La résistance francophone exilée

   Dans le premier tiers du vingtième siècle (approximativement entre 1918 et 1930), la résistance francophone se reconstitua lentement à partir des jeunes descendants des minorités rescapées qui avaient été envoyées par les jacobins en première ligne ("tirailleurs" bretons, auvergnats, tirailleurs sénégalais, et tous ceux considérés comme des "indigènes" par le nouveau régime jacobin soi-disant révérant la république).
 

 Ci-contre une vue d'une côte moyen-orientale (peut-être l'emplacement d'un des coeurs du monde francophone disparu. Une de ses régions ici).
 

Voir également

La Francophonie historique des 17è au 20è siècles

Un aperçu de la vie de la résistance dans les années 1920
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La souffrance de toutes les composantes de la population sous la main-mise des jacobins

 Dans le premier tiers du vingtième siècle (approximativement entre 1918 et 1930), la résistance métropolitaine se reconstitua lentement à partir des jeunes descendants des minorités rescapées qui avaient été envoyées par les jacobins en première ligne (bretons, auvergnats, tirailleurs sénégalais et tous ceux considérés comme des "indigènes" par le nouveau régime jacobin révérant soi-disant la république).

  A cette époque, la police jacobine ne faisait ni plus ni moins que continuer de suivre la ligne monarchique de l'ancien régime en faisant une chasse aveugle à tous les révolutionnaires (de gauche), tout comme elle l'avait encore fait récemment contre les Communards. En cela, le massacre des centaines de milliers de bretons, d'auvergnats, de tirailleurs sénégalais et de tous les indigènes du régime qu'on pouvait trouver, ne faisait que suivre l'exemple des 2000 orphelins des rues qui furent tous indistinctement fusillés après la reddition de la Commune, pour être de descendance supposée de révolutionnaires.

 L'esclavagisme, les massacres dans les Antilles, le meurtre des résistantes et des résistants français sous l'Occupation, la déportation des enfants et de leurs parents juifs, les massacres colonialistes d'Indochine, les tortures d'Algérie, le Togo (voire le Rwanda), les événements de Clichy en 2005, etc., ne sont que la continuation épisodique de la tendance naturelle des robespierriens qui dure depuis plus de deux siècles. La seule nouveauté est le poids grandissant des descendants des "indigènes" dans la République.

 Le mouvement milite pour le respect de l'indigénité, un peu à l'instar de ce qui se fait en Australie où est née une nouvelle ère d'estime et même d'admiration des aborigènes de par la demande de la population. Il fallut des dizaines d'années de plaintes de la population, comme pour la lutte de Nelson Mandela en Afrique du Sud par exemple, pour que le gouvernement Australien amende ses lois et son comportement. Aujourd'hui l'Australie est un pays heureux.

 Dans l'hexagone on en est pas encore là. On se met quelquefois à douter: "Les populations minoritaires ne sont pas que bonnes à être envoyées comme chair à canon en première ligne, n'est-ce pas ?". A la limite, en observant la rotation des catégories de victimes qui n'obéit semble-t-il à aucune pensée logique, certaines minorités ou "indigènes" de la République s'agitent en se demandant à qui sera le tour la première fois. Aux Marseillais ? Aux Chtimis ? Aux femmes de 20 à 50 ans ? Aux bébés abandonnés comme au Liban ? A des immigrés d'un pays Z ? .. Au départ on se dit que c'est la logique jacobine. Qu'elle n'obéit pas à une logique de soudure des populations. Mais à y regarder de plus près on s'aperçoit qu'il y a assez souvent une logique d'achat de main-d'oeuvre au prix le plus bas, dont on ne parvenait pas à situer le concept central jusqu'à présent.

 En fait l'inhumanité, l'introduction de la concurrence internationale à n'importe quel prix sur le dos de sa propre population, à toujours été la pensée centrale des robespierriens et des jacobins. On ne savait pas que cela s'appelait la mondialisation au 18e siècle lors de la Révolution Française, et même avant encore. Mais c'est cela. Les Bretons, les Africains, les auvergnats, etc., se trouvaient très bien dans leur espace coutûmier. Mais ils n'obéissaient pas à une logique de marché. C'est gravissime pour le régime jacobin que nous venons de subir durant deux siècles. Nous sommes encore en France en 2007 dans une sorte d'Apartheid économique dans laquelle se trouvaient l'Afrique du Sud et l'Autralie il y a quelques années.

Note: les méthodes de "travail" après déportation (l'esclavagisme) allaient être reprises par une autre catégorie extrapolant le colonialisme jusqu'à son extrémité (cf. nazisme).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

1918 - Retour des combats

  La Bretagne est saignée à blanc, plus de la moitié des hommes entre 20 et 40 ans sont morts, car ils se sont trouvés "par hasard" en première ligne, avec les tirailleurs sénagalais (la thèse jacobine).

