1918. Fin des hostilités.

   A peine 20 ans plus tard en 1939, recommencement.

   La période entre les deux guerres fut beaucoup plus courte qu'on ne le croit généralement. Les gens avaient à peine récupéré d'une autre histoire. La plupart des parents racontaient la guerre qu'ils avaient vécu peu d'années auparavant en étant enfants. C'était réellement hier. En 1939, la plupart des français n'ont vu dans le retour de Pétain que le héros d'hier (1918) qui avait sauvé Verdun.

   Il y avait réellement deux histoires possibles [1]. Beaucoup y ont sans doute cru durablement, encore ensuite.

  Mais ce n'est sans doute pas la vraie histoire qui s'était déroulé entre temps ..

  On ne sait trop par quel miracle le traître Pétain était en contact avec les allemands. Normalement une puissance vaincue perd tout, mais les français(e)s [2] découvrirent le miracle incompréhensible que la France conservait jusqu'à la moitié du territoire. Peut-être à cette époque les allemands ne voulaient pas créer de choc psychologique dans l'esprit des français. Si la capitale du soi-disant "empire" avait été au Caire, à Tunis ou ailleurs, terrasser la Lionne aurait été une autre paire de manche. Malheureusement il s'agissait d'une lionne raciste [3].

 Ses ordres personnels encore plus durs envers la communauté juive, que ce qui était demandé par les allemands sont connus.

 Les membres de ce bakufu étaient à des lieux-lumière de penser que des femmes ou des minorités pourraient résister, car ce n'étaient pour eux que des inférieur(e)s. Quand la résistante Lucie Aubrac vint en délégation à sa prison sur la fin, il dit "Pas la femme !" On a ainsi une idée des sentiments de cette ancienne pseudo-élite à leur encontre (peut être aussi imaginait-il qu'elle viendrait lui demander des comptes sur les résistantes torturées dans ses géoles).

Ndlr

1 -  Image ci-contre, membre du SPD (social-démocrate) à PARIS tentant de négocier son maintien dans la zone nord.

2 - Malmené(e)s comme un troupeau de chèvres tenues au courant en rien des actes d'individus isolés des hautes sphères. Mais on n'appelle cela une démocratie.

3 - Qui ne l'était pas à l'origine (la "lionne" est ici la France).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

   Il y a eu comme une croisée des chemins mal assimilée. Dans l'esprit des gens, dans le collectif de la mémoire populaire, les images de cet autre passé se sont lentement estompées. On a pensé à autre chose. Puis dans les années d'après-guerre on s'est étourdi, on a voulu oublié.

   Mais la plupart des gens avaient cru à une autre histoire, à l'histoire avec l'ancien héros.

   C'est d'ailleurs une des raisons sans doute pour laquelle les Américains ont hésité si longtemps à s'engager dans ce qui aurait pu être un bourbier  (la France - nonobstant les aspects de crimes contre l'Humanité de déportations acceptées - aurait pu être une France complètement vichyste et Allemande en 1945).

  Cet autre versant de l'histoire, cette 2e voie du croisement du train de l'histoire française, s'est enterrée lentement sous l'histoire réelle renouvelée. Mais bien des gens ont sans doute rêvé encore longtemps inconsciemment de cet autre rêve.

Extraits durant le deuxième conflit mondial, cliquer ici
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

194x
 Dans le Riff.

 Premières attaques de la RAF. Relayées très bientôt par l'aviation américaine.

 Leur effort libéré par le coup d'arrêt donné par les résistantes du tiers-monde, elles repoussent peu à peu les troupes vichystes de l'amiral Salan qui sont obligées plus tard de réembarquer et de s'intégrer peu à peu à Marseille puis à Paris (bien entendu, il y a eu des erreurs psychologiques de la part de l'armée américaine qui était obligée d'être concrête, et fut obligée d'intégrer ces troupes après négociations, mais le fait principal est que nul ne sait exactement ce que ces troupes vichystes nombreuses au Maroc, sont devenues ultérieurement).

 Libération de Marseille (avant Paris).

