Les Bretons sont un groupe ethnique distinct situé dans la région de Bretagne (Brittany) en France. Ceci est reconnu sur les sites internet internationaux (ex. wikipedia), mais cela n'est curieusement mentionné nulle part sur les sites de langue française. Les bretons retracent la plus grande partie de leur héritage d'un groupe de Brythons qui peuplèrent cette zone en venant d'Angleterre entre le 4e et 6è siècle.

 Les bretons ont été massacrés par millions sans avoir aucun droit à la parole ni à la justice, avant d'avoir de nouveau finalement le droit de montrer pour la première fois leurs magnifiques fêtes celtiques sur les Champs-Elysées en 2007.

Les Bretons qui sont extrêmement sympathiques, pratiquaient une religion celtique que connaissent des peuples disséminés aux quatres coins de la Terre, avec des rites propres (avant les furieuses répressions catholiques), et de nombreuses et riches coutûmes. Après de si nombreux siècles de souffrances, ils auraient donc tous les droits de se rattacher un jour au territoire ancestral d'où ils sont venus. Pour l'instant on les prive des flottes auxquels ils ont droit.

 Le visiteur est parfois étonné de ne pas trouver en Bretagne d’autoroute à péage. La duchesse Anne de Bretagne obtint cette faveur de Charles VIII en 1532 lors de la signature du traité obligeant la Bretagne à l'union avec la France. Cette souveraine attentionnée pensa jusqu'aux dernières minutes à préserver les intérêts de son peuple et projetait de se sacrifier en cas contraire.

Certaines légendes disent qu'à peu près à la même époque les bretons auraient rencontré jadis des représentants de grandes civilisations sur une de leurs iles Celtiques.

  Plus tard, lors de la honteuse annexion de la Louisiane ils auraient conservé les preuves de bornes de la Louisiane et d'immenses territoires au Nord de l'Amérique. C'est pour tenter de les retrouver et pour étouffer l'affaire sans doute, que les Jacobins les ont étouffé, femmes et enfants inclus, si assidûment et par tous les moyens possibles au cours des trois derniers siècles.

 Les autres peuples du tiers-monde comme les peuples Africains, Brésiliens, Japonais, et de nombreux autres pays, prêtent une grande attention au fier Peuple Breton, à ses connaissances civilisées, à ses riches légendes et croyances, et à ses revendications, eux qui ont fourni les contingents de la République les plus sacrifiés avec les Africains, les Corses et de nombreux autres indigènes pour la défendre, quand ils y croyaient encore entièrement. Toute l'humanité pense qu'il y a longtemps que les jacobins auraient dû ouvrir un dialogue avec eux pour commencer un travail de repentance (cf. horribles massacres des citoyennes bretonnes et leurs enfants lors de la guerre des chouans).

  Le combat des bretons se situe tout naturellement à l'intérieur de la lutte pour l'établissement de

la nouvelle phase de décolonisation et sa prise en main par les nouveaux français (épithète forgée et diffusée par l'alliance), tous les nouveaux français d'origine africaine, celte, etc., qui luttent pour leur survie par le travail et pour rejeter sur le côté le parasitisme des débris jacobins à la pensée paralytique qui ne comprennent rien à la nouvelle humanité, qui ont toujours été incapables d'évoluer, incompétents en économie et menteurs patentés. L'alliance fait aussi confiance à tous les enfants des provinces (bakongos, nord-africains, bretons, chtis, ..) sans oubli d'aucune.

 Nous encourageons les guerriers verts, les bretons et tous les plus valeureux guerrier(e)s à fonder la nouvelle terre. Les descendants des celtes pourraient réaliser de grandioses projets avec l'appui des autres minorités qui sont des millions et qui avec eux se reconnaitront progressivement  et réciproquement comme frères, et connaîtront la valeur des uns et des autres. Ceci semble plus facile à réaliser et plus réalisable qu'une sécession. La DECOLONISATION des forêts, des fleuves, etc., des parasites doit commencer.

 Plus tard, dans un ou deux siècles,  nul doute que les pays extérieurs prêteront attention aux régions concernées par les épouvantables souffrances que leurs ont infligé les rustres aux sabres éventreurs de la foi fondatrice de l'Humanité.

