L'épisode du golfe de Karachi
Image ci-contre: le colonel jeune et sa copine dans les hauts de Karachi (le colonel avait le teint clair. Autre photo plus approchante ici)

Un épisode dans la période des luttes de la résistance de branches du mouvement et de Massoud et une explication de l'émergence plus tard des coalitions du Tiers-Monde et des pays émergents, à la première conférence de Cancun de 2003

L'échec du sauvetage de coopérants français
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

L'échec du sauvetage de coopérants français

 Les ouvriers et ingénieurs qui travaillaient au Pakistan auraient sans doute pu être sauvés.

 Mais du fait que les services secrets jacobins jouaient toujours à cette date là à revers des alliances traditionnelles, l'opération de sauvetage ne put avoir lieu. Cet épisode est mentionné ici. Contrairement à ce qu'à tendance à croîre le public non informé baigné dans la propagande lénifiante, ce genre d'épisodes laisse des traces douloureuses longtemps après les faits. Les services (dont on devrait dire que secrêtement ils ne peuvent pas se détacher d'actions liées à des services maîtres), ont dans ces périodes des attitudes négativistes ridicules. Il y a ici un problème de formation que l'on ne soupçonnait pas (sans compter les marionnettes supérieures qui ne sont que bêtement manichéistes par ignorance noire elles aussi).

Ndlr

1 - Comme depuis la traitrise de 1941 (en plein dans l'époque sumérienne. Ce n'est encore qu'après 2002 que cette ère passera lentement).
 Les services vichystes jouaient donc toujours l'alliance avec les traîtres aux françaises les ayant bombardé à Saint Lô et Rouen.

2 - C'est à dire de la France en tant que Nation des Lumières, avec le monde humaniste (le [deux]-tiers-monde donc).
  Alliances contre nature, voir également ici
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La fin du Premier Messager

(D'après rapports des marines compétentes, non ennemies des nouveaux blocs résistants à la conférence de Cancun).

".. Enfin le sous-marin de classe Viktor émergea sain et sauf de la rade de Karachi".


   Il s'agirait ici de l'épisode de lutte du colonel contre le torpillage effectué contre son sous-marin par une bande néo-fasciste, juste avant sa disparition dans les dédales sous-marins d'une proche cité engloutie.

Ci-contre, Nara participant aux opérations de sauvetage


Et selon les sources russes, au moment où la partie était gagnée (cf. intox. du croiseur lourd),

le colonel vert rencontra la force noire du camouflage (était-ce un poulpe géant l'aveuglant d'un jet d'encre qui aurait fait qu'il n'aurait pu éviter un roc sous-marin ?) qui tenta de le couler définitivement" (ci-contre, premières recherches). Cf. égt. ici, le récit allégorique de sa disparition.
 

Ndlr NSD:

 On reconnaît ici l'oeuvre des n.c.p. (récit reconstitué d'après témoignages).

 Certains extraits peuvent être confirmés. Un objectif secondaire est sans doute de nous faire comprendre que les marines alliées du camp de la Mer [1] rassemblées dans le golfe de Karachi ne voulaient aucun mal à l'O.S.C. (l'O.S.D. d'origine), ni aux anciennes forces manichéistes.

  L'explication selon laquelle cette tentative de faire porter toutes les responsabilités du putsch sous-marin de Karachi (et en général de tous les putschs) par les PVD et les pays pauvres du Tiers-Monde de la part des forces noires de la manipulation, ce qui aurait énervé ces mêmes pays pauvres et qui auraient créés à la suite les groupes des 21 et des 90 à la conférence de Cancun de Septembre 2003, est donc plausible.

  On retrouverait ainsi la vision qu'ont eut des fondateurs mythiques avant de disparaître (voir ici) pour les circonstances de cette vision.

Circonstances de la fin du messager Viktor (pas de celle de Riyadh et des autres).

Ndlr

1 - Les pays leaders de la défense des pays du Tiers-Monde et des P.V.D. (80% de l'humanité).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


 Chacune et chacun sait que les colonel(le)s du monde Marxiste ont disposé de submersiles comme celui ci-contre. Ils pouvaient donc être beaucoup plus protecteurs des populations que le petit exécutant Jambon (nom françisé) qu'il a fallu que les forces Marxistes récupèrent en Corée pour le rendre à ses maîtres. Ils pouvaient effectuer des exploits qui échappent à notre compréhension ou échapper par exemple à toutes les tentatives frénétiques de localisation des forces néo-nazies (les f.n.v.) en restant tapis dans des endroits secrets.

 L'histoire toute simple qui nous fut rapportée de Karachi était que le colonel avait utilisé un hydravion (spécial) sous la couche nuageuse, pour amerrir et passer dans ce sous-marin (ou un autre vaisseau). Les sympathisantes et sympathisants indiens ont peut-être légérement enjolivé les faits en pensant à la présence d'un disque de Shiva protecteur (ou 'vortex') venant occulter le transbordement aux yeux des satellites tueurs (1). Puis la légende s'est emparée des faits réels (2).

Un passage profond

Notes:

1 - Ou bien plus prosaïquement, l'hydravion avait probablerment été simplement muni d'une couche de peinture sur la partie supérieure des ailes, le rendant invisible aux radars de ceux-ci.
  Cf. documents classifiés de la Révolution.

2 - Voir ici le panorama de l'histoire.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


(voir aussi recherches de jeunesse des fondateurs socialistes mythiques du comité tiers-mondiste d'origine)

   Depuis lors, après que des techniciens aient longtemps étudié et réétudié les derniers enregistrements des échos radars,

  des voix ont dit que le colonel vert de l'O.S.C. aurait très bien pu s'échapper hors du Nautilusque de classe Viktor avant qu'il n'entame une plongée dans les abysses (cf. chambres d'éjection pour l'équipage, à bord de ces sous-marins).

Cf. égt. Autres dires des assistants de l'officier vert

2002-2003 (les journalistes amis) -  Les recherches se sont poursuivi du côté de ses amis, vers Buenos-Aires, l’Argentine, dans les pays socialistes, etc.., si par hasard, quelqu'un l'aurait recueilli. La recherche d'indices s'est poursuivie à travers les mers, étant donné le passé maritime du colonel Viktor (et des supputations sur une appartenance indirecte qui aurait été la sienne).

Autre version d'une fin du Green Crusader

Quelques liens

Echappée des jeunes fondateurs
Autre vue d'une (apparemment) ile
Autres rapports
Le dernier voyage du colonel Viktor (après avoir échappé aux troupes néo-nazies à travers les ruines immergées d'une atlantis indienne)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La proposition de mesure de protection de la part du camp vert qui fut repoussée

 Les fnv, toujours fous de manichéisme envers tous les peuples extérieurs et les appelant toutes et tous indistinctement "communistes" repoussèrent l'idée d'être des intermédiaires vers les régimes ultra-manichéistes néo-sumériens dont ils dépendaient. Par contre, suivant leurs méthodes d'intoxication psychologiques habituelles ils émirent sur les ondes: "Le colonel lui, il court après le carat Chinois".

 Outre, que cette intox est ridicule concernant la poursuite de la richesse matérielle (ou de l'attentat de Karachi), on peut penser qu'effectivement le colonel revenait d'une mission concernant le graal bleu (ou vert) de guérison (dont l'écrin seulement, ressemblait à un joyau étincelant).

 On voit bien aussi la haine atavique des fnv envers les chinois.

Ndlr: on peut penser qu'une semblable mesure de protection fut proposée par le camp vert avant le 9/11.