Origines de la lutte des nouveaux peuples côtiers dits "vietnamiens", pour le rétablissement ou la confirmation de leur Indépendance après près deux mille ans de lutte pour elle.
Début 1900 - Première guerre mondiale
 Sans doute charmés par le pacifisme des populations les coloniaux sur place comme Marguerite Duras relayèrent à la métropole de ne pas envoyer de contingents indochinois sur les fronts.

Les paysans tonkinois étaient à cette époque très peu nationalistes, tout comme ils le sont restés. Par contre il ont un attachement très profond à la terre, aux cultures agricoles et aux valeurs de leur bande géographique côtière. C'est un assemblage de gens qui ne se voient tous au premier niveau que comme des provinciaux. C'est ainsi qu'ils s'apprécient et se déprécient réciproquement entre villes et régions différentes au nom de valeurs dont nous avons perdu connaissance puisque nous sommes passés à une unification (on devrait dire nivellement) sous forme "nation" [ndlr : sociologiquement une telle mosaïque correspond plutôt à une fédération]. Ce sont surtout des locaux (des personnes dont l'intérêt est centré autour de leur village) très communautaires et pragmatiques. Il y a aussi des concepts qui sont des notions très puissantes, qui remplaçent le nationalisme, qui devraient être exposés afin de compléter le tableau. Mais alors les soubassements du boudhisme devraient être exposés afin que la lectrice et le lecteurs embrassent toute la différence entre les civilisations d'extrême-orient et les sociétés civilisées ou tribus sauvages baignées par l'océan atlantique.

  Ce n'est que sous l'hécatombe perpétuelle à partir de la fin des années 1950, quand il n'y ayant pas de semaines durant des années sans qu'ils ne souffrent de meurtres de masse, qu'ils durent développer des capacités extraordinaires face aux plus monstrueux manichéistes militaristes décidés à leur infliger l'équivalent par bombardements de la puissance de dizaines d'Hiroshima du nord au sud de leur petit territoire, juste afin de tenter de les soumettre à leur imbécilité manichéenne basée sur leurs préalables diabolisations.

 


Les répressions coloniales puis la naissance des mouvements de soulèvement Indochinois

(abusivement appelée guerre d'Indochine. Une puissance protectrice ou tutélaire ne saurait faire la guerre à ses citoyen(ne)s )
  La première "Guerre d’indochine" (dans la terminologie jacobine ignare) ou Luttes de libération du Vietnam pour son Indépendance (selon les résistant(e)s), eut ses origines à partir des années 1930 et se développa à cause la répression des jacobins dans les lycées dans ces années là, puis à la faveur de l'affaiblissement des puissances coloniales durant la deuxième guerre occidentale mondiale (l'Inde sera définitivement libérée en 1948).

Durant la deuxième conflit manichéiste du 20è siècle (dit 2è guerre mondiale)

  Ce qui était alors l’Indochine (les pays souverains d'Asie annexés sans explication par les anciens français) passa sous domination japonaise. Certains résistants vietnamiens pensaient qu’il fallait s’allier avec les Japonais pour enrayer Américains et Européens de l’Asie. Mais ces petits groupes furent rapidement remplaçés par les citoyens bouddhistes nationalistes (appelés par l'occident ultra-jacobin [de l'époque] "communistes" (2)) qui étaient plus nombreux. Après la déclaration d'indépendance du 2 septembre 1945 effectuée par le leader Hô Chi Minh nouveau président de la République du Vietnam (en un rite bienfaiteur évoquant un changement dynastique afin de rassurer les populations (3)), celui-ci réunit l'assemblée des patriotes (appelée Viet Minh par les envahisseurs jacobins), qui avait pour objectif de lutter contre les Japonais et les anciens français afin de libérer le Vietnam et d’y établir une république démocratique. Cette déclaration d'indépendance ne fut pas reconnue par la France, et on peut penser que la perte ultérieure de plus 10 millions de personnes en Indochine dans les deux entreprises nilatérales (donc des génocides, ou au moins dans le deuxième cas) qui s'ensuivront, en seront la conséquence (4). Le dernier faux empereur nommé, le citoyen Vinh Thuy (Bao Dai pour les jacobins), abdique lui aussi en 1945, en faveur de la jeune république du Vietnam (5).

