L'ANCIEN CAMP AMI DE LA S.A.S., POUR LA PAIX

(Le combat de la S.A.S. contre les S.A. - Camp probablement connu des existentialistes. Epoque située après le 2e reich et avant la fondation de l'Alliance par les fondateurs d'origine ayant émigré vers l'Inde et d'autres pays socialistes, à travers les hyperliens)
(le camp ne devint un camp gandhien d'ouverture qu'après le message des gandhiens dans l'Himalaya)

   , encore noté parfois dans ces colonnes "le camp de la dissidence pour la paix", ou les membres du comité oriental et membres à la fois de l'agence océanographique tiers-mondiste naturelle disparue.

  Cette aile était composée des membres de la SAS (Sri Aurobindo Society) et des sympathisant(e)s. Parmi ces sympathisants figuraient des socialistes de la résistance internationale et des gandhiens attachés à la personne du Mahatma, et c'est la raison pour laquelle ces faits ont longtemps été cachés. Vous trouverez ici une description de la SAS qui a survécu, ainsi que dans le site des gandhiens de la résistance. Quand on parle de l'ancien "Camp" de la dissidence, on parle en fait de la SAS et des sympathisants qui n'ont parfois jamais été révélés.

  Par quelques fragments disséminés ici et là autour de notions comme l'agence océanographique par-delà les mers, "la Mère", "le nodus de philosophie", l'évocation du calme et de la maîtrise géopolitique de paix, l'obligation d'effectuer de la contre-infoleise pour protéger les femmes, les enfants et les populations, vous pourrez vous faire une idée de ce camp. Il est vrai qu'il a eu des centaines de tendances politiques en Inde, mais ne vous inquiétez pas.

   Après la S.A.S. il y eut un continuateur qui dut faire courageusement front tout seul quand tous les autres camarades et toutes les résistantes de combat étaient tombées. On dit qu'il fut simultanément sage gandhiste et siddharta. Ce fut maître Setoki. A la fin du 20è siècle, comme beaucoup de jeunes occidentaux se fidélisant étaient pris d'effroi et craignaient que le bon bouddhisme multi-millénaire anti-manichéiste protecteur ne succombe sous les avançées des nouveaux barbares ne misant que sur la technologie, il rassura chacune et chacun en resituant clairement la situation globale ainsi:

"It is fighting of Siddharta against killing machines"

"Mais n'ayez crainte, le bouddhisme ne succombera pas !"

(traduction: "C'est le combat de Siddharta - l'aspect d'armure de Gautama Buddha - contre les millions de dispositifs tueurs. Mais n'ayez crainte, le boudhisme est aujourd'hui dans une phase actuelle de résistance").

On peut croire que le camp des fidèles de la S.A.S. a disparu, mais dans les années 2000, via certains secrétaires campagnards peu doués mais pleins de dynamisme pour la continuation, il a encore proposé un plan de paix pour le Moyen-Orient.

Les fidèles qui étaient attachés au Mahatma
Les sources de la résistance
La suite d'enfer, les calvaires de la résistance gandhienne sur les routes du tiers-monde, après l'assassinat du maître

[..]

(20xx)

Les temps sont dans le Changement, les conditions d'une ancienne prophétie chinoise sont en passe d'être remplis, où l'ont été par et lors de la création de l'Alliance. Rien n'est hasard. Les fondateurs ont décrit cette prophétie, bien que personne ne les ait compris au départ.

D'après ce que vous aprendrez par ailleurs sur l'Infoleise, vous verrez que le Camp participe encore réellement à alerter sur les dangers potentiels, lors des crises par exemple. Il a de très grandes aspirations pour le Futur et sa gouvernance de l'Humanité dans l'esprit de Sri Aurobindo et de Gandhi à de bonnes destinations de paix, mais son développement (en 2006, à l'époque où furent écrites ces lignes) n'est pas encore acquis. Si ce site vient à disparaître, rapprochez-vous de la SAS ou de l'Ecole.