 Les petits collabos locaux notoires individuels sont bien entendus traînés dans les rues et punis.
 Mais l'ensemble des miliciens vichystes d'Afrique du Nord bientôt rejoignant et travaillant dans (récupérant) les villes francaises, il était impossible qu'ils fussent inquiétés. Beaucoup avaient des grades militaires ayant eu des accords avec les Américains, au grand dam du Général de Gaulle. Dès avant la libération de Paris donc, ces vichystes d'Afrique du Nord avaient recommencé d'exister et de donner des ordres en étant réintégrés à l'administration (cf. Raffle du Vel D'hiv plus loin).
 En 1968 ce sont les fils de ces vichystes (des CRS) qui ont matraqué les manifestants tout comme ils avaient ouvert le feu lors de la manifestation des Algériens de 196x à Paris qui fit 250 morts parmi eux. Ceci s'explique si l'on comprend que les vichystes ont très certainement noyauté depuis l'après-guerre, d'autres rouages de l'administration et surtout ceux des officines fascistes parallèles. Certains trop excessifs et trop voyants ont effectué des actions spectaculaires, notamment dans les rangs de l'OAS et lors de l'attentat du petit-Clamart (après l'échec du putsh d'Alger). La voiture présidentielle recu diverses balles traversant le siège arrière de part en part, de la part de la deuxième voiture OAS. Et ce ne fut que dû à la puissance de la voiture présidentielle que le Président échappa par miracle (ce ne fut ni dû aux secours, ni dû à la puissance de feu amoindrie des vichystes).
  Ce n'est donc pas seulement récemment que l'histoire a failli basculer sous les coups des miliciens vichystes.

  Le mouvement a dit: en 2002, il se pourrait que les fils ou les petit-fils de ces vichystes aient encore instigué les maneuvres noires contre le peuple (attention aux confusions).
  Il appartient bien entendu au peuple français de savoir si on lui a menti jusqu'à présent sur la présence de ces milices vichystes durant tout ce temps d'après-guerre. Il est sans doute beaucoup trop tôt pour qu'il ait l'autorisation de la part des administrations de visionner ensemble avec les camarades résistants lointains, les documents qui leur permettraient d'ouvrir les yeux sur les actes longtemps cachés des effroyables milices vichystes, qui avaient semble t-il disparu.

Ces explications tiennent compte d'archives qui n'ont pas été vues par les miliciens vichystes (du fait que les résistants lointains se sont toujours gardé en retrait de ce pays qui pouvait encore être à leurs yeux sous la coupe vichysante). A noter que dans ces pays où les archives sont conservées (la résistance existentialiste provient du monde francophone), il existe des rues et des quartiers où les vichystes ont effectué dans le passé leurs manoeuvres épouvantables, d'une façon exactement analogue à ce qu'ils faisaient à Paris: arrestations, tortures, attentats, etc.. Dans ces endroits où l'on reconnaît encore presque trait pour trait en 2003 certaines rues (la rue Lauriston, etc..), on a très bien conservé la mémoire des actes qui s'y sont perpétrés contre les résistants (contrairement à la capitale où l'on a étouffé la plupart des actes contre la Résistance. Cf. cas de Jean Moulin). C'est pourquoi deux des résistants fondateurs du mouvement, le colonel Martin et Nara, se sont réfugiés dans ces pays lointains, où la mémoire de la vraie France, pure, aimable, pleine de bonne volonté .., a été fidèlement conservée.
 

... archives incomplètes ici.
    D'autres témoignages nombreux dans les pays (dont la France d'après guerre) où les milices vichystes ont opéré d'une façon sanglante, existent.
 

Confusions.

   (source: Historia Hors-Série no 39)
   De part "l'existence et à la tactique du gouvernement français, la France est (mis à part le Danemark où il n'y avait que 6000 personnes juives) le pays d'Europe occupée dont le pourcentage de personnes juives déportées a été le plus faible".

   La ligne suivie par l'ancien maréchal Pétain jusqu'en fin 1941 n'avait aucune justification sinon le racisme des fausses élites gouvernantes européennes. Les miliciens arrivés tard (en 1942) ayant vendu leur âme en acceptant les aspects de déportation, tortures, etc .., sont donc des criminels, mais tout comme aujourd'hui on ne peut les dissocier des têtes décideuses de crimes contre l'Humanité.

   Nous parlons de résurgences dans la conscience populaire, d'une nostalgie (avant Montoire) pour un futur gouvernement de Vichy continuant le projet initial de l'ancien héros, car bien que la proportion d'acquis à la collobaration ait été élevée, il y a eut d'autres catégories de personnes (hébergeant des juifs chez eux, etc.).