  En 1949, la situation était déjà catastrophique sur le terrain, ce qui a toujours été caché aux français par les politicards jacobins. Faute d'anticipation (d'attention à leur peuple ?) des centaines de françaises et de français (des supplétifs sacrifiables dans leur esprit ?) dûrent se replier précipitamment en perdant avec leurs amis, des milliers de femmes et d'enfants qui se firent hacher dans la jungle en partant de Cao Bang.  Ils attendirent depuis un an jusqu'à la dernière minute la vérité sur la situation (qu'ils n'obtiendront jamais). Du fait du fonctionnement hiérarchique propre au fonctionnement manichéiste jacobin, quand l'ordre des infantiles daté du 29 septembre 1949, arrive au colonel Lepage sur le terrain, celui-ci peut constater que ceux-ci ignorent même (ou plutôt font semblant d'ignorer) que depuis cette date la situation a évolué, et qu'il n'est plus question de passer par la R.C.4 et de tenir le village de Dong Khe. Il était également maintenu dans l'ignorance parfaite car il ne savait pas (ce qu'il aurait dû savoir depuis toujours), qu'il allait devoir maintenant tendre la main à la garnison de Cao Bang et devoir faire la jonction avec la colonne Charton tentant de venir de cette localité en se repliant.

  Donnons ici ce fait incroyable: alors que la propagande coloniale prétendait depuis toujours en métropole que les militaires pouvaient "naturellement" communiquer entre eux sans problème, les appareils radio de Charton n'avaient en réalité qu'une portée limitée, portées encore réduites par le relief montagneux et la végétation. Charton ne peut donc communiquer sa position à Lepage. On lui a donné l'ordre de partir à l'aveuglette avec femmes et enfants, non pas avec toutes les chances de son côté comme l'a prétendu la propagande officielle, mais avec aucune. L'ordre daté ment. Le 3 octobre à l'aube, Lepage estime que la colonne partie de Cao Bang ont parcouru de 15 à 20 kilomètres et doivent donc se trouver à proximité de Nam Bang (la suite sur le net).

  Les nouveaux français de l'époque (des personnes agées aujourd'hui) à qui, après leur avoir communiqué ce qui ressort des archives récemment ouvertes, l'Alliance a demandé leur sentiment, ont parlé d'une abomination. Ils ne comprennent pas comment l'armée française pouvait en réalité disposer de si faibles moyens. Ils croyaient que celle-ci avait les mêmes que les américains lors du conflit précédent. "Mais souvenez-vous" leur a-t-on répondu: "Ce qu'on ne vous a jamais dit non plus c'est que les présidents de la République étaient corrompus par les plus riches des colons qui possédaient des fortunes s'évaluant en milliards d'euros d'aujourd'hui. Même aujourd'hui vous ne verrez toujours rien sur ce sujet dans les soi-disant 'actualités' ! Comment voulez-vous que des présidents aussi visiblement corrompus pensent une seule seconde à l'armée et à ses besoins ?

