Le message transporté par des tribus perdues durant longtemps
 (véhiculant encore une partie du message Essénien des origines)

 Dans les remous de l'époque Essénienne du temps de yesu, les écoles de différentes tendances se morcelèrent progressivement en poches aux portes du désert. C'est ainsi que certaines d'entres elles entrèrent  au contact des tribus noires qui se convertirent à cette croyance douce.

 Des tribus noires à la connaissance pure continuèrent donc à être les dépositaires des nouvelles connaissances après en avoir été les originaires (voir premier baptème que pratiquait Jean le baptiseur), au sortir des Esséniens (la petite école qui tutora l'Alliance enseigna que l'élève jeshua (assimilé par bon nombre de sectes manichéennes à jésus) ne pouvait plus être considéré  un peu plus de 250 ans plus tard comme un Essénien, après sa sortie à la rencontre de John l'ancien, et bien des années après son passage par cette institution. Leur connaissance, on doit plutôt dire leur tolérance, était celle qui fut la plus bienfaitrice du nouvel enseignement qu'aurait professé l'élève Jeshua de jésus deux siècles plus tard) car en réalité elles en avaient probablement été leur principale inspiratrice à l'origine et la chaleur du canal de parenté était encore intact dans les deux sens. Mais revenons vers -100 AC.

 Du fait des carnages réguliers de l'époque Romaine et de la présentation insupportable des africains en gladiateurs sanguinaires par eux, certaines tribus noires installées depuis longtemps repartirent chez elles pour se détacher géographiquement de l'Empire.

 Ces tribus ont été ainsi chassées à différentes périodes de l'histoire des territoires où elles étaient auto-suffisantes, par des branches locales d'expansionismes (ou d'impérialismes) erratiques ne maîtrisant pas la cartographie de leur existence et de leur territoire.

  L'impérialisme Romain, fut un des premiers (après les grecs) à utiliser la démagogie dite de "boucs émissaires" pour calmer ses citoyens de seconde classe à propos des problèmes économiques. Les africains et tous ceux qui étaient asservis en esclavage étaient ainsi préférentiellement envoyés aux arènes, aux corvées de curage des fosses septiques, etc.. . Saül de Tarse repris cette pensée déviante ("Il faut sacrifier des populations pour le bien de l'empire") en l'empirant.

 Ces tribus perdues (comme on appelle aujourd'hui les tribus noires chassées du Darfour par les Djandjawid, attention cependant à l'exagération de cette notion) du temps des Esséniens, furent des groupes chassés sur les chemins à cause des politiques expansionnistes erratiques de Rome. L'évolution confuse de la fin du 1er siècle DC et surtout du 2e, se répercuta également sur d'autres tribus des frontières à cause des frontières fluctuantes.

 Il y a très longtemps que les seniors sages africains, après plusieurs périodes de grandes sécheresses et de grandes famines, avaient conseillé aux hommes de prendre plusieurs femmes. Chacun(e) pourra se relire son livre de référence (coran, bible, etc.), pour trouver trace de ces anciennes grandes désolations. Par exemple, légèrement plus à l'est des royaumes africains, la tradition juive attribue aux péchés du pharaon ces catastrophes climatologiques ou animales. A chaque tribu ses remèdes.

 Vers le début du 3è siècle, la secte légaliste papaliste (la même que celle qui adorait que les européens s'entretuent durant les conflits mondiaux du 20è siècle et qui avait soutenu rome dans ses projets d'éradication des chrétiens d'origine) qui auparavant était au moins bigame, constatant "l'étrange" survie de l'Afrique, se convertit au célibat.

 Ils ne trouvèrent cependant par leur cible.