Ndlr

A - A propos des idées fascistes ambiantes de l'époque dans la société françaises, de "supprimer les juifs de la vie économique" (une couverture).

  On ne peut pas justifier l'extermination d'une partie de population par des arguments économiques.

  Avant de considérer qu'une influence dans la vie économique puisse être supprimée il faudrait d'abord avoir une maîtrise de ce domaine. Supprimer l'influence d'un paramètre dans les études économiques ne peut pas se faire à la légère. Et il n'y a pas besoin de supprimer des personnes pour cela. C'est donc un amalgame révélant la totale ignorance ou emprise sous une propagande.

 Faire de plus une assimilation XX = une minorité particulière est une aberration grossière, exhibée par des manipulateurs se tablant sur la méconnaissance du peuple, des mécanismes économiques (et souhaitant en réalité noyer les possibilités d'accès aux connaissances du peuple).

B - Perspective chronologique : en 1941, uniquement élaboration de sa part (de la plupart) de textes législatifs relatifs aux mesures antijuives.

   Voir ces autres textes, pour ceux que cela intéresse.

   Faut-il jeter totalement le bébé avec l'eau du bain ?

   C'est facile lorsqu'on ne souffre plus d'aucun danger et avec le recul de l'Histoire. Mais cela peut revenir dans certains cas à ne jeter une pierre que sur un bouc-émissaire et ne rien corriger de ses fautes. Les problèmes reviendront donc plus tard.

C - Au reproche de la politique "de courte vue", celle qui a consisté à élaborer les listes de personnes juives, en suivant une pensée que nous reconnaissons comme fondamentalement viciée dès le départ.

  Interrogations.

  Est-ce que dans une partie de pensée (plus ou moins la pensée Française jusque de nos jours d'après le mouvement) méconnaissant les mécanismes fondamentaux de l'économie, on peut dire qu'il y avait un vice de pensée?

  Non, c'est plutôt dans la partie de la pensée relevant de l'antisémitisme "ambiant" (dixit toutes les personnes de cette époque et les nombreux témoignages). Il a cherché des boucs émissaires, mais on comprend bien que le peuple n'a pas voulu ou n'a plus pu le renier, donc chercher en lui également un "bouc émissaire" est un faux problème (il ne faut pas rentrer dans ce type de problème. Ce qui aurait pu se passer aussi puisqu'on avait commencé de l'excuser, c'est qu'il aurait pu chercher des boucs émissaires parmi d'autres catégories de populations s'il avait survécu. Note: le problème est infernal, car en même temps on déclenche pour le futur un processus de victimisation. Ce qui se passe c'est que la recherche de 'boucs émissaires' dans une démarche, est une opération fausse dès le départ. On se cache à soi-même des réflexes de culpabilisation ou autres, qu'on ne veut pas assumer. Si on n'a rien dit, c'est qu'on a accepté pour soi-même cette opération d'inversion de sa culpabilisation (voir aussi Ponce Pilatisme). Le seul moyen de briser ce cercle infernal est d'admettre soi-même sa culpabilité - voir cas de l'Allemagne -, et que d'autres en même temps ou un peu plus tard, soient prêts à la recevoir). En plus ne l'oublions pas, ces choses 'là' (les manipulations de masse) étaient des choses totalement nouvelles pour beaucoup de gens du peuple (hormis certains communistes sans doute, avec la restriction que le gouvernement populaire de 1936 était une bonne chose en France).

  L'Alliance peut donc comprendre les raisons des français qui n'accusent pas le gouvernement de Vichy (pour ses actions jusqu'en fin 1941), et qui sont restées mitigées sur ses capacités s'il avait agi dans le même pays, mais libre cette fois.

   Les français se sont trompés. En 1939 ils ont cru reconnaître le héros de Verdun. Et ils sont arrivés trop/très vite dans une gestion qui les dépassaient, eux qui voyaient encore une victoire facile il y a peu. L'Alliance ne reconnait comme vraies milices vichystes que les officines ayant oeuvré après 1941 (aujourd'hui nommées tendances ou milices vichyssoises). Et il ne met en cause que ces tendances là.
 

Rafle du Vel'd'Hiv.

 Ordonnée par Pétain.

 Quand les vichystes étaient déjà implantés à Paris, c'est la première fois qu'ils ont poussé (le train) des pauvres déportés juifs vers la mort.