 Donc l'armée n'était pas équipée de meilleurs matériels qu'en 1940, lorsqu'elle ne put faire qu'une prestation dérisoire ce que vous savez parfaitement. Et il faut se rappeler que Langson et Cao Bang n'étaient pas des villes principales comme Hanoï où il y avait des lignes fixes. Donc, tout concorde: même les petits état-majors des deux garnisons ne disposaient que d'appareils radio ridicules que leur avaient concédé les politiciens jacobins inféodés au manichéisme sourd et aveugle aux populations des deux bords, ils ne pouvaient pas communiquer à seulement environ 40 km de distance, ce qui paraîtrait une petite distance pour de tels appareils aujourd'hui. Vous confondez - vous les anciennes victimes de la propagande qui comprenez seulement aujourd'hui le rôle que vous aviez à l'époque, mais que les jacobins en exercice eux, voyaient en vous en parfaite lucidité - avec les téléphones portables (qui passent en dernier ressort par des relais satellites). Il n'y avait pas non plus de possibilité de relais radio par satellite ou avion. Et rappelez-vous, même les petits appareils talky-walkie d'aujourd'hui que l'on peut considérer comme à peu près comparables aux appareils dont disposait l'armée française à l'époque, ne peuvent échanger de messages à plus de quelques kilomètres. Pour que cela soit possible, dans certains modèles plus puissants, il faut des composants, par exemple des tubes (comme dans les valises de la Résistance sous l'Occupation) qui soient assez puissants, et des piles ou des batteries plus grosses pour les alimenter. Cela veut donc dire: cher (et peut être des matériels intransportables à l'époque): tout le contraire des chiches moyens accordés par l'admistration jacobine occupée ailleurs à se goinfrer des ressources des colons".

  Les nouveaux français de l'époque dirent que cela avait été un mensonge inimaginable, aux portées effroyables. Cela les révulse encore. Et ils disent aussi que "jamais on n'aurait dû faire cette guerre".

  Si vous n'avez pas compris les abîmes de mensonges qui ont été servis aux français par les hiérarques jacobins et qui se sont également perpétuellement retourné de façon sanglante contre eux (Indochine, Algérie, Afg. [quid ?], les résistantes et les résistants français, etc.), nous ne pouvons rien pour vous. La morgue et l'arrogance de l'époque, qui seront reprises bien plus tard encore par les américains jusque dans le 21è siècle, expliquent donc ainsi la plupart des événements tragiques, aussi bien pour les uns que pour les autres, qui se sont déroulés, et que les anciens "nouveaux français" percoivent ainsi. Les sages des pays du tiers-monde pensent aussi qu'il aurait suffit d'une petite dose de reconnaissance des capacités des "autres citoyens" (francophones) dans les années 1930 pour que tout continue harmonieusement: ce dont étaient totalement incapables les bourreaux jacobins (qui refusaient même ce droit aux français de souche) et autres catholicards manichéistes (6).

Causes de la guerre

   Voulant intimider le fondateur Hô Chi Minh, les jacobins qui se disaient français (les anciens français) font bombarder le port d’Haiphong. Cette attaque tua de nouveau encore environ 6000 personnes, jeunes gens, vieillards, femmes, adultes et enfants tous confondus. Ces événements marquent le début d’un conflit meurtrier pour les deux parties de populations sympathisantes l'une envers l'autre.

Les dernières tentatives de résolution pacifique

  Un seul esprit jeune (le général Leclerc) ayant auparavant cotoyé la libération des peuples pauvres compatit à leurs souffrances, en étant sans doute parmi ceux qui eurent les premiers la perception d'une entente modérante entre nations (du tiers-monde, mais parmi lesquels la France aurait pu avoir une place). Assis seul parmi les seigneurs sanguinaires jacobins, il ne fut jamais écouté.

Après le deuxième conflit mondial

  Après avoir été libéré, abreuvé de propagande mensongère, le peuple français à qui on ne laissait rien comprendre, ne voit pas (à part la C.G.T. et le parti communiste français) qu'on envoie une soldatesque de langue française venir de nouveau envahir l'Asie (7).

Le discours d'Indépendance
(partie écrite par la partie "adverse" - qui n'en est pas une en réalité selon l'Alliance - à qui on a proposé la parole de façon équilibrée)

  "Le fondateur responsable de l'idée d'Indépendance, Ho Chi Minh, constatant l'âpre volonté coloniale perpétuellement négative et les torpillages perpétuels des volontés d'indépendance et de libération des peuples par les colonialistes depuis les années 1930, appella les citoyennes et les citoyens du Vietnam à se battre (image: "Responsable de la libération des peuples - 24 Mai 1911").