Cf. descriptions imagées dans forces et luttes historiques. Prochainement (dans les siècles suivants) il s'agira peut être du ralliement et de la lutte de plusieurs civilisations, dont la civilisation française, pour participer aux travaux remarquables de la société et du camp.

  On dit que Nara rejoignit la SAS dans les années 1920 avec des copines de classe.
(cf. égt. Brimades des nazillons d'Assas contre la S.A.S., via Marguerite Duras, à son retour en France. Voir aussi)

  Particularité

  Comme les jeunes sociaux-démocrates français dépendaient encore du Camp dans les années 20xx, les opposants ont cru pouvoir réifier les catégories en se nommant eux-mêmes

  le combat des extrêmistes contre la solidarité des jeunes sociaux-démocrates

  En fait il ne s'agit pas exactement de cela. Il s'agit comme il est écrit à plusieurs endroits dans ce site, d'un combat plus large:

  Le combat de la SAS et des gandhiens résistants contre les forces de torture d'opprobre dont les actions tendent à la chute de l'Humanité

, quelquefois appelé encore le combat de la SAS contre les S.A. dont vous trouverez un écho ici, de la part d'un des fondateurs fameux ayant appartenu à la SAS.

  Il y a des cas insoupconnés de prétextes par les forces extrêmistes pour poursuivre les jeunes fondateurs souhaitant créer de nouvelles formes social-démocrates (cf. tendances à la fusion entre les branches d'origine) et cherchant à suivre ce qu'étaient les recommendations (la voie indiquée par) pour les socialismes gandhistes pour le 3e millénaire (cf. open-socialisme que l'on croyait défunt et camps associés), lorsqu'ils furent attaqués par ces opposants extrémistes criminels (des néo-nazis dangereux responsables des pires tortures et exactions).  Ils furent reconnus par les fondateurs comme les forces jeunes travaillant pour la décolonisation.

  Il est connu que les tortionnaires coloniaux enfermaient en prison des gens de toutes catégories n'ayant rien à voir entre elles. Ainsi par exemple dans des pays éloignés, lorsqu'ils étaient politiquement potentiellement dans un centre de 'gauche' (pas loin de la gauche, mais gênant ceux de la droite extérieure néo-nazie. En fait n'étant pas de gauche, mais de droite par rapport aux forces locales, ou en exportant un esprit de solidarité de gauche plus vers la droite), des anti-sociaux-démocrates les ont accusé parfois de soutenir des minorités 'à la manière de' gens de droite et accusés quelque peu d'être des 'autoritaristes' (cf. le Camp vu comme, les Forces de la Dissidence pour la Paix, contre les camps de la non-évolution, ainsi notés à cause des millions de morts - entre 50 et 100 - causés par famines et esclavages dans les pays du Tiers-Monde), ce qui est impossible, mais de par leur attitude intransigeante (ou inébranlable) en faveur des peuples pauvres (cf. le camp des Sociaux-Démocrates d'ouverture aux nouveaux français et à la nouvelle France). A toutes les époques, les officines d'extrême-droite les ont torturés. Malgré que cela ait existé dans les années de guerre froide, cela semble hautement anormal de nos jours à l'encontre des membres fondateurs d'un mouvement ressemblant étrangement à un mouvement de gauche et soutenant les peuples et les populations (cf. situation du colonel et de sa femme les dissidents fondateurs, quelquefois appelés 'people Franck' en l'honneur d'une jeune résistante juive nommée Anne Franck). Malheureusement les f.n.v. francophones se sont avérés tellement rétrogrades qu'on ne s'étonne plus de rien au sein de l'Alliance (cf. leurs maneuvres louches et ignobles en tout genre).
...
  Ces combats des fondateurs se sont déroulés ailleurs . Nous y faisons quelquefois référence de façon allégorique à travers des contes situés dans le temps et dans l'espace, car tout ne peut pas être clairement dit.
  L'Alliance voudrait bien croire par une attitude de modération, qu'en ce qui concerne les actes de répression sauvages (le parti suit une position universelle contre la torture), il ne s'est agi que d'attitudes 'autoritaristes' contre des partisans (pas nécessairement d'un parti de gauche), comme disent les f.n.v. . Cependant on favorisera la résurgence des extrêmes en fermant les yeux sur le mauvais comportement de ces adversaires masqués, qui ont opéré contre l'Alliance durant si longtemps. Cependant celle-ci ne pourra parfois que donner des indications (à l'occasion d'une nouvelle crise par exemple), car généralement les choses ont été préparées depuis longtemps en sous-main (par ces agences). D'une façon générale, l'Alliance à une similarité de positions avec la Ligue des Droits de l'Homme. Les jeunes générations comme les anciens, doivent donc parfois mesurer la complexité des faits et des décisions, et comprendre les consignes de prudence dans les jugements.