La raffle de Marseille, une autre grande raffle
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Attentats

    Le problème est qu'à force de torpiller sans doute profondément les projets des autres (lors de la libération de la France), les alliés de toujours et les vrais alliés résistants on finit par rejoindre les interrogations de tous les français à propos du vrai sens à donner à ces tentatives néo-nazies. Pour des tentatives intestines franco-fxxxx (de la part de para-forces) cela semble s'étendre un peu loin (à l'échelle de la planète). Nous ne disons jamais qu'il s'est agit de tentatives 'françaises' parce qu'il est impossible que des français aient pu faire des choses pareilles. Donc nous parlons de tentatives F.n.v., etc..

Ndlr

1a - Les américains ont hésité à venir libérer Paris en 1945. A cause d'un Stalingrad organisé par les vichyssois? Non, selon eux "à cause de résistantes françaises pouvant venir se jeter sous les roues de leurs chars" (car "c'étaient toutes des communistes fanatiques" bien entendu [1b] ).

1b1 - Le raisonnement tordu (pour n'avons pas dit pervers, mais nous ne pouvons pas empêcher les résistantes et les résistants d'utiliser ces termes) des puritanistes est incompréhensible tout autant pour les résistant(e)s que pour des occitans (cathares, descendant(e)s français(e) modernes par extension [1b2] , etc.).

1b2 - Attention difficile à comprendre : à ne pas confondre avec ceux qui vivent dans des souches.

 Tout comme la direction (qui n'a jamais réussi à voir ces êtres)  les glorieux descendants des bayous et des sages africains ont dû mal à comprendre ce type de croyances : pourrait-il s'agir de sortes de yétis ? de zoms bis ? D'autres êtres ?  (voir photo putative)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Troupes vichystes disparues

  On soupconne qu'une partie de ces troupes ne sont jamais retournées en métropole (cf résidus de 5e colonne). Certains éléments auraient émigré clandestinement vers les anciennes colonies (à l'exemple des allemands en Argentine), tandis que d'autres seraient restées tapies durant des dizaines d'années dans des poches du désert, oubliées mais prêtes à perpétrer des attentats sur d'innocents touristes (peut être en relation avec les rapts de touristes européens inexpliqués en Afrique, etc.. Cf. par contre, les efforts des organisations humanitaires en Afghanistan et partout dans le monde).


  Ce n'est pas au Vietnam que ces troupes ont réapparu durant les années 2000. Le colonel Martin aurait cependant bien reçu l'aide secrête du 2e bureau (qui aurait reconnu qu'il était un descendant des ex-français(es) torturés d'Indochine [vietnamiens, laotiens, cambodgiens, etc., d'aujourd'hui] par le gouvernement de Vichy, donc un résistant), contre la réapparition incroyable de certains éléments de ces troupes.

  On voit sur cette photo des années 1950 la population souffrant du rationnement et environnée de faux projets ou de projets avortés jacobins (voir à droite au fond sur la photo), on voit cependant sur la gauche un projet auquel participa probablement le colonel Martin, S.D. , mandé par les fondatrices et les fondateurs restant encore en Indochine. Les fnv ne purent évidemment s'empêcher d'essayer d'accoler son nom au docteur Gal, trahissant ainsi que pour eux (du fait de la nécessité permanente de combler leur ignorance) la plupart des sujets ne peuvent être traités que par des martingales ou des passes "magiques" (voir leurs connaissances réelles en économie).

  A peu près également à cette époque, les politiciens japonais népotistes commençaient à utiliser des arguments vantant le progrès du pouvoir d'achat, raison pour laquelle les japonaises vivant en France n'y crurent pas un seul instant en France lorsque ces arguments commencèrent à y apparaître également dans les années 2000.

  Le colonel se reposait désormais un peu de ses années durant la résistance. Contrairement au colonel Rol Tanguy il ne fut pas attrapé, grâce aux anciennes cartes de sorties du chateau Vauvert qui menaient également aussi loin qu'une ville de la ceinture (tenue secrête par l'Alliance). On se rappelle qu'au moyen-age la rue d'Enfer menait à ce chateau et que celui-ci était suspecté par les adeptes de mauvaises diabolisations d'abriter le diable, et qu'il fut le lieu de l'apparition du Signe dont le Green Crusader était témoin, dont la réapparition fut constatée par des militantes en 2007.
 

 Voir également à peu près après cette époque,

Séparations, croisées des chemins

Suppputations de transformation ou d'intégration de ces troupes aux très anciens f.n.v.
 