 A l'issue de son discours d'indépendance, le souffle de la Révolution dans les rues autour de la place où il venait de parler fut tel [..] que toutes les citoyennes et tous les citoyens coururent dans toutes les directions en exultant de joie afin de commencer aussitôt à travailler nuit et jour à la Libération de tous les univers connus, des minorités et des peuples en esclavage, de la présence des assassins coloniaux, rapaces économiques ne donnant presque rien à manger aux femmes et aux enfants. Jusqu'à ce jour, notons cependant qu'il est des clans (8) qui se disent glorieux qui continuent à nier cette première des révolutions du Tiers-Monde, qui ne la mentionnent nulle part dans leurs soi-disant livres d'histoires, alors qu'elle est la source de la défaite morale des colonialistes et en même temps, et ainsi que la voit le tiers-monde, elle est sa première révolution Phare (avant celle d'Algérie) qui continue de défendre tous les pays qui le constituent et de leur donner leur droit d'exister nié par la propagande goebellienne jacobine, comme on l'a vu au Cambodge (les petits et grands jacobins unis appellèrent encore récemment "invasion" la libération du Cambodge des Khmers rouges par le Vietnam), et ailleurs.

   Les premier(e)s patriotes résistant(e)s sont des paysans et des journaliers employés aux travaux agricoles (les partisans bouddhistes en sandale, se contentant de quelques piastres et dormant sur une natte où le "bon dieu" [bouddha pour eux] leur trouvait une place, vivant selon la simplicité et le dévouement aux autres [mères seules,  enfants, etc.] ). Les jacobins les traiteront avec mépris comme la lie de la terre et les qualifieront selon les époques de vagabonds, clochards, sans-papiers [jacobins coloniaux, vichystes], etc. ).

  Ces "grands" messieurs (assassins) utilisent donc n’importe quelles armes pour essayer de continuer tant bien que mal l'Occupation illégitime.

  Malgré le fait que les jeunes partisanes et partisans soient en nombre inférieur et soient systématiquement torturé(e)s et assassiné(e)s dans les prisons vichystes au mépris de toutes les Lois et des "Communautés" qu'ils proclament "Internationales" (les vraies étant par exemple celles des Conventions de Genève), ils se défendent très bien contre les attaques coloniales sanguinaires. Les troupes coloniales qui ne servent que l'intérêt des riches, le problème est égal pour les deux peuples, occupent encore à cette époque toutes les villes et régions vitales du pays. Mais lorsque la végétation devient plus dense et que les zones deviennent plus difficiles d’accès, les Vietnamiens infligent de cuisantes défaites aux assassins payés par le régime de Vichy et ses successeurs vassaux qui n’ont pas l’habitude de se battre dans de telles conditions. L'assemblée des patriotes prend ainsi le contrôle de ces zones en y dirigeant l’économie, en régissant avec justice le partage des terres, en exerçant un contrôle de retenue sur la police, et en recommencant de faire enseigner naturellement l'histoire de l'Asie dans les écoles. Les affrontements interminables entre les paysans partisans et le belligérant jacobin ont lieu durant environ 4 années soit de 1946 à 1950".

Recherche d’une solution pacifique

   La France, rendue instable politiquement par les exactions monstrueuses de ses politiciens, doit négocier pour mettre fin à cette guerre. La clique politicarde de la 4e République qui la manipule pense présenter aux paysans vietnamiens "bouseux" une de leur marionnettes, qui serait capable de faire semblant de négocier et en qui les "vietminh" (diabolisés par cette appellation à l'époque par les troupes d'assassins) auraient confiance. L'infortuné Vinh Thuy est rapatrié de Hong-Kong de force. Chose oh combien surprenante, toutes les négociations se soldent par des échecs.

Internationalisation et règlement du conflit

  En 1949, la guerre prit une dimension sur tout le continent asiatique et URSS. La Chine et l'URSS, autres pays du tiers-monde, apportèrent  leur aide aux petits partisans tandis que les politicards et jacobins vichystes sans aucune morale (eux qui avaient déjà étranglé leurs propres militaires et commis un Srebrenica) essayaient maintenant de détourner les Américains vers d'atroces maneuvres pour tordre le cou au tiers-monde, sans se rendre compte de la portée de leurs actes. Les vélléités de la hideuse communauté manichéiste jacobine entraînaient déjà 2 continents vers la guerre, mais on présentait aux occidentaux des actualités idylliques comme jusqu'à aujourd'hui.