  Pour reprendre l'exemple de l'Indochine, après la proclamation de la république à la veille des années 1880 et à la suite des exemples coloniaux britanniques, un courant de projection s'est opéré en suivant l'idéologie des bureaucrates jacobins qui après avoir pris le pouvoir en métropole et entendaient bien faire de même outre-mer. Ce courant de pensée a paru prévaloir tout au long de la période d'occupation, quand on tentait de remodeler ces sociétés au nom du Progrès tout en les tenant en lisière au nom d'un darwinisme culturel.
  Par exemple en Cochinchine, elle a rattaché des provinces khmères au Vietnam. En Haute-Région, elle a attribué à l'administration vietnamienne le berceau des peuples Thaïs, rebaptisé Dien Bien Phu. Il n'y a pas lieu ensuite de s'étonner des chocs en retour de l'Histoire!
  Comme conséquence, il est quasiment encore interdit de raconter en films les vraies versions des guerres d'Indochine, que ce soit du côté occidental ou du côté Vietnamien. Il en est de même du côté Algérien et dans d'autres pays où l'occupation coloniale a duré plus d'un siècle.

L'administration a en quelque sorte tracé à l'époque pour les générations futures par quelques traits de plume les frontières du non-parler réciproque entre communautés et entre citoyens. Ce sont les mêmes maux dont paraissent souffir encore aujourdh'ui les minorités issues des mouvements migratoires en provenance des anciennes colonies, tandis que les citoyens dans leur ensemble souffrent de la dépendance par rapport à la centralisation du pouvoir. Tous ont en fait les mêmes soifs de vérité et de changement par rapport à des institutions républicaines vieillissantes et quasi claniques.

  Il faut prendre le temps de réfléchir sur la lourdeur des mécanismes (tortures, répressions, manipulations, ..) et l'inertie de réflexes qui ont duré si longtemps. L'Alliance a peur que les jeunes aient encore été récemment sans le savoir les jouets de certains de ces héritages, et des modèles insidieux de mise à l'écart.

  Les fondateurs people Franck seront vus par certains comme des libérateurs (des ouvreurs en vue d'un intérêt pour la France), par d'autres (les NV) comme des communistes, des révolutionnaires, des empêcheurs de tourner en rond, des ouvriers, des shoas, à abattre.

  La destinée à des détours surprenants parfois. Certains jeunes se verront instinctivement comme des gens de droite en tant que défenseurs de la Liberté, et pourront être récupérés sans le savoir presque immédiatement par des néo-fascistes, alors que si on leur explique que l'Alliance accepte les jeunes de droite qui aiment la Libération, ils ne deviendraient sans doute pas d'extrême-droite. Ceci pour expliquer que les officines extrêmistes qui connaissent parfaitement les paroles enjoleuses et les manipulations, c'est à dire les déplacements de populations des shoas, ont le jeu facile par rapport à la jeunesse.

   C'est pour expliquer, mettre à jour et transmettre aux jeunes générations du temps présent, que les fondateurs du nouveau NSD se battent. Il se peut que dans le futur, il n'y ait plus aucune guerre classique avec des morts, mais uniquement des guerres psychologiques, quasiment toutes aussi dévastatrices (car après l'exacerbation des discours, il y a des confrontations encore plus violentes. Cf. guerre de Corée par exemple).

