Inculpation (très temporaire) d'un propagandiste contre la défense des populations, en France

  Les militants ont appris au départ avec joie que le soi-disant professeur Pellerin, le porte-parole de la parodie d'informations nucléaires de 1986, était inculpé.

  Ils ont cependant peur qu'on ne leur présente qu'un pauvre pantin de paille, un exécutant miraculeusement unique, pour camoufler l'immense dissimulation meurtrière qui eut lieu cet été là. Le mouvement comptait des rescapés d'Hiroshima dans ses rangs. Ils ont bien consigné dans leurs notes (cf. archives du mouvement) qu'ils voyaient des traces de césium 137. Mais ce furent les seuls. A part quelques travailleurs des centrales nucléaires et des laboratoires de recherche qui savaient, les autres millions de français n'ont rien vu d'inhabituel. Ils n'ont rien vu parce qu'ils ne se sont pas méfiés. Comment auraient-ils pu se méfier quand on leur a dissimulé pendant tant d'années ce qui s'est fait sur le dos de ceux que tous leurs gouvernants ont appelé des terrroristes, et qui n'étaient que des résistants ? C'est en effet seulement à partir de 2003, alors que la deuxième guerre d'Irak était commençée, que les journaux ont commencé à dire qu'il y avait deux catégories de combattants et non pas une seule. Auparavant on ne parlait que de "terroristes" aux populations. Par ailleurs, ce n'est que récemment que les gouvernants français acceptent d'utiliser le terme de "guerre" d'Algérie. Il est encore tôt donc pour que les gens assimilent de nouvelles vérités.

   De ce fait "il y a un pays gouverné par des partis népotiques qui déparent peu de l'ancien ciel plombé vichyste" (ou jacobin si on préfère ce terme). Il n'est que de voir par exemple une soi-disante socialiste présidentiable de gauche, proposer une 'nouvelle' idée de politique répressive contre les jeunes sociaux-démocrates périphériques. Tous autres que les vrais résistants (ceux qui sont non pollués de vichysme, ou nous, peut être les seuls vrais sociaux-démocrates révolutionnaire à l'âme pure, non jacobine), expatriés pour la plupart jusqu'à aujourd'hui, ne verraient pas la similarité de sa politique avec les politiques néo-colonialistes des partis de droite.

  Par ailleurs, les nouveaux résistants sociaux-démocrates, parmi les citoyens français et la résistance voient clair.

  Au contraire des anciens citoyens français tant bernés depuis des décennies, accoutumés aux politiques mutiques (jacobines) qui n'ont rien à faire de la sécurité et de la survie des populations, comme ils ont souffert plus que d'autres des tortures coloniales contre leurs parents et leur fratrie, le discours colonial étouffant et vichyste voyou assassin à ses heures, menteur meurtrier par omission (se rappeler également l'affaire du sang contaminé) et très largement tortionnaire, n'a pas de prise sur eux. Ils voient ce que destinent ces partis, qui sont compatibles avec l'ancienne Terreur, à tous les français simples qui ont admis et admettent encore leurs mensonges.

Avec le mouvement, quelques rescapées d'Hiroshima, et les habitant(e)s autour de Tchernobyl irradiés, les résistantes de l'Alliance sont solidaires avec le peuple. Elles ne lui souhaitent pas de subir les exactions de la façon de l'extrême-droite japonaise, quand ils entendent qu'on propose aux jeunes français un encadrement militaire.

 Elles souhaitent aux jeunes de voir refleurir encore longtemps les cerisiers en fleur, ce dont n'eut pas la chance un résistant comme Jean Moulin. Elles ne leur souhaitent pas de faire partie des sacrifiés qui périssent après une nuage atomique ou une attaque radiative de haute intensité.

 Alors que des solutions existent.
  Cela fait des années que nous nous battons pour le début de travaux d'abris anti-nucléaires.


 Nos leaders modèles ont depuis longtemps effectué des simulations de mouvements d'entrées des populations en bon ordre dans les abris, afin de limiter les pertes et sauver celles et ceux qui peuvent l'être (ci-contre, approvisionnements de base).

 Les Suisses et d'autres pays ont des politiques non criminelles.

 Mais ces partis qui ont tous plus ou moins accepté la torture n'ont aucune conscience pour leurs citoyens (vous n'êtes pas obligés de nous croire cela va de soi. Mais s'ils ne s'occupent pas de la sécurité des gens, les considèrent-ils comme des citoyens ?), et n'aiment pas le discours des minorités, comme notre discours.

 En 1986, pour nous ce fut comme en 1942 sous Vichy. Ce fut l'ensemble du peuple français qui fut pris en otage par ces politiques de la manipulation mensongère et de l'exclusion du droit des peuples à savoir tout ce qui est bon pour leur survie. On aime les wagons plombés, pas l'ouverture des portes qui peuvent mener à la vie, des femmes, des enfants, et celle de l'humanité en général.

En réalité, ces gouvernements qui n'ont que rarement montré qu'ils pouvaient sortir de la grisaille irresponsable commune de ces ghettos ou de ces camps, destinent au peuple français et aux autres, des lendemains de grandes fosses creusées à la hâte où seront jetées pêle-mêle femmes et enfants. Ils annonceront bien sûr comme d'habitude hypocritement et la larme à l'oeil, qu'ils ont été pris de cours par les événements ou qu'ils n'ont pas pu prendre des mesures à temps. Mais en réalité, comme par hasard, ce ne sera qu'une fois de plus que les rêves d'élimination des résistantes et de résistants et de rasages de ghettos comme à Varsovie, Prague, Nankin, Sétif, Auschwitz, Hiroshima ou My Lai s'exauceront.

L'Alliance a vu ces gens qui "entraient en chantant dans les abris, certains avec de petites fleurs de cerisiers, des enfants avec des brindilles, ..", avec plein de confiance dans leurs cadres, mais ceux-ci sachant que 50% devaient mourir. En France on préfère avoir des ratios beaucoup plus élevés et ne pas entraîner la population.

 Mentir à une population sur l'intensité des radiations et sur combien de temps il lui reste à vivre sous un feu nucléaire qu'elle ne voit pas (ou sur l'arrivée d'un fléau) / alors qu'une bonne partie mourra à coup sûr et que les mères aimeraient peut-être protéger leurs enfants /, n'est pas criminel à leurs yeux.

  Cela reste sans doute à définir dans l'échelle des crimes, mais à notre sens, et avec l'expérience de nos militants qui ont déjà connu une telle expérience, cela fait partie des crimes, ou irresponsabilités criminelles, contre l'humanité. Ou bien, dites nous ce que c'est lorsque des millions de vies peuvent disparaître et que vous êtes responsables d'elles.

 Rendez-vous à la prochaine fois sous les radiations, camarades!

Voir aussi

Les pensées attentionnées des fondateurs

Idée d'une fédération (inter-continentale) non-hitlérienne
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Relations entre Jean Moulin, les sociaux-démocrates, les communistes, et la Résistance

 On trouvera ci-après quelques pistes de réflexion éclairant les prises de position du mouvement

Le musée Jean-Moulin

Le compte-rendu des relations sur le net

Les raisons pour lesquelles le mouvement n'est pas gaulliste (lien en attente)