Ndlr

1a - Il ne s'agissait probablement que de galopins allumant des torches la nuit à travers les anciennes lucarnes.

1b - Une autre version selon les manichéens de droite (déjà à l'époque car le manichéisme est très ancien) parle d'avenue inférieure d'où l'idée de soubassements "infernaux". Les partisan(es) de la Nature évoquent les "vaux verts" druidiques.

  Le chateau et cette légende donna naissance à l'expression "Au diable Vauvert" pour les supporters inféodés au catholicisme répressif et manichéistes, et "Au diable vaux verts" pour les femmes et les supporters de l'harmonie.

2a - Ou non loin.

2b - Le signe vert (sorte de schema. Ayant une certaine teinte) apparenté au Signe de Jonas [3b].

3a - Voir sens hébreu du terme (pierre qui dépasse [3a2] ), l'interprétation de cet événement n'ayant très probablement aucun rapport avec le sens hébreu.

3a2 - Parfois (sur la base sémantique même) [source de] scandale quand on suit les variantes hébraïques et les déclinaisons latines de la théologie catholique qui en découlent. Noter qu'on touche ici aux ressorts fondant les réflexes des sociétés occidentale et parentèles (moyen-orientale ..) : réflexes de nommages de bouc-émissaires, auto-victimisations et diabolisations, etc.. (qui heurtent l'Alliance).

3b1 - Apparition discutée (mais non contestée) au sein de l'Alliance. Les femmes ne sont en effet jamais critiquées pour avoir été trop fidèles au culte de la défense des femmes et des enfants (le culte de Lakshmi et la voie dérivée du Green Crusader).

3b2 - (chrétiens) On dit que le retour du conservatisme manichéen le plus étroit au sein de la hiérarchie papiste (après Jean Paul 2 qui suscita de tels espoirs, JPII qui rappellons-le, étudia au séminaire d'Issy Les Moulineaux), aurait été la cause possible de la détresse de Yesu.

(l'Alliance connaît plusieurs fils).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Images et mensonges sur les héros
   (d'après Historia et archives)

   Ce qui suit est une tentative pour réparer quelques erreurs d'interprétation de l'histoire. Pas une tentative pour excuser le 'vichysme' que personne ne peut excuser (encore appelé à l'époque le 'Pétainisme' durant la période, celle de 1939 è 1945). Après la deuxième guerre mondiale bien des choses ont été mal retenues par l'imaginaire français, et longtemps présentées comme étant des vérités. Les vrais traîtres ne sont malheureusement pas toujours ceux que l'on a longtemps présentés comme tels. En montrant l'enchaînement original des faits, vous verrez qu'une petite erreur de traduction initiale n'a fait qu'aggraver ultérieurement la culpabilisation des Français (en fait quand vous aurez lu le compte-rendu aussi fidèle que possible ci-dessous vous verrez qu'il s'est agit - involontairement de la part de Schmidt - d'une sorte de fabricationinvolontaire de l'Histoire. Malheureusement pouvant préparer ainsi d'autres manipulations de masses du même type dans le futur, du fait de l'existence d'une nouvelle catégorie sociologique: les vichystes, catégorie de personnes persuadées de l'existence d'une valeur morale positive attachée à la délation et aux pratiques collaborationnistes).

1 - Avec le recul de l'histoire.

  Le Maréchal Pétain (à l'époque de cette entrevue, étant encore le héros de 1914). Réactions notées par ses aides de camp à Montoire (dans le wagon de l'armistice)

  Pour rédiger le compte-rendu de l'entrevue, l'interprête allemand Schmidt " traduisit le mot Zusammenarbeit employé par Hitler par "collaboration" en pensant que ce terme d'origine latine, cum labore (travail en commun) correspondait le mieux à l'idée exprimée par le vocable allemand.

   Le raciste censé représenter la population française demeura silencieux lors de l'entrevue (il s'agit d'un silence de connivence. Il ne s'agit pas de la descrition idyllique d'une rencontre entre "dieux" mais de la rencontre entre deux grands racistes. Par ailleurs la traduction de Schmidt n'était qu'un détail sans importance).