 Plus tard, lorsque la déportation en esclavage s'avéra être une inquiétante hécatombe, après une première dizaine de millions de morts environ, les hommes africains encore non pollués à 80% dans leurs habitudes de millions d'années, pour compenser les pertes voulurent naturellement renforcer la tradition d'avoir plusieurs femmes. Mais alors, face à ce sursaut imprévu parmi les ouailles victimes, les papalistes catholicistes face à ce casse-tête, renforcèrent de leur côté l'orientation de leur "solution" qu'ils avaient déjà été trouvée au 3è siècle: en plus du lessivage de cerveau qui faisait d'eux des brain-washeds totalement perdus dans leur propre environnement naturel d'Afrique et incapables de développer leur économie, il fallait désormais leur prêcher en plus de n'avoir qu'une femme.

 Heureusement, les derniers maîtres Esséniens qui avaient compris durant le 1er siècle DC la pensée manichéiste en boucle des légalistes (futurs papalistes) endogames (dans le manichéisme et le refus des connaissances de l'Humanité sur une trajection d'expansion naturelle (se souvenir des cas de Ptolémée, Savonarole le pauvre diabolisé, et tant d'autres savants ou génies naissants dans les territoires glaçés du nord) se tinrent prudemment à distance de tout contact avec eux, afin de protéger les innocents et les faibles des tribus qui n'auraient pas manqué d'être massacrés par les papalistes. A chaque fois qu'ils devinaient au loin dans un village la présence d'un missionné papaliste, ils préemptaient la pensée du pape de ces derniers et infléchissaient les trajectoires des tribus afin qu'ils n'entrent jamais en contact.

 Cela leur fut extrêmement bénéfique et la connaissance médicale verte africaine ainsi que la grande religion proprement africaine (le jonc Essénien provenant de la mulitude de connaissances des sages africains depuis des millions d'années), purent être préservés.

 Du côté des tribus exposées aux maléfices des sorciers et des magiciens manichéistes papalistes, on put constater durant de longs, très longs siècles, des assassinats emportant les grands leaders les uns après les autres (de façon toujours "inexpliquée" bien entendu: Toussaint Louverture, Patrice Lumumba, Martin Luther King, Malcom X, etc.).

 Lorsque des tribus ou des nations comme le Mali résistèrent contre toute attente à leur "si belle religion" et ce grâce à la richesse incomparable du tissu de leurs propres relations sociales, à leurs croyances magnifiques basées sur les vraies histoires du début de l'humanité, et grâce aussi à leurs enseignements transmis de sages seniors à neveux disciples, à leurs nombreux liens d'amitiés avec les nations environnantes et lointaines, grâce encore à leurs héritages historiques, etc., les missionnés stériles inféodés au faux pape du nord, bien que les ayant toujours trouvé imbéciles (de bout de la lorgnette de leur croyance manichéiste ridicule), "sauvages", "inférieurs", etc., s'en lamentèrent encore durant des siècles après leur échec.

 Ayant donc parfois pu emmener leurs troupeaux à temps, certaines commencèrent à errer et pour certaines, entamèrent de longs périples durant des centaines d'années.

Leur existence semi-nomade, située la plupart du temps aux limites du désert, ne gênaient pas les bédouins.

A peu près mille ans plus tard, ces tribus africaines qui avaient connu Aissa (Yesu) à l'origine furent bloquées par des exécuteurs déguisés en pélerins, des envoyés d'une religion mithridate du nord (les papalistes de nouveau) qui les avaient sans doute reconnus comme les malheureux porteurs de la connaissance Essénienne (la connaissance des premiers chrétiens) maudite par ce clan Nicéen (qui se prétendait être le seul et bon représentant alors qu'il n'était que l'usurpateur Paulien manichéiste ayant détrôné Aissa (Yesu) ). Ceux-ci sans formalité, commençèrent à étouffer les femmes et les enfants en leur plongeant la tête dans le sable.

Chroniqueur jacobin - "Le traitement peut paraître cruel" (ndlr : la formule est typiquement vichyste).

