Certains des fondateurs (nous pensons à Tan jeune notamment [1] ) étudièrent depuis leur plus tendre enfance des connaissances rapportées par les routes de la soie en provenance de différentes civilisations.
 
 
 
 

Notes de la rédaction

1 - Environnement d'enfance du Tan jeune et d'autres Vénérables.

2 - Des tablettes lues par le colonel vert de la première mère (et peut-être par d'autres enfants de la dernière), suggèrent quant à elles un vaste panorama de connaissances transportées le long des routes de la soie déjà à ces époques reculées.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



 

  Jusqu'à récemment les lamasseries tibétaines avaient d'excellentes connaissances astronomiques provenant du fond astrologique brahmanique hindou. L'Alliance retient donc la nouvelle hypothèse qu'il y aurait eu des migrations de connaissances de cet ancien fond, d'abord vers l'Inde et les phéniciens, puis vers l'Egypte (pas ou peu de migration de connaissances vers Sumer, un peu excentrée).

  Nous sommes en attente d'autres éléments. La famille d'un certain Pierre (un des refondateurs) qui aurait parlé le phénicien depuis 7 générations jusque vers la fin du 20e siècle, et qui semble avoir très bien connu des Supérieurs bouddhistes aux siècles précédents, pourrait peut-être nous en dire plus (cf. également ici).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



 
 
 
 
 
 
 

  Des sages Hindi sont venus en visite dans l'ancien empire Perse et de même, les savants de cette région (l'Iran aujourd'hui) ont écrit des faits historiques survenus en Europe, en Inde, etc. du temps de Jésus et même bien avant. Il y a des écrits conservés dans le monastère où les fondatrices et les fondateurs vécurent leurs premières années.

  Du temps de Dunhuang la mémorisation des courants chrétiens et bouddhistes conjoints qui avaient fait une lutte commune acharnée contre le manichéisme était perdue, mais on trouve un peu partout chez les Esséniens et en Inde des védas qui relatent la venue de ces sages Hindi originaires des alentours de l'Himalaya, et des réunions pacifiques de synthèse avec des supérieurs boudhistes.

  Les Philosophies du 'toit' du monde et recherches astrologiques du Sud (zoroastrienne) avraient donc des données de départ communes.

  Les fondatrices (teurs) des 19è et 20è siècles AJC étaient toujours en contact avec certains des représentants de ces courants d'origine.