  C'est sur cette traduction qui n'était donc pas une méprise (l'interprétation de Schmidt postérieure du compte-rendu et semble-t-il acceptée par le fourbe représentant) qu'allait s'ouvrir la période dite de "collaboration" au sens de chasse aux sorcières (délations et actes comparables). En tant que chef militaire (débutant en politique), il n'a donc pas été trahi à partir de ce moment par un 'accident' de traduction de l'histoire, qu'il n'aurait jamais pu (ou voulu?) ensuite rattraper (ensuite il s'agit du jugement du peuple, mais il s'agit d'une autre histoire). Dans Zusammen-arbeit, les allemands eux-mêmes ne voyaient à cette étape qu'un partage des tâches laissant l'indépendance aux administrations (bien que les plans pour la solution finale aient été prêts par ailleurs). Il semble donc que la mauvaise traduction de zusammen-arbeit conjointe à l'existence de nombreux supporters de l'ostracisme 'ambiant' prêts à suivre des mots d'ordres collaborationnistes, ait généré l'époque vichyste (l'époque de la délation des faibles, des roms, des résistants et résistantes). Cette monstrueuse époque était alors représentée par une masse énorme de gens, peut-être 30%, peut-être plus. En fait, ces "français" (de faux français) dénonçaient d'autres français. A noter que les descendants des premiers (des collaborationnistes hitlériens, des négationnistes ou autre qualificatif) mentent effrontément en disant qu'ils représentent Jeanne d'Arc, des français de souche qu'on n'a jamais vu, etc. . Pour preuve ils se réclament non pas des druides celtes ou africains modérateurs, de femmes bretonnes exterminées avec leurs enfants par les jacobins, mais de l'extrême-droite japonaise (qui au mépris des conventions de genève exterminaient les prisonniers, tout comme les armées gauloises, et peut-être une ultra-minorité de prêtres mayas qu'on n'a jamais vu là non plus, une fausse croyance sans doute dérivée des supplices infligés aux individus en adultère).

  Ce qui a été appelé le (bon) "Pétainisme" n'a été qu'une récupération, une utilisation perfide par les voyous et les miliciens vichystes du mythe de ce héros, suite à une incompréhension de l'Histoire. La plupart d'entre eux étaient beaucoup trop intéressés aux traffics en tout genres, à la corruption et aux tortures des résistants pour pouvoir justement collaborer lâchement plus facilement sur leur dos (cf trahison similaire des néo-vichystes à l'encontre des fondateurs d'origine du Mouvement), pour ne pas entendre un autre discours. L'histoire retient d'ailleurs l'appellation "vichyste" et non "Pétainisme" pour cette période. Nous nous alignons sur cette deuxième appellation officielle.

Ndlr :  le général de Gaulle lui-même s'est interrogé sur le sort à réserver à l'ancien Maréchal (sans doute pour des raisons de préservation d'électorat).

  Finalement ce dernier a fini ses jours en forteresse.

2 - Cas de René Bousquet

 "On ne saurait évoquer la police française sous Vichy sans rappeler le rôle de René Bousquet. Il a été pour les Allemands un interlocuteur mal commode et très habile. Son action a été parfaitement dans le ligne de 'Vichy sauveur de meubles'.

 .. Si les Allemands exigèrent son renvoi, c'est bien parce qu'ils mesuraient l'efficacité de son action de freinage".

3 - Les préfets.

 "Le comportement des préfets ne pouvait pas être uniforme..
  Mais dans l'ensemble, le corps préfectoral accomplit parfaitement sa mission - il y eu de grands préfets - et joua auprès des autorités d'occupation un rôle de bouclier, de frein, de "sauvetage de meubles" au prix de ce que l'on appellera des actes de collaboration. Les Allemands ne s'y trompèrent d'ailleurs pas: 43 préfets furent déportés".

4 - A propos du mot 'fantôche'.

  Il a semble-t-il été utilisé une des premières fois de façon surprenante par L.F. Céline, dans un texte prêtant à confusion (Céline allait en fait rejoindre d'autres collaborationnistes) comme:
  "Les Français de Sig.. alors eux... bouchés, aveugles... Y pigent pas que les américains et les Anglais vont les cueillir comme des fleurs et les mettre au poteau... Valsez, fantoches, à la ballade des fusillés... Mais je ne suis pas fou, je fous le camp... Adieu, les gens de la Kollabo ... Je m'en vais au pays des lacs.".