 Les Américains un peu simples, en entendant le discours faussement enchanteur des politicards maneuvriers retords de la 4è république, crurent de leur devoir d'apporter une certaine aide, mais malgré cela les troupes sont complètement déroutées notamment à cause de l’art d’un des colonels du petit pays, un dénommé Giap qui allait plus tard devenir général. Grâce (on ne peut pas dire "à cause", à cause des manoeuvres des policards jacobins contre les troupes) à ses initiatives stratégiques et ses plans d’attaque consommés, l'assemblée des patriotes accumule les victoires. Le conflit prend finalement fin en mai 1954 durant la "bataille" impossible de Dien Bien Phu (qui n'était en fait déjà qu'une répétition des conditions de la retraite de Cao Bang. Cf. Acharnement des politicards jacobins contre la France dans les moments difficiles). Le petit maneuvreur général jacobin (parce que bien en cour, mais n'ayant donc que des connaissances de nul tout comme ses maîtres) Navarre pensait attirer les paysans "bouseux" dans la cuvette de Dien-Bien-Phu dans un "pré carré" bien plat, pour les y massacrer tous: les experts du monde entier se sont demandés comment on pouvait penser gagner une bataille dans une cuvette sans en maîtriser les bords (procurez vous des sources pour bien vérifier que cette "tactique" "géniale", fut bien imaginée ainsi (9) ). Le camp adverse compris parfaitement la folie de ce "général" (10), qui tout à son projet meurtrier, ne voyait rien d'autre. In extremis les jacobins français (11), ces fous de la répression du tiers-monde, demandèrent aux américains la bombe atomique sur le Vietnam. Les USA refusèrent, à cause de l'engagement dans le champ de bataille de deux grandes puissances du tiers-monde. En France, les politiciens jacobins continueront indéfiniment de feindre de ne pas savoir pourquoi ce bombardement atomique ne put être déclenché et de taire les actualités d'Indochine, d'Algérie et de tous les autres pays du tiers-monde où ils opérèrent.

    Le colonel Giap (12) avait compris l'état d'esprit misérable des assaillants, et la disposition des lieux qui sautait aux yeux. Dès lors les résistants vietnamiens infligent une ultime et humiliante défaite aux maîtres esclavagistes et menteurs jacobins et aux mercenaires assassins à leur solde (45% de SS dans l'armée envoyée en Indochine) qui réussirent quand même à faire périr une dernière fois plus de 30 000 jeunes appelés à venir balayer les envahisseurs n'ayant aucune qualité. Ils capitulent sur le terrain (en paroles) après cette bataille.

   Le point final du conflit des troupes manichéistes surarmées contre les citoyens patriotes vietnamiens encore francophones, a lieu lors de la signature des accords de Genève. Mais le Vietnam doit accepter temporairement d'être séparé en deux au 17e parallèle, afin d'éviter aux bons français d'être appelés et de mourir par centaines de milliers ou millions inutilement, comme en 1914 (voir la menace des politicards jacobins qui se disaient français contre les négociateurs patriotes à Genève, d'amener sans limite des jeunes du contingent, ce qui n'était pas une menace mais une traitrise contre la France, géante cette fois-ci). L'assemblée des patriotes doit se contenter d'occuper temporairement la partie septentrionale tandis que les derniers seigneurs fantoches jacobins font occuper encore (illégitimement) la région méridionale du pays.

Film de Pierre Schoendoerffer (lien contenant une vidéo montrant la triste réalité. Attention à votre paramétrage de navigateur)

Conclusions possibles

   Cette guerre a prouvé au monde entier que malgré de moins grands effectifs, le sort des habitants de l'ile de Milo n'est pas inéluctable et qu'une victoire est toujours possible. Les partisans ont donné une leçon aux troupes meutrières lançées par les saigneurs jacobins durant cet affrontement qui semblait gagné d’avance, mais par l'incompréhension générée entre les peuples tous les peuples de la planète y ont perdu..