  Vous pourrez lire l'histoire des bretons selon le mouvement et sur différents sites. Celle de wikipedia énonce certains faits mais à partir de 1914 reprend la thèse des républicards jacobins: celle des anti-dreyfusards, et des va-t-en-guerre de la 4e république sur le dos des minorités régionales et nouvelles. Le 2e bureau et les services de renseignements de l'armée avaient une ligne très répréhensible, mais ils ne faisaient qu'obéir aux ordres des politiciens, les mêmes qui se trouvèrent une affinité avec les fascistes à Münich. Ils étaient cependant même bien moins anti-juifs que cette clique politicarde.

  Le réflexe des racistes mafieux contre les bretons et les minorités visibles (comme on dit aujourd'hui) a trouvé son apogée avec les Bonny et autres voyous récupérés par les autorités vichystes sous l'Occupation. Mais comme ce type de problème de pensée dirigée foncièrement contre les populations "intestines" (les jacobins parisiens pensent dans ces termes) n'a jamais été corrigé, selon le mouvement tous les éléments sont malheureusement toujours en place pour que cela se reproduise lors d'un prochain conflit (il n'y a de bons nouveaux français - ceux qu'on appelait les "indigènes de la République" - que massacrés, ce qui fait qu'une fois éliminés les français de souche ne sont plus protégés. Résultat: c'est la France entière qui y perd. Pour preuve si nécessaire, la France n'a plus gagné une seule guerre de défense en étant seule, depuis l'affirmation esclavagiste et tyrannique des autres peuples et de ses minorités, de la part du jacobinisme).

L'Emsav - L'Histoire des bretons (wikipedia)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

NSD - NOUVELLE SOCIAL-DEMOCRATIE LIBERATRICE ET POPULAIRE D'OUVERTURE. ENTRAIDE POUR UNE MEILLEURE CREATION DE TRAVAIL. ACTIONS POUR LA DEFENSE DES CITOYENS, DES MINORITES ET LE SOUTIEN AUX ENTREPRISES ! TOUS ENSEMBLE POUR LES NOUVELLES IDEES SOCIAL-DEMOCRATES DE SOCIETE ET LA DEFENSE DES LIBERTES. LUTTE CONTRE LES TENDANCES JACOBINES INHIBANT LES ENTREPRISES ET LES EFFORTS DE LA SOCIETE POUR CREER DU TRAVAIL. OUVERTURE AVEC LES ECONOMISTES SOCIAUX-DEMOCRATES. LA SOCIAL-DEMOCRATIE DONNE UNE CHANCE A TOUS.

La lutte dans la francophonie historique, les organisations internationales, le tiers-monde, pour des perspectives de développement durable

    Dans la francophonie historique [*], le tiers-monde, en Europe et à l'extérieur de l'Europe, il faut tout d'abord non seulement rétablir les droits des hommes et des femmes qui en ont été déchus par la torture et par d'autres moyens d'atteinte à leur dignité, mais également leur fournir des perspectives de développement durable, afin qu'ils puissent reconstruire leur futur. Ensuite il faut leur offrir des perspectives d'avenir au travers d'un dialogue avec l'Europe, souhaitant sincèrement la prise en compte de leur intérêt au travers des échanges bilatéraux. On entend généralement par développement durable, seulement les perspectives allouées aux Nations pauvres par des nations moins pauvres qu'elles. Les pays développés ne doivent pas oublier la dimension humaine de reconnaissance de l'autre.

    Cf. éléments de travail ici, peut être en réfléchissant par rapport à l'intégration proposée par certains amis de l'abbé Pierre, aux développements équilibrés sans extrêmismes développables dans les civilisations, .. applicables dans la nouvelle Europe d'une surface comparable à l'Inde ou s'effectua la 'Révolution verte', à d'autres valeurs 'd'équilibre' qui ne seraient pas de l'ordre de la terreur, ..., à vous de voir.

    Sans vouloir entrer dans la polémique, il fut un temps (en 1947) ou une telle perspective exista dans un petit pays asiatique. Les minorités de tous les pays (palestiniens, africains, asiatiques, etc..) devraient avoir également le droit de reconstruire leur propre futur.

 Cf. égt.

Histoire des kanaks.
Les minorités Françaises enthousiastes principales des Forces de Dissidence pour la Paix ?
Premiers résistants gandhiens du mouvement

Ndlr

1a - Celle qui fut progressivement dépeçée durant plus de deux siècles et ses terrains transformés progressivement en désert par les interdictions coloniales de l'entretien des arbres selon les méthodes multi-millénaires traditionnelles [1b].

1b - Ce qui laisse comprendre qui étaient les vrais sauvages et les vrais civilisés.