(suite)

 .. Et alors tout comme ces chroniqueurs préparent à une future justification du massacre d'Oradour sur Glane "par la longue suite d'attaques sanglantes que la Résistance française infligea à la colonne de SS remontant vers le nord" et qui ne souhaitaient en réalité sans doute de mal à personne (version TF1 !), on saura bientôt que "sans doute les papalistes avaient été auparavant lourdement accrochés" et même défaits par les bédouins musulmans résistants. Ils battaient donc en retraite ces pauvres, et ils commencaient ainsi leur besogne "en se soulageant" selon le chroniqueur jacobin de TF1 (n'est-ce pas, c'est cela la bonne version ?).

 Les infortunées tribus n'auraient donc pas dû survivre.

 Par miracle, quelques éclaireurs Esséniens très tardifs ayant rallié à leur cause quelques derniers templiers qui les avaient cherché avec soif pour fuir l'effroyable manichéisme papal vassalisateur et qui désormais étaient fidèles à l'a-manichéime en montrant leur respect envers une figurine représentant le père de la communauté Essénienne (le baphomet), les virent et fondant sur eux du haut des dunes, les attaquèrent comme l'éclair pendant qu'ils étaient tout occupés à étouffer les pauvres rescapés et ne faisaient pas attention aux alentours. C'est ainsi que Dieu (Allah, Lakshmi, Yahvé, ..) donna l'avantage aux éclaireurs qui étaient en nombre bien inférieur aux massacreurs de pauvres et de pélerins, et les tribus furent ainsi sauvées.

 Ci-contre : Tribus secourues heureuses dévalant les dunes saines et sauves

 Après avoir leur avoir ôté la vie, les quelques premiers templiers ralliés au bien en révérant les Esséniens tardifs dont certains portaient encore des loques de leurs vieux sous-vêtements (ceci se passait des dizaines d'années après les croisades), virent avec stupéfaction en retournant sur le dos les assassins, que ces derniers portaient les mêmes habits qu'eux mais neufs, sous leur cotes de mailles. Ainsi donc, ces traîtres étaient des camouflés, et c'est pourquoi ils n'en avaient jamais entendu parler. Peut-être aussi les supérieurs des anciens templiers se méfiaient un peu d'eux et leur avaient caché l'existence de ces fondamentalistes ne relevant que du pape et envoyés en direct sur le terrain.

 C'est pourquoi certains historiens disent que ce n'est pas à la bataille de Hattin qu'eurent lieu les contacts avec les éclaireurs Esséniens tardifs, mais en dehors de ce champ de bataille. Salahudin à qui on avait rapporté la brillante action des éclaireurs, après deux nuits de réflexion et de consultation de Allah, convint alors : "Ainsi donc, il existe encore de bons Esséniens secrets, oeuvrant en apparence comme serviteurs de mauvais templiers (dont certains ont changé de comportement et sont devenus d'autres personnes dans ce sauvetage de frères et de soeurs de celui qui n'a pas voulu fouetter Mohammed) simplement pour gagner leur vie et obligés parfois de porter les équipements de papalistes, ayant rallié à leur cause d'anciens massacreurs de pélerins, devenus désormais une catégorie de 'templiers' inversés (ndlr: dans le bien) que je ne connaissais pas et qui peuvent joindre notre cause" (ceci est la version d'origine, que des templiers papalistes tenteront encore longtemps de faire revenir dans une version manichéiste).

Ndlr : du fait des apparitions et disparitions intermittentes des tribus perdues, les savants de l'Alliance, en accord sur ce point avec les savants musulmans, pensent qu'elles ont pu utiliser des portes menant au refuge d'Ourgang.

  En réalité, les tribus africaines charrieuses du message de Yesu (Aissa, via jeshua), et sans doute d'autres bribes de grandes écoles (Haristes, etc.) acccompagnées (dans les temps anciens) de maîtres Esséniens dans leur voie de modération, n'ont jamais été les valets de personne (voir le refus de l'esclave africain de fouetter Mohammed qui fut torturé. Voir également les branches Essénienne médicale et spirituelle [ndlr : Hariste] de jadis) et ce qu'on appelait une attitude incomprise était tout simplement depuis des millénaires sans nombre une attitude non-violente. Ces tribus étaient libres d'esprit et adhéraient à des religions ou d'autres selon les époques (car pour les seniors africains détenteurs de connaissances accumulées durant des millions d'années, les religions ne sont que des cultes à ne pas confondre totalement avec la réalité).