Ndlr

A 1- *  "Sig" renvoie à Sigmaringen, le chateau où Pétain et ses sbires furent temporairement internés avant d'être jugés après la guerre.
     Première interprétation: c'est comme si on disait aujourd'hui: "les seuls français sont ceux du F.N.". Même si on n'est pas d'accord avec le nom (qui était très clair à l'époque), le reste de la phrase ne montre aucune de sympathie pour les derniers représentants du gouvernement de Vichy et les voyous.
     Deuxième interprétation: Céline fut peut-être un visionnaire à une époque, en voyant la prise de pouvoir par les nouveaux arrivants et leurs alliés.
 2 - Le "pays des lacs" semble renvoyer au lac Anavatapta (transcrit sous le conte de "la dame du lac" en occident. Les templiers, reconnus pour être d'extrême-droite par les néo-fascistes mais stoppés dans leurs recherches et l'expansion d'un nouveau monde, n'avaient déjà plus le temps de se consacrer aux explorations lointaines à la fin). Se rappeler que la mouvance nazie, baignait dans les "contes" diffusés par la propagande de Goebbels, notamment un "reich" de mille ans qui aurait englobé l'Himalaya.

   *  L.F. Céline utilise un K. (cf. égt. ci-dessous).

B - Les actions d'extrême-droite contre les résistants du rassemblement pourrait s'expliquer par l'hébergement de ces fameuses colonnes vichystes à l'étranger, qui ont disparues après 1945. Et c'est sans doute leur influence qui fait encore la carence affective profonde de l'administration à l'égard des DOM-TOM, des enfants d'émigrés et des ex-pays colonisés (cf. document preuve du Rwanda, qui pose problème y compris à nous. Lien en attente). Ceci est un grave problème contemporain pour la France et le peuple Français (il y a également des insuffisances de culture géographique qui ne laissent pas d'étonner. Un pays comme le Pakistan n'aurait pas existé sur les cartes néo-vichystes, bien qu'on ait vendu des sous-marins à ce pays. On pourra encore noter les bêtises du genre 'est-ce les pays-bas?' dues aux problèmes d'écoutes peut être? Dacca, en effet est situé dans une cuvette au confluent de fleuves très importants, souffrant de problèmes d'inondation quasiment insurmontables). Cf. Tentatives d'aides du mouvement au Tiers-Monde, et actions inexpliquées.
Cf. égt. un certain combat contre l'amoral.
Croisements de l'histoire

5 - Dévoiements.

 Citons encore le cas de Bucard, "le dieu du francisme", ressemblant à un autre cas bien connu d'après guerre.
 Comme d'autres, il a osé utiliser les notions de la Chrétienté pour revendiquer à la fois un fanatisme dans le Christianisme, un anti-communisme et un antisémitisme.
 Il faut dire qu'à cette époque et ensuite encore, il existait des professeurs de philosophie, des écrivains, .. connaissant bien l'histoire des religions, et cependant d'extrême-droite. En fait c'est toute la société française qui était sous influence d'extrême-droite à cette époque. Oublié Charlemagne prônant l'éducation pour tous et acceptant l'intégration des jeunes élèves allemands dans la (grande) société, balayées les traditions Républicaines sans doute par la centralisation jacobine Parisienne dominatrice. D'où les errements de pans entiers de la société fluctuant au hasard des caprices des bandes vichystes et acceptant la folie de la déviance anti-humanitaire.

  En conclusion, ce que l'on appelait le 'Pétainisme' n'appartenait pas au Maréchal Pétain.
  Il a été créé par les voyous suiveurs fanatiques de la collaboration et des coups de main. Il n'a été initié ni par Pétain, ni par les bonnes volontés nombreuses parmi le peuple, qui ont sauvé des juifs et des résistants.

C - Du côté de la résistance qui voyait déjà clair en 1939 et avait sa propre voie et ses relations, notamment avec les cousins sociaux-démocrates allemands, russes, etc. cf. "Guten morgen en 1939", c'est à dire l'histoire de la famille de Viktor et les actions de celui-ci en tant que gouvernant pour donner de bonnes perspectives de développement à cet autre pays du Tiers-Monde.

[..]

Après la Libération

  Du côté de certaines familles comme celle de Viktor, "la guerre et l'occupation n'ont pu détruire les amitiés ou les relations  nouées avant 1939" notamment entre certains Francais et Allemands cultivés (sa famille était d'origine Autrichienne, cette partie de l'histoire est bien connue). Les f.n.v. zélés, ont de ce fait propagé de fausses rumeurs à son encontre.