TO - Visions conjointes pour le nord et le sud

Idées venant des communautés pluriculturelles
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

TO - Aujourd'hui et demain

- Autres types d'analyses (versus ie l'autre côté des 'Résistances')

- Autres types de démocraties

- Autres types de support.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

TO


Un courant pour la libération du post-colonialisme, telle que proposée par T.O. et les DOM-TOM, avec toutes les autres tendances sympathisantes.

   Ce courant est pour une nouvelle social-démocratie qui serait libératrice et non exclusive de la métropole, à vocation européenne avec ses voisins, et à rassemblement des minorités issues de l'immigration, (c'est à dire une libération du post-colonialisme), dans un cadre démocratique reconnaissant les spécificités des souffrances des habitants, et qui grâce à leurs conseils définit une social-démocratie naturellement d'ouverture provenant d'eux pour une part non négligeable. Des personnalités de chez eux ayant des valeurs d'optimisme, de dynamisme, etc. sont dans le mouvement pour collaborer aux études économiques et sociales les plus diverses, contrairement un peu à la société clanique de la métropole.

   Les fondateurs ont souhaité une nouvelle synthèse pour la société Francaise sans oublier les communautés des DOM-TOM, africaine, arabo-musulmane, juive, .., et toutes les personnes issues du monde francophone, chacune, chacun souhaitant un monde meilleur dans lequel toutes les anciennes régions d'influence française ne soient pas oubliées.

Nous n'effectuons pas ici une critique isolée non-constructive. Le paragraphe ci-après renvoie à toutes les formes de démocraties. Nous ne prétendons pas être encyclopédiques, aussi nous n'avons pas eu assez de temps pour faire toutes leurs présentations ici et vous vous renseignerez par vous-mêmes.

 Nous disons seulement que si certaines démocraties acceptent les extrémismes contre les populations (comme bon nombre au 20è siècle et dans les derniers siècles, y compris dans un pays qu'il est usuellement inimaginable qu'elle le fasse, la France), alors le camp social-démocrate n'oubliant pas les DOM-TOM et tous les peuples rattachés situés loin de l'Europe n'accepte pas cette forme inacceptable de certaines démocraties montrées souvent malheureusement en exemple, et les comportements qui vont avec, et de toute façon dans ce cas l'univers des social-démocraties n'a pas besoin de telles références de démocraties de type néo-nazies ou jacobines de tendances s.s. (ces initiales signifiant "de Super Sauveurs" selon la terminologie officielle des régimes jacobins qui s'accomodent très bien des discriminations sentant encore bon l'esclavagisme). Ce camp est pour la démocratie véritable, celle qui est respectueuse de tous les peuples intégrés, mais ne cache pas les difficultés pour toutes et tous à venir dûe à la mondialisation encore non prise en compte par les trois partis jacobins aux élections présidentielles de 2007.

   Par ailleurs s'il fallait en arriver à de telles extrémités, le camp social-démocrate pour l'ouverture accepte la fusion avec l'ancien camp socialiste pour l'ouverture (l'O.S.C.), son frère ou son double (cf. combats), car les vrais terroristes ne sont pas à gauche comme le prétendent les f.n.v. tortionnaires, mais bien à l'extrême-droite qui a engagé certains paris de mort sur la tête de l'Humanité. Les mots de l'extrême-droite prétendant "libérer" les peuples montrent alors combien ils sont faux. Ce sont des mots qui sont en train de vivre leurs derniers jours avec les questions que se posent les alter-mondialistes. Il n'est que de voir les manifestations colossales de la gauche pour soutenir ces jeunes mouvements et la Liberté des peuples, pour comprendre que les vrais défenseurs de la Liberté aujourd'hui sont à gauche. Ils sont en masse, alors que les anciens soi-disant défenseurs de la liberté blanche raciste, sont devenus minoritaires sur terre depuis un certain temps déjà. Ce discours de guerre froide n'est non seulement plus tenable: il est dangereux (et les mots comme "liberté" ont toujours été utilisés dans un sens différent par les nazis. Qu'on se souvienne de la devise "Arbeit macht Frei" à l'entrée de camps d'où l'on ne revenait jamais. Les phrases où ces mots ont été utilisées par les mercenaires d'extrême-droite, KKK et autres néo-nazis, ont toujours été des prétextes à l'assassinat de millions de personnes). C'est pourquoi le camp des sociaux-démocrates pour l'ouverture accepte d'être traité de "terroriste" par les néo-nazis, alors que de toute évidence pour tout le monde en France en 2003, ce sont eux qui légitiment les assassins et de vrais terroristes, du fait de manipulations verbales qui incitent à la haine raciale et peuvent déclencher les pires lynchages comme en 1933-1945.