 Soutenons les martyrs de toutes les provinces qui sont encore et toujours victimes de l'entente paulo-belgo-mécaniciste (ceux qui comparent des humains à des bouts de métal et ont été les pires ultra-communistes de tous les temps puisqu'ils les ont spolié de leurs terres de millions d'années pour faire un partage de ces terres métalliques sans aucune contrepartie pour eux, si ce n'est la conversion forcée sous la menace du révolver, les déportations, l'esclavage, les tortures des prisonniers durant des dizaines d'années - voir coups de fouet journaliers administrés au bantou S. Kimangou dans sa prison de Lumumbashi pendant près de 30 ans -, le cas de Lumumba, etc.) et qui n'ont pour l'instant encore aucun espoir dans leur combat pour faire reconnaître leurs victimes si nombreuses et les Droits de l'Homme contre la féroce répression de ces gens instruments de Paul [1].
 
 

Ndlr

1a - Et qui n'ont jamais été des chrétiens de façon sûre (le passage des cathares l'a confirmé). Mais même avant, dès l'origine de leur groupement "légaliste", on peut également suivre les révélations de John l'Ancien (qui aurait notamment entendu l'appel au secours de l'église Celte [1b] et des Chamanes) et considérer à sa suite que ce ne sont que des adorateurs du légionnaire romain Saul. La filiation de John l'Ancien (ou John l'Ancêtre), par les origines des Esséniens, est donc plus liée à celle des humains (verts) souches qu'on ne le pensait jusque là.

Voir aussi

1b - Le chant des druides voyant la terre sombrer en un monstrueux mélange de guerres contre les enfants, les êtres faibles, et de pourrissement des ressources végétales, mammifères, et de toutes les espèces.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Iles celtiques

 Les iles celtiques principales sont connues.

 On trouvera une approche sur le net (en anglais ici).

 Il y a également des iles plus lointaines comme les iles Féroé (égt. ici) et des légendes d'iles que les celtes et les bretons auraient exploré il y a très longtemps.

Les prêtres Celtes connaissaient apparemment dans les temps reculés des iles très éloignées comme celle-ci.

Ndlr

  Une flotte perdue aurait suivi des cartes maritimes celto-tokariennes anciennes pour se diriger vers une ile ou un presqu'ile dite Solkengard, refuge d'oiseaux primitifs où ils auraient été tranquilles ,en attente.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

NSD - NOUVEAU PARTI DU TRAVAIL
ENTRAIDE POUR UNE MEILLEURE CREATION DE TRAVAIL. ACTIONS POUR LA DEFENSE DES CITOYENS, DES MINORITES ET LE SOUTIEN AUX ENTREPRISES DE TOUTES TAILLES A COMMENCER PAR LES MICRO-ENTREPRISES ET TOUTES CELLES PROVENANT DES INITIATIVES CITOYENNES ! TOUS ENSEMBLE POUR LES NOUVELLES IDEES PROVENANT DE LA SOCIETE, DES LEADERS SOCIAUX-DEMOCRATES ET DE LA DEFENSE DES LIBERTES. LUTTE CONTRE LES POLITIQUES JACOBINES DES GRANDS PARTIS INHIBANT LES ENTREPRISES ET LES EFFORTS DES OUVRIERES ET DES OUVRIERS FRANCAIS DANS LEUR LUTTE CONTRE LA MONDIALISATION LIBERALE, EMMENES PAR LES LEADERS GANDHISTES SOCIAUX-DEMOCRATES DU MOUVEMENT. OUVERTURE AVEC LES ECONOMISTES DU PARTI DU TRAVAIL. LE FUTUR PARTI DONNERA UNE CHANCE NOUVELLE A TOUS

La nouvelle époque de décolonisation de la Bretagne, des provinces et des minorités issues de l'immigration, de l'imbécilité des jacobins

  Les origines démocrates des fondateurs (du fait de leur contacts avec les mouvements celtiques et gandhiens d'origine) permettent a l'Alliance de proposer des plate-formes d'analyse aux citoyennes et aux citoyens des provinces, aux citoyens dits "nouveaux français", ainsi qu'à tous les citoyens éclairés.

Les premières luttes de décolonisation
Luttes de décolonisation des frères blacks et des autres minorités
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Massacres des femmes et des enfants chouans

    “Il n’y a plus de Vendée ! elle est morte sous mon sabre, avec ses femmes et ses enfants ; je viens de l’enterrer dans les bois et les marais de Savenay ; je n’ai pas un prisonnier à me reprocher; j’ai tout exterminé; les routes sont semées de cadavres; la pitié n’est pas révolutionnaire”

Général Westerman à la Convention 23 oct 1793

    Les assassinats du Lorroux Bottereau, les femmes enceintes embrochées, brulées vives, enterrées vivantes, pendues, avec leurs petits, eventrées, au sortir de viols collectifs, les enfants des Lucs sur Boulogne passés à tabac avant d'être tués,  y incluant les républicains vendéens, les tueries sans nom, les radeaux surchargés de femmes et d'enfants coulés au milieu de la Loire, les vengeances, les yeux crevés, les langues arrachées, les parties génitales coupées, la torture systématique...

