Le prétexte de "la" démocratie peut mener à la pire ou la meilleure des choses
 (il y a de bonnes démocraties, comme par exemple les démocraties humanistes, et il y en a de mauvaises qui par exemple sont en réalité des peaux de moutons de génocideurs)

 Attention, page assez dure.

 Nous conseillons aux lecteurs souhaitant être calmés, de consulter les weltanschauung des grandes civilisations (entrée très sommaire).

 La majorité de la planète qui ne connaît que les monarchies et le paternalisme d'état, pense en réalité que la démocratie (de la force) voulue par les hyper-manichéistes [..] n'est qu'une nouvelle idéologie assez pauvre, et en tout cas très dure. Ils pensent également que leurs religions n'ont pas mené à des exterminations de masse durant les derniers millénaires. Alors pourquoi changer les choses de leurs côté ?

 Par ailleurs ils voient que le mot "démocratie" est curieusement annoné par d'anciens descendants de vociférateurs.

 La démocratie pour eux, ressemble au mieux à un animal qui mord à tort et à travers, et pas seulement les voleurs comme le font les bons chiens de garde.

 Ils pensent donc: "Peut-on en conclure quoi que ce soit de général dans une direction ou dans une autre ?" ou pour certains "Serait-ce encore un piège mortel ?"

Parole de Nic (un peu extrémiste)

La position du mouvement tenant compte de toutes les parties en présence, à propos des abus manichéistes
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Témoignage d'une anciennne résistante devenue ensuite vietcong (Hué)

 Nous savons reconnaître les résistant(e)s français(es), indépendamment de leur faciès.

 Nous devrions reconnaître aussi un jour les résistant(e)s étranger(e)s lorsqu'ils/elles ont combattu pour la survie des leurs et pour l'un des "Biens", pas seulement par nationalisme (rappelons-nous qu'ils ont su sauver les cambodgiens de l'extinction par des extrémistes).
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La foule de citoyens boudhistes qu'on a appelé des "communistes"

, tout comme on les aurait appelé de sales chrétiens sous Rome.

 Une fois renommés en "hérétiques", "communards", "communistes", etc. , on a dit que les bouddhistes étaient des terroristes alors qu'ils sont 100% contre tout ce qui guerrier, armes, et idéologies manichéistes barbares. C'est ridicule. On ne peut qu'inévitablement penser qu'il s'est agi en réalité de couvrir ses propres crimes (il est difficile de croire que des dirigeants occidentaux et ayant été un minimum à l'école dans des pays civilisés ait ignoré qu'ils avaient en face des citoyennes, des citoyens et des enfants de religion bouddhiste).

Est-ce que la majorité des tribus de la terre veut retourner au premier système des familles nucléaires (individus isolés luttant pour leur survie) qui prévalu au début des ages, ou bien ont-elles opté en majorité pour le système des familles tel qu'on le connaît aujourd'hui (système offrant assistance mutuelle et meilleures chances de réussir à survivre) ?

 La réponse donnée par les historiens comme Emmanuel Todt est connue : aucune tribu classique (90% des habitants de la planète) ne veut retourner à l'ancien système. Dans leurs pleins savoirs et expériences durement acquis par la traversée de millions d'années, la liberté individualisée c'est donc LA LIBERTE DE LA POISSE. De la plus effroyable malchance des individus, des pires maladies, des pires regrets d'avoir vu tant de membres de votre famille mourir en étant impuissants. Voilà ce qu'est le discours propagandiste d'absolue ignorance qui ne peut provenir que de fous barbares souffrant d'obésité et des pires maladies comme le SIDA chez eux (voir conditions de vie à Brooklyn) de fausse "liberté" de la poisse répugnante pour plus de 90% de la planète.

Exemple de vie mutuelle (en se soutenant l'un(e) l'autre)

 La foule d'humanité immense qu'on a appelé "communiste"

 Titre de l'image: Sort qui fut réservé aux citoyens bouddhistes ayant osé mettre en doute les bienfaits de la démocratie manichéiste.jpg
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Quelle était la proportion d'asiatiques bouddhistes affiliés aux partis communistes, parmi l'ensemble des personnes dont on a détruit l'existence ?