Biblographie

Du côté vietnamien

 Se rendre aux lieux des sources

Du côté français

Crouzet, Maurice, L’Époque contemporaine, tome 7, À la recherche d’une civilisation nouvelle, Paris, Presses universitaires de la France, 1957, 821 p.

Ndlr

A - Sans doute "de tous les temps" (jusque là), le Vietnam ayant reçu 7 fois plus de tonnage de bombes que durant le second conflit mondial. Etant donné la superficie plus réduite et le fait que les bombardements sur les européen(ne)s n'était pas sélectifs (déjà), on peut estimer que l'intensité du feu fut notablement plus intense au Vietnam et au Laos.

1 - (Autres sources en attente)

2 - Les petits jacobins ne faisant que suivre les grands jacobins Mac-Carthystes.

3 - Par exemple la même chose que si l'on passait d'une époque jacobine à une époque non-jacobine.

4 - Faut-il s'entêter à ne pas reconnaître une indépendance lorsque sur le terrain, la situation n'est déjà plus en votre faveur (des militaires comme le général Leclerc avaient déjà clairement soupesé la situation) ? La question reste posée. Voir Traîtrise des jacobins de Cao Bang (et ses conséquences sur la R.C.4).

5a - Temporairement. En fait, ce que souhaitait le citoyen Vinh Thuy était de constituer une armée vietnamienne (de droite, car il était bêtement "anti"-communiste comme ses maîtres jacobins manichéistes). Il recevra cette autorisation en 1951. Il serait donc apparemment devenu un traître comme le second employé rémunéré "président" Diem plus tard. Toutefois il avait commencé de se comporter comme le roi Norodom Sihanouk qui épargna des millions de vie à son peuple. On ne peut pas juger cet homme car il était trop impuissant. Son armée restera sous commandement français.

5b - Biographie résumée du dernier vrai empereur Duy Tan (prononcer Zuy Tan).
  Le Prince Vinh San naquit le 3 août 1899 ( 1900 pour certains) à Hué, au Viêt Nam, descendant direct du prestigieux empereur Gia Long, fondateur de la dynastie des Nguyen Phuoc. Il n'a que 8 ans lorsque son père, l'empereur Thanh Thai, accusé de folie, a été contraint par les autorités coloniales françaises, a abdiquer en sa faveur. Intronisé le 3 septembre 1907 sous le nom dynastique de Duy Tan, il a été le chef incontesté et aimé de son peuple. Son règne, 1907 - 1916, a été marqué par différents événements, tous relatifs à l'émancipation de son pays l'Annam, notamment la révolte de 1916 contre le Protectorat Français. Ayant pris la tête de cette rébellion alors qu'il n'avait que 16 ans, cette tentative a échoué suite à une trahison. Il a été déposé le 13 mai 1916 par le gouvernement français et déporté à l’île de La Réunion. En 1945, la France, par la voix du Général De Gaulle, a fait appel à lui pour rétablir la situation au Viêt Nam. Le 26 décembre 1945, Vinh San, le prince oublié, a trouvé la mort dans un mystérieux accident d’avion près de M’Baiki en Oubangui (République Centrafricaine). Aujourd’hui encore la question demeure " Qui a tué le Prince Vinh San ? " En avril 1987, grâce à la volonté de ses enfants et à l’aide importante du Président français Jacques Chirac, les restes mortels de l’empereur Duy Tan font l’objet d’une exhumation en Afrique et sont transférés à Hué au Viêt Nam. Une importante cérémonie marque l’événement et Duy Tan repose depuis auprès de ses ancêtres. Détrôné en 1916, il n’a jamais abdiqué, à ce titre, il demeure le dernier Empereur d’Annam.