   Et on ne cite encore que pour mémoire les massacres des 24 colonnes infernales de

Turreau sur place,  les 4800 noyades de Carrier à Nantes, qui aboutiront  à l'issue de 1794 à 10 000 victimes, dont 3000 fusillés place Viarme , plus  les 2000 fusillés d’Angers et les guillotinés de tout l’Ouest .

Premier vrai génocide européen, jamais reconnu, pourtant bien réel ...

Soulèvement des chouans
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Les dernières assemblées religieuses celtiques
Page en cours de construction

BRETAGNE - 525 AJC

  Couronnement du roi gallois Arthur par le saint archevêque Dubricius. Autre Concile de Caerlon-on-usk : David, oncle du roi Arthur (qui sera plus tard immortalisé sous les traits de Merlin dans le mythe chevaleresque du Graal), est nommé archevêque de Caerlon-onusk. Avec l'assentiment de Hoel Ier, roi de la Bretagne armoricaine, le prêtre Chelian de Llandaff est nommé évêque de Dol. Sont présents à sa chirotonie de très nombreux évêques et les grands des deux royaumes de Galles et d'Armorique. Notons que l'épiscopat armoricain, qui participe aux conciles des Gaules, reste très attaché à l'Eglise celtique de la Bretagne insulaire.

Sous la menace de Rome, l'Eglise Celtique sera ensuite contrainte de faire semblant d'accepter les thèses de Rome.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

(aperçu)

 Tout comme les menhirs, les gwerzioù, les contes, légendes et autres traditions, ces chants purement religieux devait assurer l’attachement à l’Eglise, sublimer la foi locale et surtout impressionner, par l’effet que pouvait produire certains de ces chants sur des assemblées transcendées.

  Et c’est ainsi que de nombreux cantiques laissent paraître, encore aujourd’hui, des traces de la spiritualité celtique, remodelée suivant la parole chrétienne. Car la colonisation de l’Armorique par les bretons chrétiens de Galles n’a pas permis l’éradication complète des anciens dogmes, mais simplement leur assimilation, leur effacement au profit d’une pensée déjà tournée vers le manichéisme et ayant abandonné l'héritage de Jésus. Il est par ailleurs intéressant de noter la répartition géographique des saints et patrons, pour mieux comprendre ce principe d’assimilation.

  En effet, au nord de la Bretagne, sur les terres de prédilections des colons (les terres les plus proches du Pays de Galles) apparaissent des saints masculins tels Saint-Yves, tandis qu’au sud, l’on trouve Saint Anne, dont le nom et la signification symbolique se rapprochent étrangement de la déesse mère Ana, chère aux armoricains.

Géographie de la musique bretonne

   Répondant à ce besoin de chapelles, de morcellement du territoire, héritage, tant de l’esprit celte, de la géographie de la colonisation bretonne que de la féodalité, les cantiques se devaient de répondre aux besoins locaux de spiritualité. C’est ainsi qu’à chaque saint, c'est-à-dire à chaque paroisse, était associé un cantique, forme d’hymne religieuse et ethnique, lien social fort de la communauté, établie, comme aux temps celtiques, entre l’église et le domaine du maître.

   Enfin, ne parvenant à assimiler l’héritage celtique et craignant que celui-ci ne resurgisse, les autorités religieuses catholiques mirent au banc de la société ce qui résistait à son dogme. C’est ainsi que les sonneurs et chanteurs de gwerzioù, de sonioù ou de kan ha diskan se voyaient reprochés d’être les « instruments du diable », détournant le peuple de la bonne parole, ne respectant les principes fondateurs de la spiritualité quotidienne. Ne pouvant prévenir, la hiérarchie catholique s’est engagée dans la répression de ces chants, à travers les sermons, le refus des sacrements religieux, l’excommunication. Et il ne fut pas rare de voir des prêtres pourchasser les musiciens et tenter de ramener leurs ouailles dans le bon chemin.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Histoire et légendes Bretonnes

Histoire et légendes autour du Roi Arthur (français)

Légendes Celtes (anglais)