  Depuis les décomptes officiels datant du début des années 2000, chacune et chacun a pu recevoir les données suivantes:

* Dans le cas du Vietnam un chiffre certifié (personnes mortes ou disparues recensées par les autorités, dont le dénombrement n'a été achevé qu'au tournant du 21è siècle étant donné l'énormité de la tâche) de plus de 4,5 millions de victimes pour environ 300 000 citoyennes et citoyens affiliés accessoirement à un parti communiste (en plus d'être bouddhistes comme les autres).

* Pour l'ensemble de l'Asie, en partant de 1900, chiffres complémentaires en attente (vous pouvez commencer vos propres recherches).

  Au total, on peut estimer en tenant compte de la Chine où la population est bien plus nombreuse que l'Asie du Sud-Est, que bien moins de 10% de personnes étaient réellement affiliées de façon supplémentaire aux partis communistes.

 Voilà la proportion de personnes détruites (au minimum 10 pour 1) pour satisfaire à notre égo de planification de ce qui est bon pour les modes de pensées dans d'autres pays que le notre (le but étant évidemment d'implanter partout notre démocratie manichéiste).

 On se rappelle que nous nous sommes longtemps demandé si les "sauvages" avaient une âme.

 Il ne faudrait cependant pas appeler cela des guerres de combat contre les croyances d'autrui (guerres de religions).

 Dans ce cas, ne nous étonnons plus si beaucoup d'hommes et de femmes du tiers-monde pensent que le Socialisme est la plus belle des choses ("Nous n'avons pas beaucoup de liberté mais on nous laisse le droit d'avoir nos propres modes de pensée et .. on est vivants !").

 On leur a probablement dénié tout droit à leur propre mode de pensée jusqu'à aujourd'hui. Nous sommes d'incorrigibles "redresseurs de torts" (les "torts" et les "biens" ayant toujours été évalués selon la morale diabolisante manichéiste de la religion dont nous dépendons). Mais il y a de moins en moins de personnes et de jeunes pour penser que seuls nos schémas de pensée sont bons.

Cf. égt les cas

* Afrique du Sud.

* Australie

* Etc.

Décomptages par l'ASEAN et position de Voltaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Eléments de réflexion

   Juste après le second conflit mondial, la triade assouvie parfaitement satisfaite et repue sur le dos de 30 millions d'Européen(ne)s se trouva libérée de toute opposition et vint donc de nouveau folatrer en toute liberté (mais tous crocs dehors cela va de soi) sur les départements d'outre-mer (un de ses descendants effectuait encore secrêtement des tortures sur des françaises à Fontenay-aux-Roses dans les années 1999-2001). Accessoirement, le keynésianisme militariste recouvert par une théorie des dominos quelconque faisant office de peau de mouton, était très intéressante au sens de cette triade d'origine encore indéterminée en 2003 mais ayant envenimé constamment dans le sens contraire des autres parties qui essayaient de négocier entre elles (la mère et son enfant sont parfois éblouis parce qu'ils sortent de cachettes souterraines et certains gardiens ont été compatissants. Bien se rappeler que c'est l'arriération des lois qui fit exterminer en métropole jacobine des centaines de milliers d'opposantes et même incarcérer des personnes illustres comme M. Raspail, et qui contribuèrent largement à encourager certains individus à des exactions ou des atrocités dans les ex-départements d'Indochine et d'ailleurs, dont les atrocités individuelles produisirent en grande partie la volonté de séparation et d'indépendance de ces départements).

  Sans aucune opposition aussi, la principale "religion manichéiste" (i.e. la présentation de la démocratie dans les premiers ages, appuyée d'outils divers comme certaines religions) n'était peut-être en fait qu'un immense effort pour se donner les moyens psychologiques pour affronter sa propre mort (problème de civilisation interne). Or il y a un paradoxe parfois: ce que l'on n'est pas capable d'affronter soi-même, on l'infflige à autrui. C'est comme si on déportait (ou essayait) le problème sur autrui: ce qu'on n'est pas capable d'affronter, on demande à quelqu'un d'autre de le résoudre à votre place.