6 - Voir l'image d'époque révélatrice - la croix crucifiante de tous les peuples de la terre (et emmenant derrière elle tous les pires manichéismes) - ci-contre: la lutte d'asservissement (et souvent au passage - d'extermination -) des autres peuples est encore associée (non démentie) par l'église catholique à la défense de sa secte. Ce dont s'affublent encore les jacobins colonialistes de l'époque et qui n'a rien à voir, ni avec le peuple français ni avec les peuples (ici indochinois) majoritairement bouddhistes ou musulmans. Il manque ici un chapeau conique sur la tête du soldat pour montrer notre respect à ces gens (car tous les peuples, en l'absence de propagande diabolisante, se sentent solidaires).

  Les "Annamites" ont fourni les 9/10è des victimes (avec l'exception de Cao Bang et des résistantes françaises torturées à Hanoï. On peut également noter que bien des jeunes français se rallièrent à la cause des autres paysannes et paysans qu'ils trouvaient vraiment similaires à eux).

 On peut aussi voir le massacre des jeunes français partant de Cao Bang dans une marche à la mort, comme le résultat des actions du groupe des catholicards et des gouvernements jacobins.

7a - Les jacobins sont au premier chef les bourreaux du peuple français et des peuples alliés depuis plus de 200 ans: près de 100 millions de morts en comptant notamment les diverses guerres napoléoniennes (près de 10 millions de morts) et les deux conflits mondiaux (plus de 70 millions de morts, dont 50 lors du deuxième conflit mondial). Les peuples colonisés sont mis à contribution, mais dans une part ne devenant inférieure qu'après le second conflit mondial (en comptant tous les peuples parlant français d'Afrique périssant soit sous l'esclavagisme, soit à cause des conflits dans les iles générés par Napoléon). Concernant le cas des peuples parlant français, l'Alliance pense que les peuples parlant français devraient se reconnaître plus solidaires qu'antinomiques, et évoque une "grande francophonie".

7b1 - Attention, à cause des séquelles psychologiques laissées chez les populations ex-françaises (au Vietnam et dans l'ex-Indochine), il est déconseillé de partir non accompagné(e). En effet, à titre individuel, bon nombre de jeunes occidentaux ont notamment souffert de (ce qui paraît être de) graves extorsions et abus de confiance en tous genres (les pertes - notamment en argent - sont réelles). La police locale contrôle désormais mieux les actes des mendiants, mais ne donnez jamais d'argent. Laissez faire les ONG en ce qui concerne les dommages corporels indéniables notamment dûs à l'agent orange ainsi qu'en ce qui concerne les blessures psychologiques, et ne restez que peu de temps [7b2].

  Contrairement à ce que professent nos gouvernements, du fait qu'aucun dommage de guerre n'a été versé pour aucune des guerres infligées unilatéralement dans les siècles précédents (ni aucune excuse faite), le ressentiment des peuples asiatiques (ainsi que bien d'autres. On pense ici à l'Algérie, aux pays africains, etc..) est immense. S'ils ne l'expriment pas c'est parce qu'ils sont bouddhistes, (musulmans, etc.), mais ils l'intériorisent (ce qui est sans doute pire à long terme). Nous n'avons que des gouvernements idiots et dont l'arrogance (l'imbécilité de continuer prétendre à ne pas s'excuser) datant d'une époque de colonialisme totalement désuète, est vue comme suprêmement insultante par la majorité de la planète (et nos gouvernements ne cessent pas de s'offusquer pourquoi tel ou tel pays a tel ou tel comportement "contraire à nos intérêts"). En continuant d'agir ainsi (de rendre les autres pays de la planète paranoïaques à notre encontre) nos gouvernements travaillent assidûment contre nos intérêts (économiques et autres) à long terme.