  Si vous êtes un jeune de centre modéré, vous pouvez comprendre qu'il y a des discours d'extrême-droite trop simplistes. Ils ne sont pas les seuls à défendre le droit à la terre et un meilleur partage des terres. D'autres mouvements extrémistes comme le Sentier Lumineux au Pérou ont fallacieusement promis aux paysans les mêmes choses qu'ils n'ont jamais tenu, tout en massacrant ceux qu'ils prétendaient défendre, ce qui a finalement ouvert les yeux aux paysans. Les mouvements extrémistes de gauche et de droite proposent tous à peu près la même chose. L'extrêmisme est une chose relativement facile. Mais ce n'est qu'un emballage derrière lequel sont cachées les choses les plus horribles. Il n'est pas facile de refaire des Révolutions. Pour resituer par exemple ce que seraient aujourd'hui les classes se haissant comme au temps de la Révolution Française, les 'aristocrates' seraient les classes moyennes et les partis 'normaux', tandis que les éxécuteurs de la Terreur (ceux qui ont fait le plus de millions de morts en incluant les 50 millions de noirs assassinés et les morts d'Amérique Latine) seraient les mouvements néo-nazis (nous n'excusons pas les mouvements extrêmistes de gauche qui se sont fourvoyés.
  Nous disons qu'il ne faut pas pratiquer les méthodes de son adversaire. Sinon on ne fait que le justifier.Ne pas oublier que les extrémistes de droite ne cherchent qu'à trouver des extrémistes de gauche en face d'eux. Prôner des méthodes radicales dans l'alter-mondialisme, se réfugier instinctivement dans l'extrême-gauche, c'est aussi faire leur jeu.

  Ils pratiqueront l'amalgame en accusant ceux du centre, des jeunes comme vous, d'être des révolutionnaires ou des shoas. Ce n'est pas tout à fait exact. Les membres du NSD ont une position décalée, distincte sur l'échiquer politique. Ils peuvent comprendre par exemple un bon nombre de courants alter-mondialistes. Il n'est pas tout à fait juste de vous accuser d'être de vrais démocrates (c'est à dire des sociaux-démocrates, sachant quand même que la social-démocratie, si elle était prônée toute seule ne pourrait pas ignorer un "morceau" de social sur la gauche, à moins évidemment de risquer de devenir un "National socialisme") seulement parce que vous vous défendez en tant que minorités ou pour le droit au sol de votre famille. Ceci ne justifie pas les arrières-pensées de shoas (à déporter) que l'on nourrit à votre encontre. Il faut simplement comprendre que pour les néo-nazis (les nazis de toutes époques), ce qui n'est pas nazi est "communiste" dans leur discours. Vous n'aurez même pas la chance de les entendre vous accuser d'être des démocrates ou des socialistes.

   Ceci pour faire comprendre que les jeunes et les membres du nouveau NSD sont des ennemis plus acharnés de l'extrême-droite que ne le sont les socialistes français d'aujourd'hui, qui ne condamnent pas clairement la torture dans certains pays comme le Pérou ou la Bolivie, ayant toujours l'arrière-pensée que les mouvements de gauche représentent la libération des peuples. Il y a beau temps maintenant que les Péruviens ou les Boliviens n'apportent plus aucun soutien aux mouvements terroristes qui se réclament de la gauche et maintiennent la société dans un climat d'oppression permanent sous la menace des prises d'otages (c'est à dire des liquidations physiques annoncées). Le NSD a parfaitement compris le message de ces peuples, tout comme certaines volontés de libération non-anarchiques alter-mondialistes, par rapport à un capitalisme percu comme incontrôlé. Le NSD représente le contrôle transparent des capitalismes. Le non-contrôle a donc vécu. Il n'y a plus lieu d'avoir peur. Les forces alter-mondialistes libérales peuvent donc se libérer et s'exprimer sereinement dans le camp des Sociaux-Démocrates d'ouverture. Les membres du NSD disent qu'on est plus crédible en proposant sur des formes économiques crédibles, une lutte d'éradication contre les extrémismes ou qui leur propose des solutions pour sortir des ghettoïsations, que l'inverse.
 

Voir aussi

La lutte des néo-hitlériens contre le vert de la planète