  Ainsi donc, sans opposition au début (les russes avaient été "aimablement" saignés en perdant 20 millions de morts par les manoeuvres dilatoires de la triade de 1940 à 1945, par cette triade qui menait une autre guerre à l'intérieur de la première sur le dos des européens et les empêchait de regarder les modèles économiques du tiers-monde comme ceux de Amartya Sen et de l'Indien créateur des prêts micro-économiques, prix Nobel) cette triade en liberté (se cachant derrière d'autres et qui ne voulait pas voir qu'à terme tous les peuples croîtraient et se lèveraient contre elle et qu'elle serait forcée de reconnaître (ne serait-ce que par ses propres populations) que ses actes meraient tout droit à la confrontation généralisée et que c'était son but (la fin dite "des temps" mais peu importe, ce serait de toute façon encore sur le dos des européen(ne)s selon la [..] ultra-manichéenne, ne voit toujours aucun frein d'aucune nature, se voyait impunie jusqu'à la fin des temps (qui se mesuraient en jours pour elle), et trouvait donc juste et attribué à elle d'agir impunément).

  Ces saigneurs de daims (en réalité des saigneurs de serfs et non de cerfs, comme encore récemment) de ces triades disaient que les gaulois étaient des terroristes (du temps pas si lointain des romains), les bretons étaient coupables de bretonner (i.e. étaient "d'incorrigibles" hérétiques), les cathares et les occitans (étaient également tous d'incorrigibles débordants d'hérésies, [potentiels occis-dentaux] ), les français étaient d'incorrigibles existentialistes au café de Flore (des anes, des "c..", selon les petits jacobins inféodés [luttant contre les ressources du peuple français et des peuples francophones, ce qui mênera aux révoltes durant la période X]), et accessoirement que les indochinois avaient des méthodes (des façons de voir la vie) qui en faisaient des aliens (soi-disant des "communistes"), que les africains étaient des fainéants, etc. . Tout le monde sait par exemple que les bretons ne sont pas fainéants et commence à comprendre que le culte de Paul (Saul de tarse) a remplacé la dévotion (paisible, neutre, bienveillante, en un mot non-manichéiste) à la Nature et à ses bons officiants, les prêtres Celtes. On peut donc imaginer ce qu'il en est des autres affirmations. Est-ce que l'avénement du principal culte manichéiste a été bénéfique comme on en a reçu l'intox depuis 2000 ans, ou bien est-ce que cela a été une grande perte ?

   Lors des deux conflits mondiaux on a servi ad nauseam à tous les peuples depuis les celtes et d'avant encore, dont nous faisons tous plus ou moins partie, un discours "si tu n'es pas avec nous tu es contre nous", "regardes ceux qui trahissent leur pays", "C'est de la trahison (implicitement pour eux : que de ne pas massacrer ces gens)" (ndlr qui seront d'autres sortes de bretons ou d'occitans en réalité), etc., etc. .

   Mais qui ont été en dernier ressort les victimes servies sur un plateau par les (bourreaux) manichéistes (les chefs de ces triades et papalistes manipulards associés) lors des deux guerres mondiales ?

Voir également

Prisonniers_des_propagandes
Une partie de cette triade (non décrite), plus ou moins cachée et variable derrière des groupes respectables à qui on a imposé des alliés

Note : Voir salut  (la façon de saluer) des chrétiens "bleus".

...

(côté Indochine)

 Les cadres en voyant les villages rasés sous des déluges de feu (bombes au napalm) constataient que le tissu bouddhique continuait sa vie de façon imperturbable sans violence jusqu'à sa disparition complète, tandis que le nouvel élément dévorait le tissu bouddhique comme de l'acide et en y faisant de profonds et immenses trous qui s'étendaient sur les toits en paille de riz et les gens, lui aussi suivant sa philosophie, imperturbable, sans se poser de question.

   Ci-contre image nommées par lui "Hautes routes allant à Hanoi".