  Les représentant(e)s de ces tribus perdues ayant erré près de deux mille ans dans le désert, si ils (elles) peuvent apparaître désormais, sont les vrais détenteurs de la connaissance Essénienne et des connaissances antérieures. On ne connaît pas le pourcentage de ces connaissances mais certaines ont été évoquées parmi d'autres connaissances vertes dans le fond de prédication de Simon Kimbangou. Il est encore un peu tôt pour savoir si la nouvelle gnose initiatique africaine comme celle que préconise par exemple Kotto Essome et d'autres (la gnose Tiakani ne faisait visiblement pas partie du courant d'origine) se rapprocheront, continueront ou divergeront de la tendance africaine multi-millénaires.

  Même dans une version minimaliste on peut penser que la famille Pierre/Petrus/Boutros recueillit tout au long des (vingt) derniers siècles des connaissances provenant de divers horizons, notamment de l'arc berbère et hindo-berbère. Il est probable par ailleurs que la famille ait protégé ces tribus durant des millénaires parce qu'elles étaient les dernières vraies détentrices des savoirs des prophètes antérieurs et de connaissances extrêmement plus anciennes encore.

L'expression "7 générations" n'est cependant probablement là (voir analystes) que pour attirer notre attention, et renverrait alors à "soixante dix sept fois sept fois sept fois", elle-même reprise d'une autre source (le Punique, dont nous avons une idée ici), celle-ci n'ayant été à l'époque que le relais vers les anciennes croyances sumériennes et Esséniennes. Cette fois-ci, en voulant à tout prix accaparer et récupérer le maximum de valeurs des autres civilisations, le groupement catholique a été pris à son propre jeu. Il est impossible de ne pas voir les saillies modérées des croyances multimillénaires dépasser.

  Il s'agit ici de la connaissance de la 'SET generation' (rappelons que l'anglais et le français notamment faisaient à l'origine partie d'une même langue. Les auteurs Esséniens de l'Alliance n'hésitaient pas à utiliser l'une ou l'autre langue selon les besoins d'illustration des concepts multi-millénaires) [1].

Si la famille Pierre a réellement une ascendance dans la filiation templiariste Essénienne ainsi que des sources tendent à le confirmer, leur passage par Malte, serait le trait d'Union qui manquait.

Certains anciens savants du moyen-orient ont également écrit que les tribus perdues auraient également pu être des habitants de Carthage ayant fui avant la prise de la ville par les barbares romains destructeurs de toute autre culture que la leur. Les tribus passèrent sans doute effectivement par Carthage et il y a une thèse dans ce site qui dit qu'ils partirent très loin.

 La continuation de l'auto-glorification par Rome des massacres de Carthage, des Cathares, et des bons chrétiens dura quelques petits millénaires encore, jusqu'à leur acquiescement tacite avec le nazisme par le papaliste Pie XII honni. Toutefois ceci marqua la fin de la "romanité", et déclencha l'avénement des mouvements apparentés aux existentalistes et aux gandhiens tout autour de l'Univers. Il y eut encore des sursauts comme les effroyables massacres Mac-Carthystes deux fois pires qu'Hitler, ceux de l'Afghanistan tentant de récupérer une ultime fois les avançées meurtrières d'Alexandre en Bactriane du Nord mais dans l'ensemble, la romanité avait vécu. Les faux templiers étaient donc vaincus, et les vrais bons Esséniens modérés (les SETH, la branche Hariste) leur travail achevé et qui n'acceptèrent jamais d'être récupérés par les romano-papalistes malgré leurs tentatives frénétiques (se rappeler l'épisode de leur proposition: "Il faut achever les blessés musulmans, noirs et chinois et de toutes les autres races hormis la race blanche" qui était encore enseignée au 20 siècle) allaient donc disparaitre sous toute vraisemblance.

