Confrontation fondatrice de l'Alliance
(Interprétation)

La conception claire d'une nouvelle social-démocratie (pour les orphelins) ou d'une nouvelle Fédération soucieuse de l'économie de la planète et de la liberté des autres mouvements.

 Les 'nouvelles routes des social-démocraties' seraient le témoignage radieux sous le soleil d'un événement important: l'enfant parti qui ouvre une nouvelle route, prouverait la possibilité de deux solutions: l'une par ouverture d'une nouvelle aile à l'intérieur de la grande Communauté bienveillante, l'autre par transmigration ou de dédoublement (scissiparité plutôt) du parti unique d'origine en produisant un parti social-démocrate: la même prétention légitime à défendre la liberté des peuples, mais avec l'acquisition d'une compréhension différente des mécanismes économico-politiques. La même différence qu'entre vrais et faux jumeaux, ou entre clônes et 'spawns'.

[..]

 Certains adversaires du mouvement ont dit que les débats ont fait rage entre les partisans de chaque solution. C'est faux: les membres de chaque camp se sont spontanément reconnus car tout le monde sait que la version étrangère qui a voulu imposer de force l'une ou l'autre version, selon les pays, s'est complètement annihilée elle-même par les nombreux morts qu'elle a occasionnée parmi les partisans et plus encore, parmi les populations civiles.

 Cependant on notera une sorte de scission entre les tenants du camp Tiers-mondiste et le témoin, dans la confrontation qui eut lieu dans une des places voisines d'un des "Stalingrads" du Tiers-Monde.

 Dans un cas comme dans l'autre (sur le plan théorique) il s'agit d'une nouvelle vision renouant en une sorte de discontinuité paradoxale (car imaginant de marier une République économique sur des fondements sociaux avec son inverse) avec le pré-colonialiste Platon (Athènes était la ville possédant la plus grande population d'esclaves de son époque), une conception en strates (représentée par une assemblée nationale à plusieurs dimensions) ouvrant un nouveau segment de futur à la conception en compartiments ou classes issue de Marx.Engels. Il s'agit d'un courant original nouveau.

 Vous savez très bien messieurs les journalistes que le camp n'a pas proposé une scission avec le camp mère pour la région qui possède un des Stalingrads historiques. Les ancêtres fondateurs du mouvement n'ont jamais envisagé des solutions type "Europe de l'est" pour cette région. Ce qui convient à Rome ne convient pas nécessairement à une autre cité ... Pour les pauvres il faut des solutions pour les pauvres, pays par pays, région par région. Pour les moins pauvres, il faut des solutions pour eux également, et avec la même approche. Les mosaïques pour le mouvement, les juxtapositions de cultures différentes et maintenant toujours leurs différentiabilités, sont la vraie richesse et le patrimoine de l'humanité. Et ainsi de suite, sur le plan politique comme sur le plan économique. Les solutions des uns ne sont pas valables (a priori) pour les autres.

  "L'ouverture des routes à la racine" signifie une sorte de nouvelle percée de Roncevaux qui offrira peut-être une place indépendante au nouveau petit mouvement entre les grands partis.

  Rappelons-ici ce tournant, selon les mémoires rapportés.

  Lors d'un tournant difficile dans la conduite des opérations de la résistance, les f.n.v. firent demander de loin au fondateur d'origine (le colonel vert), s'il indiquait de "tailler" la route à ses troupes, ou bien de "barrer" la route à leur avancée.

  La réponse semblait claire et évidente: il allait falloir "tailler la route" la mort dans l'âme.

  Cependant il y avait un piège diabolique dans cette formulation.

  Le colonel compris que les f.n.v. réutiliseraient plus tard le premier choix, d'une façon mortelle.

 C'est alors qu'il prononça cette parole fameuse: "Il faut tailler les routes .. à la racine".

 Ndlr: ce passage provient sans doute des archives de 1968, lors de l'offensive du Thêt.

 Ce n'est que bien des décennies plus tard (en 2007) que le mouvement compris que le colonel signifiait:

 "Je parle quant à moi de l'ouverture des (bonnes) routes à la racine, en éliminant toutes celles qui mènent à l'esclavagisme".

(ndlr: c'est à dire que le présupposé des jacobino-ss, ultra-libéraux et aux membres de sectes nazies apparentées, d'être compétitifs en se servant d'un certain nombre de personnes comme d'esclaves à plus bas salaires que les autres, est rejeté comme inaccceptable et impensable par le camp des sociaux-démocrates contre les jacobins et le jacobinisme qui ont mené à tous les esclavagismes et colonialismes de la terre).

Autre mention de cet épisode

Croisées des chemins
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quelques exemples
  (liste en cours)

    *      Fusillés et massacrés de la « Commune de Paris » de 1871
    *     « Fusillés pour l’exemple » de 1915
    *     Massacrés de Sétif du 08/05/1945
    *     « corvées de bois «  de la Guerre d’Algérie, sans parler de la torture
    *     Morts et disparus du 17/10/1961 à Paris
    *     assassinés et massacrés du 05/07/1962 à Oran