   (et par les résistantes, les enfants et toutes les populations en bas : "Routes de cauchemars arrivant sur les populations". Cf. égt ici et ici).

.

.

 Les cadres tout comme les habitantes et les habitants (les cadres étaient aussi des habitant(e)s), se demandaient donc comment il était possible que des êtres humains se comportent de cette manière. Ils allèrent consulter un docteur dans la région de Haïphong.

.

.

 Le docteur leur parla ainsi : "Prenez l'exemple de l'ammoniaque. Est-ce qu'il peut se rendre compte qu'il est de l'ammoniaque ou qu'il n'est pas naturel d'être de l'ammoniaque ? Et de même pour de l'acide ou du feu. Peuvent-ils se rendre compte qu'il n'est pas naturel d'être de l'acide ou du feu ?"
 

.

 Les cadres qui étaient endurcis à la guerre, bien qu'ayant été bouddhiques autrefois, ne comprenaient plus que très peu.

  (ci-contre image de titre: "Pilote ayant toujours été heureux toute sa vie et respirant la franchise et l'innocence.jpg". Voir ici ses effets selon de l'intox qui ne peut être que celle de diables communistes ou de sorcières).

.

 Le docteur parla d'une évocation (un Esprit) qui était apparue lors d'une réunion récente. Les femmes avaient déterré dans un recoin de Chod un esprit apparemment géant qui monologuait tout seul sans qu'on ne put jamais l'arrêter. Contrairement aux autres il ne répondait jamais aux questions. Il était tout entier absorbé sur lui-même. Tout ce qu'il émettait (qui n'étaient que des accusations en listes infiniment longues à n'en plus finir, entrecoupées d'imprécations sans nom et des insultes) avait paru au début concerner l'assistance [car il utilisait des nominatifs comme "vous" mais qui pouvaient avoir concerner d'autres gens des millénaires auparavant s'il s'agissait d'un esprit diabolique ancien] puis on s'était rapidement aperçu que cela ne concernait que lui-même, aussi il n'était pas nocif. On avait donc remarqué qu'en lui donnant des sortes de petits coups pour le réveiller "Eh Sxx, Réveilles toi, tu pratiques de l'intox .. !" sur des coups de gongs à la façon bouddhiste, cela n'avait jamais attiré son attention au monde extérieur.

Le docteur leur suggéra donc d'utiliser une méthode qui serait de la classe de celle qui dénotent la trahison d'une appartenance (et ainsi sera pris en défaut, lui ou elle, qui ne parle que de trahison -  un des procédés manichéisants les plus forts - à propos des autres) envers celui ou celle qui est sondé(e), puisqu'ils (elles) ne répondent pas.

 Les cadres revinrent donc dans un petit endroit où étaient gardés les pilotes .

 A part l'un d'entre eux qui était gravement malade psychologiquement, n'importe lequel des autres qui étaient rieurs et en bonne santé pouvaient convenir.

 Il leur firent donc passer à tous un petit examem médical.

 Au tour du pilote lambda qui avait été choisi, les infirmières n'interrompirent pas plus ce pilote qui blaguait et en le laisant parler avec les autres et dans ses monologues avec elles. Elles lui conseillèrent au début de la visite de continuer de discuter pendant l'examen s'il le souhaitait, sans faire attention à leurs tests médicaux de bonne santé.

 Elle prirent donc son poul tranquillement pendant quelques minutes, puis auscultèrent ses yeux tout aussi posément durant plusieurs minutes, etc.

 L'aviateur continuait de discuter avec les interprêtes et les infirmières.

 Vint ensuite le petit rituel du maillet sur les genoux, etc.

 Elles en prirent un autre en mousse, puis touchèrent doucement ce pilote sur une des tempes en lui disant durant juste une seconde amicalement : "Réveilles toi cher pilote, tu pratiques de l'intox .. !", puis elles continuèrent les autres petites opérations jusqu'à la fin et tout fut bientôt fini. Le pilote rentra dans sa chambre heureux et satisfait, comme tous les autres.