  Tout dépend des actes que l'on accepte d'inclure dans la démocratie. Pour certains, la torture et les actes anti-constitutionnels peuvent y figurer. Mais le peuple pense que non.

  Le camp social-démocrate d'ouverture a rencontré des difficultés lors de sa création, mais les fondateurs ont pensé que le futur de la société Européenne viendra peut être d'ailleurs (c'est à dire des anciennes colonies).

  Situé en tant que parti social-démocrate d'ouverture francophone à vocation internationale et africaine au départ, le mouvement est également de coeur avec les gens du sud tout entier. De par l'histoire sociale, il est destiné à apporter un réconfort aux populations noires au-delà de leurs clivages inter-ethniques traditionnels, et à jeter des ponts vers l'Afrique toute entière, au-delà des déserts, des lacs, après les autres nations d'Afrique du nord géographiquement plus proches de l'Europe. Par l'histoire économique, elles sont aussi prioritaires que les régions d'Afrique du nord avec lesquelles le commerce et les relations n'ont jamais été oubliés.

En métropole, la société francaise n'a pas que des descendants d'Afrique: elle a aussi depuis un certain temps de nouvelles minorités. Le mouvement les accueille également en son sein. Elle a aussi historiquement des minorités de cultures, d'Amérique Latine ou en provenance d'autres horizons où la langue française était particulièrement aimée. Ce sont de tous ces horizons que surgira sans doute son futur, une fois que les problèmes de l'époque présente auront été résolus.

A l'instar de la communauté Africaine en métropole qui connaît depuis longtemps les priorités économiques, les jeunes minorités nouvellement arrivées adhérentes au mouvement savent que malgré la formation humaine, sociale et économique du Mouvement, le système économique est encore basé sur des fondements judéo-chrétiens qui leur demandera de faire leurs preuves. Le mouvement ne pourra pas tout faire. Il pourra tout au plus les introduire ou les recommander. C'est pourquoi le mouvement a deux tendances majeures ou "bras". Un pour la défense des populations et des minorités, et un pour la création des sociétés commerciales et la défense de l'agriculture et des industries. Il ne pourrait cependant pas protéger les populations contre des tendances contre l'intégration qui proviendraient d'elles-mêmes. Il se prémuni de ces dangers en travaillant avec elles. Dans les cas d'insuccès relatifs, il cherchera avec elles les solutions aux mauvaises passes. Le mouvement aura toujours entre-temps continué de s'intésser à l'agriculture, à l'industrie et aux industries, cherchant à les renforcer pour les générations futures. C'est là que tous auront à la fois à créer de nouvelles possibilités, à gérer les nouvelles sociétés commerciales, et à faire leur preuves de compétences. En protégeant en parallèle l'agriculture, la création des industries et des services, le mouvement protège leur futur. Si le mouvement se développait grâce aux minorités, la création de bureaux de représentation en Afrique pourrait être mise au vote. Ce ou ces bureaux représenteraient le soutien moral du rassemblement social-démocrate pour l'ouverture aux études sociales et économiques locales qui deviennent de plus en plus des études de société (le 'social' ne peut être découplé artificiellement de la forme de gouvernement dans laquelle il est inséré), et dans les situations difficiles un point de ralliement social-démocrate à la volonté de résistance aux oppressions des populations Africaines.

 Cf. égt.
Point de vue de la Défense des Droits de l'Homme
La résistance des minorités issues de l'immigration, d'avant-garde
Les apports des sympathisants du tiers-monde, d'origine, à la construction de la voie social-démocrate du mouvement
Valeurs tiers-mondistes
Dans le cas où le mouvement réussirait à installer une pointe, un carré dans la défense jacobine, vers une voix visible des DOM-TOM
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Questions

Question no 1

Une démocratie qui nie par la torture le libre-arbitre sur lequel elle est fondée, peut-elle se réclamer être une démocratie ?

Question no 2

 Une démocratie manipulante, notamment par la torture et les massacres à l'extérieur, est-elle un modèle de démocratie ?