L'analyse de l'Internationale social-démocrate au secours de la jeune Fédération francophone luttant contre les robespierriens et les césaro-papistes toujours alliés aux anciens colonialistes

  Il n'y avait pas au début du siècle d'institution ou de structures relais fédératives entre l'espoir et la participation. Des forces extrémistes robespierriennes bien connues (pour qui tous les maux se résolvent par guillotine, déportation et en bouchant toute issue à un rééquilibrage des fortunes issues du colonialisme qui ferait travailler tout le monde et abaisserait le coût de la vie - fortunes qui ne font travailler que les capitaux flottants et les césaro-papistes ignares et engendrent les dépressions économiques périodiques contre les françaises et français avec les francophones) se sont opposées à ces projets partout en France et dans le monde francophone.

  Mais tout n'est pas perdu, encouragez les nouvelles avançées de la Fédération et les réflexions autour de la mondialisation parallèlement aux choix des nouvelles et nouveaux résistants français(es). Un exemple de mesures ici, concernant l'agriculture, parmi les idées économiques du syndicat-parti qui peut aussi être actif dans les luttes contre la mondialisation trop libérale (le capitalisme sauvage étendu à toute la planète qui en fera mourir la moitié de faim et de soif).

  Sans présager de ce qui sera demandé par les citoyennes et les citoyens, les leaders qui ont ouvert les nouvelles routes des idées neuves pourraient suivre des lignes économiques dans une voie social-démocrate dans un centre large ayant toujours à l'esprit le maintien des acquis sociétaux (cf. entente des deux noyaux du parti) -, qui sera redéfinie  par les premières et les premiers patriotes (quelques esquisses ici seulement, à cause de l'espionnage des jacobins toquards en économie).

  Pour des actions de lobbying futures auprès des Instances Européeennes afin de lutter contre certains aspects négatifs de la mondialisation. Le refus de la version exclusivement libérale initiale du traité européen n'était qu'une étape (malheureusement reprise à peu de choses près en 2007-2008). Il s'agirait maintenant d'organiser la résistance par des actions à étudier et décider par l'ensemble des citoyennes et des citoyens, puisque

le chef d'un clan de robespierriens a enfin clairement avoué en 2007, après un peu plus de deux siècles de l'ère du mépris des idées du peuple, qu'il était totalement ignorant en économie. Les françaises, les français et les francophones peuvent donc désormais comprendre que les robespierriens à la pensée inhumaine mécaniciste et féodo-rétrograde (i.e. pour les DOM, conservateurs césaropapistes alliés d'anciens colonialistes toujours présents, et méprisants [pour ne pas dire plus] des françaises et des francophones qui sont leurs amis), outre leur continuelle idée de vendre la France (Louisiane, Traité de Lunéville, etc.), n'ont jamais été capables que de démagogie et de fausses promesses dans le domaine de la protection des citoyennes et des citoyens (l'économie).

  Un économiste français (Mr Delors), autre que les économistes internationaux que connaît personnellement l'Alliance et qui sont de tout coeur avec elle, a dit dans les années 1970 à propos de l'abbé Pierre et de son action économique à travers la création des foyers Emmaus: "Il s'agit d'une économie d'espoir et de participation. Il a le mérite de faire se réintégrer dans l'économie traditionnelle des gens pauvres qui autrement ne pourraient pas la rejoindre. Et en même temps "de faire des pauvres des acteurs de leur propre changement [..]. Il effectue le même travail que celui que fait soeur Emmanuelle, cheffe des chiffonniers du Caire" [1].

  Les bouddhistes et ceux de la fraternité d'origine reconnaissaient de telles figures.

Liens

Les routes des idées neuves de la Fédération (et peut-être de l'Histoire)

Des routes n'oubliant pas les DOM-TOM et les jeunes générations issues de l'intégration

Soutien aux courants de la recherche alter-mondialiste

   , et pour celles et ceux qui sont intéressés par les conséquences des actes des traîtres qui ont voulu aller contre les alliances traditionnelles du monde francophone (dans le cas d'espèce ici contre le génie Talleyrand vilipendié par la propagande naboléoniste après que napoléon ait perdu la Belgique contrairement à ce que lui conseillait Talleyrand).

Le traité de Lunéville
 

Ndlr

1 - Il y a bien le mot "participation". Cf. égt. ici selon nos fondatrices et fondateurs.