 Durant tout ce temps, les cadres analystes étaient restés dans un coin de la pièce en étudiant.

 Tous s'étaient attendu plutôt, qu'au moment de l'action inhabituelle le pilote choisi aurait sursauté, au moins légérement (malgré un self-control qu'ils auraient pu étudier aussi).

 Aussi furent-ils estomaqués à ce moment de ce qu'ils virent, car le pilote n'eut aucune réaction. Il ne s'aperçut même de rien.

 Ils comprirent alors ce que voulait dire le docteur bouddhiste.

 L'élément qu'ils avaient en face d'eux était une sorte de grand bébé qui avait toujours grandi dans une sorte de bain d'accoutumance aux propagandes manichéistes les plus acides prônant les bains de sang envers les autres peuples (inférieurs) d'une voie sussureuse sous couvert de fidélité à sa patrie, et tout comme l'ammoniaque ou l'acide ne pouvait donc s'apercevoir de sa symbiose avec (quasiment) lui-même.

 Comment donc dans ces conditions lui en vouloir, et plus généralement en vouloir à d'autres de cette sorte ?

(extraits du rapport des cadres à l'attention de supérieurs militaires)

 "Quand vous étiez né(e)s dans ces contrées de jadis (Laos, Vietnam, etc.) vous pensiez que tous les êtres humains étaient nés dans la verdure, le calme et les rires.

  Mais il y a des bébés qui sont nés avec une petite chaîne autour du poignet et une clé ou un petit émetteur attaché. Ce petit émetteur leur rappelle sans arrêt quel est l'état de leur avion "qui dépend d'eux en tout". En réalité ils sont les bébés de cet avion qu'ils voient un peu comme leur mère ou un nounours (d'ailleurs "ces contrées sont si étranges qu'on ne sait même pas si ces bébés ont eu une vraie mère). Comment pourraient-ils voir les choses naturelles autrement que d'être charnellement liés à  de tels engins, tout comme d'autres (les Sxx catholicards) ne concoivent pas que les tortures sont mal ?"

  Autour du syndicat-école maintenant de se poser des questions.

 Ces éléments (à moitié) bioniques (au début) s(er)ont-ils encore humains ? (vous ne vous poserez plus la question "étaient-ils humains" après la fin des temps. Ceci est une fausse question, nous vous avons répondu). Le film "Terminator" (la version 2009) pose aussi partiellement à ce genre de questions.

  A la fin il n'y a plus qu'un océan d'os et de crânes sur une mer d'acide. Est-ce la faute à quelqu'un ? Non, puisque chacun s'est comporté comme sa nature naturelle le lui dictait !

  Encore une dernière information issue d'interviews.

  Est-ce que les vietnamiens pensent tous les jours à la guerre ?

  Réponse: Non (ils ne s'y intéressent pas).

  Donc prions !


Ndlr : 1 - En l'absence de ne pas nous réveiller envers le statut réel des jacobino-mécanicistes qui dans notre dos sont les dépeceurs des petites françaises et les voleurs de tous, les bon(ne)s français(e)s ne peuvent que prier. Personne n'est nommé coupable et (par conséquent) nous ne pourrons encore pas du tout faire écouter notre voix dans les conflits suivants. Et ainsi de suite ad vitam aeternam.

 Légende de la photo ci-contre: Les populations sud-est asiatiques ont eu de la chance, elles : les machinistes (mécanicistes) et leurs machines ont été arrêtés in extremis par leurs défenseurs et défenderesses (un peu comme l'avançée des nazis par les russes à l'est en 1942).

2 - On peut aussi repasser le film des années 1930 aux années 1940, essayer de mieux discerner aujourd'hui l'enchaînement des événéments camouflés ayant mené aux carnages des européennes et des européens (et pour ceux et celles intérêssés par la suite des événements en Asie, consulter l'entrée Shanghai 1942 dans ce site également, ou à l'extérieur). Ensuite, juste pour se cultiver comme les sympathisant(e)s, tenter de répondre aux questions du genre : "A qui s'en prennent-ils quand les (vrais) sauveurs les limitent à l'extérieur ?" ou "Que s'est-il passé quand, selon une issue imprévue, malgré une saignée de plus de 10 millions de morts qui devait les mettre au tapis, selon ces néo-sumériens (de façon à peine dissimulée ; voici un extrait de leur dialogues entre eux) "on n'a pas pu arrêter le retour en premier de ces salauds de russes vers Berlin et il a fallu se résigner à intervenir en 1945 en déversant à fond de la propagande sur les européen(ne)s qu'on serait venus aussi vite qu'on pouvait".

