en train de rejoindre le Camp de la Non-Torture représenté sur terre par d'anciens lamas, proches ou capables de comprendre le Gandhisme [2c].

2b1 -  Soutenus secrêtement par la bienveillance et la protection de l'ancêtre Tathagata [2b2].

 Interprétation légendaire plus récente, sous forme manga.

2b2 - "Tata" dans certaines langues africaines (que devait connaître Ekiwa)  signifie "ainé".

2c - Ce sont quasiment les seuls représentants capables de le faire. Nara et Chan ne se sont pas trompés. Simplement, leurs poursuivants avaient du retard. Il semble d'ailleurs que ces derniers n'ont jamais réussi à rattraper ce retard d'analyse jusqu'à la fin de la première période (l'Alliance reprenant ces anciennes archives n'a pas compris durant longtemps les causes exactes de cette poursuite)..

Pour les autres aspects - les bagages et les messages qu'emportaient ces jeunes gens - les archives (bien entendu du côté gandhien sympathisant), ces archives ne les mentionnent pas.

De toute façon, les poursuivants ont été traîtres à tous les camps. Par exemple, ils auraient prétendu qu'ils soutenaient les Tibétains mais ce n'est que de l'intox. En fait ils voulaient se servir des Tibétains pour écraser la Chine, mais les Tibétains n'ont pas besoin d'eux. Voir à ce sujet le sens de la Déclaration du Dalaï Lama, encore confirmée récemment, bien des années plus tard.

Les f.n.v. que chacun reconnaîtra en France, n'ont qu'un seul but sur terre: déstabiliser le monde et rétablir leur domination. Et par là-même effrayer les gens, causer des troubles, exporter toutes les vilénies contenues dans la noirceur de leur âme. Ce sont des démons au faux discours au contraire de certains autres alliés qu'on peut croire. Même si en apparence ceux qu'ils nomment comme leurs représentants officiels ont des alliances avec des régions dans le camp du Bien. En fait ils sont isolés, et aucune des Nations civilisées ne saurait les reconnaître (cf. cas de l'Inde, des petits pays faibles qui luttent pour leur survie - et malgré tout de temps en temps également pour la survie d'autres petits pays, Cf luttes du Vietnam pour libérer le Cambodge par exemple).

  Le camp du Tiers-Monde et de la non-Torture malgré ses défauts - la plupart du temps temporairement importés par une pollution psychologique issue des époques de la colonisation - existe.

   Les f.n.v. en prétendant défendre la race blanche et les lynchages de noirs de la part du Klu Klux Klan, ne fait qu'ignorer l'existence du Camp de la Paix et les réflexes culturels similaires de ces pays pacifiques entre eux (cultural area). Il se dessine un deuxième camp non-colonisateur, composé de ces pays et de ceux du Tiers-Monde de l'Amérique latine en passant par l'Afrique et englobant les régions à sensibilité arabo-musulmane tout autant que bouddhiste et chrétienne (les vrais chrétiens).

Les f.n.v. n'ont pas voulu la Paix à la frontière entre ces deux mondes. Notamment la paix incontournable en Palestine. Mais le camp du Tiers-Monde et de la Non-Torture, si ! Même au péril de la vie de ses militants.

Conclusion ci-dessous

  Il faut se battre pour ce deuxième monde alternatif coopératif et négociatif !

  Le camp du Tiers-Monde et de la Non-Torture est le prototype du deuxième monde coopératif alternatif. Mais ses fondateurs se sont fait torturer.

  Ses membres entendent des mots d'influence étranges en arrivant en France comme si le vichysme était une valeur positive, et le syndicat peine à se faire entendre. Sa démarche jamais ni exactement définie ni lissée qui part du sacrifice des premiers fondateurs historiques et le mahatma Gandhi, en passant par la Révolution Verte, pour aboutir et se faire reconnaître un jour du côté Européen, est malaisée. Les agricultures ne sont pas les mêmes, les gens sont différents, les réflexes de brimades économiques sont partout présents, mais il prend en compte que les nouveaux citoyens ont des problèmes. Il croît également sentir un souffle, des interrogations, une volonté commune et un peu comparable aux élans d'origines qui ont résisté à l'oppression d'autres hitlériens dans le temps. Tout cela n'est pas facile à gérer pour le camp du Tiers-Monde et de la Non-Torture. Du temps de la guerre de libération de l'Asie, de l'Algérie, etc., ses dirigeants ont été emprisonnés et torturés de toute part. C'est pourquoi il a longtemps été en train de se ressaisir et de contacter ses propres forces plutôt que de pouvoir réellement prendre des initiatives vers les nouvelles forces. Il leur prodique néanmoins ses encouragements.

Il espère que de nouveaux jeunes viendront rendre visite à ses représentants et peut être tenter de renouer ou de continuer une bonne entente, via les courants allemands de l'Alliance, par exemple entre les pays francophones résistants et les pays nouveaux: Inde, pays émergents, etc..

Le syndicat continue donc sa vie de son côté, et les nouveaux français devront choisir leur voie.

Les néo-hitlériens (dont font partie les anciens français vichystes) quant à eux, n'ont pas fait que du bien à l'Europe, aux cultivateurs et aux nouveaux français (la jeunesse française).