 La reformation des rangs des tribus de l'Humanité était donc en cours, dans un esprit modéré et par sa base et son essence même, pluriculturel et plus rarement, multiculturel (les habitants possédant plusieurs cultures sont rares). Les grandes civilisations allaient donc pouvoir retrouver leur expression et les limites naturelles de leur expansion.

Voir aussi

Le roseau Essénien

Ndlr

A -  Il est de plus en plus évident que la participation marxiste (via le colonel qui les récupéra), n'est plus péjorative. Par exemple, les archives des franc-maçons français pillées par les nazis ont été sauvegardées en Russie jusqu'en 2000, à part une petite partie, celle des années 1910-1920, probablement perdue lors du transfert effectué en 1945 par les Allemands (cf. autres archives de l'Alliance sur cette époque). Noter que les franc-maçons n'ayant que peu de passé avant le 17è siècle, ont été obligés de colmater sans idée vraiment précise l'époque manquante avec un culte égyptien, ce qui a donné lieu à bien des affabulations du 19è siècle. Nous ne leur en voulons pas, car ils sont très proches des Esséniens par la bonté.

Ne pas confondre : les franc-maçons (français) n'ont pas eu de contacts avec ceux des maçons écossais parlant français qui étaient attachés à la filiation de Solengarhet de l'Alliance.

Autres notes

1 -  La famille Pierre/Petrus aurait donc été la dépositaire des connaissances de la génération de SETH, via les Esséniens.

 Ne pas confondre avec le dieu égyptien du mal (un mauvais homonyme 'seth'). Par contre quelquefois SET renvoie à "soleil", notamment en ce qui concerne Nara, bien qu'en tant que symbole pacifique la lune soit très généralement préférée.

2 - Voir ici et ici.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La branche médicale Essénienne

 Les talents des Esséniens dans le domaine des guérisons médicales étaient bien connus du temps de jeshua dans toute la Terre Sainte [1]. Ils s'approvisionnaient auprès de négociants phéniciens qui leur ramenaient les ingrédients médicaux indiens dont ils avaient besoin.

 Pour eux la connaissance venait du corps humain. Celui-ci possède toutes les ressources, dont certaines sont très cachées et cela prendra encore des millénaires avant de les découvrir.

 Il faut donc l'entretenir au mieux.

 La technique descend donc du médical, non l'inverse comme en Occident.

 La racine médicale Hari est assez commune en Inde. Exemples

Terminalia chebula  Retz: English Galnut, Sanskrit:Haritaki  Bengali: Haritake
Curcuma Longa L.:English,Turmeric : Sanskrit: Haridra

Voir traitements ayurvédiques, en anglais provisoirement un exemple extrait de http://www.geocities.com/kreethkala/homecures

 L'orthographe en français étant assez imprécise, on trouve la racine simple "ari" dans des domaines voisins. Ainsi de nos jours le dessert ari payasam est par exemple très usuel au Kerala au sud de l'Inde, très accessible par les phéniciens à une époque éloignée.

Les premiers continuateurs de cette branche

Des continuateurs plus récents

La Religion Pan-africaine Verte d'origine

Ndlr

1a - les miracles de guérison de Yesu (yeshua, plus putatif) étaient dûs à sa période d'apprentissage chez les Esséniens. D'autres, comme celui des pains, étaient dûs à son pouvoir de persuasion et de charme prônant plus l'oubli momentané des nourritures terrestres et de l'avidité quand ses suivant(e)s étaient avec lui.
 Interprétation plus générale

1b - Autres explications plus scientifiques mais risquant d'être restreintes, ici

2 - Une fois leur Message transmis, certains maîtres Esséniens agés retournèrent finir leurs vies près des sources de leurs premières quêtes (plus haut et à l'est, en extrême-orient).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Voir Routes du désert que suivirent d'après leurs renseignements, de jeunes combattant ces forces militaristes, menant à un refuge Essénien, sous forme de cavernes peu visibles dans un périmètre fermé.