.....

 En haut de la page les paroles du légionnaires de la première image étaient : "Comment faire comprendre ce qu'est "la" démocratie (ndlr: servant de peau de mouton) aux sales bestioles communistes protégeant encore quelques instants leurs chiards avant de mourir tous.jpg"

Ndlr: Le 'marche ou crève' du libéralisme pur dont on peut deviner l'issue lorsqu'il est appliqué au tiers-monde puis lorsqu'il le sera à l'humanité (en fait il l'a déjà été en Europe mais on vous l'a caché. Ce n'est pas grave, dormez bonnes gens. Il n'y a pas de voyous dans les rues, vous êtes protégés).

 Car dans la plupart des batailles de défense du tiers-monde comme à Hué d'où est tirée la première image et où furent impliqués les résistantes, les résistants et leurs enfants, contrairement au beaux discours sur la démocratie, les conventions de Genève (celles qui disent qu'on doit réserver un sort humain aux prisonniers et ne pas dépasser certaines limites), il n'y eut pas de prisonnières ni de prisonniers de guerre par ces triades démocrates (est-ce que vous comprenez ce que cela signifie ? Rappelez-vous la situation d'après la deuxième guerre mondiale : pas d'opposition, et voici ce qui arrive quand les fous de manichéisme haïssant les syndicats [comme un pur S.. ] ne rencontrent pas de contre-pouvoir - leur rêve - qu'on appelle aussi parfois "résistance").

  Les Européennes peuvent à tout instant légitimement dire qu'elles eurent presque dix fois plus de morts (ndlr: 7 fois [1] ) et qu'elles n'avaient plus de forces pour venir secourir leurs soeurs du tiers-monde agressé par leurs gouvernements. C'est parfaitement exact et c'est pourquoi le tiers-monde (plus de 80%) ne leur a jamais posé une telle question. Les peuples du tiers-monde comprennent parfois mieux les agissements à l'égard d'autrui (les européens) que les européens eux-mêmes (nul n'est prophète ou clairvoyant en son pays) et n'en veulent pas aux peuples européens ou aux peuples occidentaux pour les agissements de leurs gouvernements qui formaient cette triade maîtresse infâme (voir égt. Traîtrise de Cao Bang).

[..]

 Quand vous envoyez quelqu'un (gratuitement) à la mort vous pourrez donc vous mesurer un jour à des problèmes dont vous n'avez pas idée.

On peut sans doute raisonner par rapport à un problème à deux niveaux: ceux qui ne concoivent même pas le problème qu'ils auront à affronter, et ceux qui commencent à le pouvoir (quels que soient leur intelligence, leurs rang ou leur fortune. Cela a plutôt rapport avec un problème de foi). C'est un peu la même chose que le paradoxe du niveau d'intensité des activités. Il y a des périodes de la vie où l'on est abattu. Dans ces périodes là on ne verra que très peu de choses essentielles nécessaires à effectuer. Par contre si vous avez le moral, vous avez l'impression que vous n'avez jamais assez de temps pour effectuer toutes les tâches que vous pouvez concevoir.

 Donc il s'agit d'un problème essentiellement intérieur et psychologique dans les deux cas, voire un problème moral ou de morale.

 Imaginons que vous soyez dans la catégorie qui peut concevoir qu'il y a une question de déport de problèmes.