7b2 - Ils se comportent ainsi parce qu'ils pensent que nous sommes ultra-pourris. Donc ils se comportent de la sorte [vue de leur point de vue comme étant "à un degré moindre"]. Se rappeler qu'ils nous laissent la vie dans ces événéments (bien le remarquer). En effet, ne pas laisser la vie à quelqu'un renvoie les choses à un niveau totalement différent (et nos parents l'ont fait en ce qui concerne des millions d'êtres, femmes et enfants y compris). Mais est-ce vraiment important d'être considéré(e)s ainsi si l'on n'a rien fait de mal ?
 Nous pouvons considérer que relativement, nous formons peut-être une sorte de relativement "belle" telle catégorie parce qu'au contraire d'autres nous n'allons pas combattre Dieu s'il dit (s'il disait) que nous le sommes .. [7b3].

7b3 - 1/ Parce que nous faisons partie de peuples plutôt non manichéens. Et de toute façon, comment éviter lorsqu'on appartient à une tribu et qu'on a des ancêtres répréhensibles, qu'un jour ou l'autre certaines autres tribus vous voient ainsi ? Notre place n'est-elle pas enviable par rapport à d'autres peuples qui courbent "Dieu" pour faire croire qu'il ressemble et qu'il suit leur (répugnante [7b4]) image (et même qu'il les "bénit") ?

2/ - Il y a des démagogues qui eux le font ou ce qui revient au même, prétendent amener (courber) la volonté de Dieu à voir .. par leurs yeux et par .. leurs sens.

7b4 - C'est déjà du manichéisme de parler ainsi. Voir ici.

8a - Le clan Jacobin tortionnaire des français.

8b - Du côté du camp ultra-manichéisant menteur et assassin mac-carthysto-jacobin, on appellera encore au 21è siècle les peuples du tiers-monde à se libérer .. sous le joug des démocraties jacobines (à choisir le "monde libre" de commettre toutes les exactions et génocides possibles ailleurs que chez soi, et chez soi aussi, en abreuvant les citoyennes et les citoyens de mensonges).

8c - Ou de responsabilité partagée de la planète, notion pas encore admise par les régimes jacobins au début du 21è siècle.
 On voit de nouveaux films dans le quart le plus infernalement nationalo-jacobin, traitant de "terroristes" des citoyens en faveur que chaque peuple reste chez soi. L'avenir risque de n'être pas triste. Est-ce que toutes les citoyennes et citoyens américains iront en prison ? Les autres peuples commencent à s'inquiéter.

8d - Cherchez l'intrus dans cette photo (regardez le timbre). Ne ressemble-t-il pas à Lincoln ?

8e -  Les analystes classiques appellent pudiquement cela "les mystères des démocraties jacobines". Il n'y eut qu'une ou deux organisations non-jacobines en France, la CGT notamment, pour dénoncer le mensonge permanent des démocraties jacobines.
  Nous avons montré que c'est bien pire que cela. Dans le cas des régimes hyper-présidentialistes jacobins, la fausse cohésion (massacrante) est basée sur les traîtrises permanentes des maîtres jacobins envers les populations.

9 - Une pensée de débiles mentaux.
   Les théoriciens de l'Alliance ont fait des recherches afin d'essayer de comprendre la pensée jacobine.

10 - Entre les assez nombreux généraux de l'époque, il y a avait un abîme de différence entre leurs qualités.
 Les plus petits ne méritaient pas le grade de "général". Ils auraient tout juste été des techniciens militaires et c'étaient de plus de petits éxécutants complêtement serviles.
  Au plus haut de l'échelle, dans un autre monde donc, on trouvait un Général Leclerc qui dès 1945 (soit près de 10 ans avant Dien Bien Phu) avait prédit la tournure des événements. Bien entendu, Leclerc fut évincé.
 Sous les épaulettes extérieures apparemment les mêmes, il n'y avait aucun rapport entre les contenus des hommes.

11 - Ces traîtres à la France. Voir Traîtrise des jacobins de Cao Bang (et ses conséquences sur la R.C.4).

12 - Qui parlait excellemment le français comme tous les francophones.

  Les tortionnaires n'avaient pas l'habitude de se "battre" hors des géoles infectes de Hanoî et autres villes, où ils torturaient les résistantes et les résistants attachés.

(liens et images vers anciennes prisons vichystes en Indochine encore visibles de nos jours, sous réserve d'autorisation)

Voir pour l'instant ici