 Le problème que vous pouvez comprendre dans ce cas est que ce que vous ne parvenez que très imparfaitement résoudre avec votre religion (le problème de surmonter votre mort), un autre ou une autre va le résoudre. derrière cela il y a aussi un problème de durée: vous vous mesurez à des durées très grandes. En fait l'espèce humaine ne peut pas concevoir des durées au-delà de quelques centaines ou quelques milliers d'années. Quand vous effectuez une action usuelle, vous concevez les retombées de cette action en jours, semaines ou mois. Quand vous êtes dans le feu d'une action pressante, vous ne concevez même pas de telles durées. Le cerveau humain est ainsi fait qu'il ne conçoit alors qu'en minutes, secondes, ou sans durée. Ce n'est qu'à froid qu'on peut concevoir en semaines ou un peu plus longtemps, les durées des conséquences de ses actions. Vous comprenez donc maintenant pourquoi c'est par de grands efforts intellectuels que les humains ne parviennent qu'à l'extrême limite à concevoir en centaines ou en milliers d'années.

 Il se peut plus précisément, que le type d'action principale que tentent de résoudre les religions soit le remord. La plupart des gens comprennent que les choses les plus difficiles que l'on puisse endurer sur terre est le remord. Or imaginons un seul instant ainsi que le suggèrent les pratiques shamaniques qui ont berçé l'humanité depuis son début, que vous soyiez amené(e) à affronter un problème de remord durant des milliers d'années, voire même, ce qui est inconcevable et d'autant plus horrible, éternellement. Cela serait-il supportable ? Nous ne décrivons pas ici comment un tel combat à endurer pourrait être possible. A vous de voir avec votre religion.

 Donc, si vous pouvez concevoir que vous pourriez être amené à endurer des problèmes moraux, de remord ou analogues durant des durées plus longues que vous ne pensiez au départ, il vaudrait mieux que vous ayiez accompli de bonnes actions et ce qui en est le contraire, que vous n'ayiez pas tué une personne qui avait raison quand vous vous aviez tort. Là encore, la morale courante (ne pas confondre avec la religion, la morale courante en est souvent une perversion) peut vous aider.

 Imaginons que vous ayiez tué sciemment une personne.

 Si par malheur cette personne avait raison et que vous vous n'aviez eu que de bas objectifs concrets (propagation inavouée de la consommation via la démocratisation, extension de marchés, ..), il va donc y avoir une confrontation entre deux types de durées: la durée restante de votre vie, et celle durant laquelle la ou les personnes disparues résolvent des problèmes ou "leurs" problèmes (ce "leur" choquant concerne les personnes qui ne parviennent pas au niveau de comprendre les conflits psychologiques ou idéologiques à travers le temps).

Maintenant nous avons assez défriché le terrain: on trouvera deux catégories de réactions psychologiques chez ceux qui ont tué des gens: ceux qui ont d'immenses problèmes moraux, et ceux qui n'en ont pas.

Vous devinerez un peu que ceux qui n'en ont pas sont ceux pour qui les attachements avec le groupe et la morale courante étaient forts et n'avaient pas un attachement fort avec les valeurs morales ou la religion. Pour résumer, une action qui était présentée comme "positive" reste pour eux ensuite une action "positive". C'est peut être ceux qui survivent le mieux.

Nous n'avons évidemment ici fait qu'effleurer le problème.

Nous citons ici les nombreuses pages du tiers-monde (cf. par exemple ASEAN) décomptant le nombre de morts dans les deux camps.

* 40 morts en moyenne pour réussir à tuer une seule personne contraire à ses propres idées (la proportion entre les morts civils et les partisans temporairement communistes).

* Etudier en comparaison la parole de Voltaire:

"Je ne suis pas d'accord Monsieur avec vos idées. Mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayiez le droit de les exprimer"

Note :

1 - Par rapport au Vietnam seul, mais 3 fois environ par rapport au sud-est asiatique.

 Les européens et alliés d'outre-mer subirent cependant ces pertes sur une période beaucoup plus courte, 4 ans au lieu de 13 (ou 30 selon la façon de compter). Les anciens combattants africains qui auraient pu prétendre un jour à une pension de retraite, furent remerçiés sur leur voyage de retour en voyant leur bateau coulé par une partie de la triade (onusienne), comme chacun sait.