Genre d'érection en hauteur

(peut-être de l'enfant rendant visite à la clinique où était soigné son parrain ?)


























 
 

A noter que ces photos concernent les ilots Dokdo (leur nom actuel du côté coréen), autrefois appelés rochers de Liancourt

Il ne s'agit pas de vouloir introduire une volonté sournoise d'annexion, mais plutôt peut-être de rappeler une analogie ancienne (voir cette carte) comme entre la baie de Rhodes et la baie de Busan, aussi belle l'une que l'autre, et qui pourraient avoir charmer à égalité certains navigateurs
























































































































































 
 
 
 

  Avant 1849 il n'y a pas de document de la part des jacobins robespierriens selon lesquels des navigateurs français auraient pu aborder auparavant la Corée (voir du côté hollandais en ce qui concerne d'autres grandes iles proches ici).

 Etant donné l'état de la connaissance du monde par les diabolisateurs papalistes et des consorts que nous venons de mentionner (qui jugeaient les uns et les autres que les diabolisations remplaçaient en grande partie toute connaissance sur terre) il n'y a donc rien d'exclu qu'une partie de flotte templière rescapée ait pu passer dans les parages auparavant (la carte ci-dessus où l'on voit également les rochers de Liancourt ne remonte qu'à l'Indochine).

 Ces ilôts "rencontrés dans la mer immense" (dixit fragments internes), très peu étendus en superficie, déjà enregistrés en retard du côté métropolitain (un peu à cause du secret aussi) n'avaient donc de plus, aucune chance d'être recensés avant 1633. On les retrouve dans des cartes coréennes depuis le 6e siècle mais ils étaient sans aucun doute connus oralement ou à l'aides de tableaux tressés (voir techniques de navigation micronésiennes) depuis les premiers temps de la Corée (voir arc des migrations venant du Sud vers les côtes asiatiques et les arcs inverses). Des navigateurs occidentaux auraient donc pu rencontrer des asiatiques bien avant l'époque du baleinier Le Liancourt (voir sources wikipedia et ici).
 
 
 
 
 
 
 
 

 Cette mer avait déjà été traversée en tous sens de nombreuses fois auparavant, pour qu'un jour ils furent aperçus dans la brume par des navigateurs a-manichéens et appréciés pour leur beauté.














Les rochers de Liancourt
(Dokdo en Coréen)

   Les rochers de Liancourt est le nom sous lequel les navigateurs français connaissaient Dokdo ("île lointaine" ou "île rocher" en coréen), qui serait l'ile vers laquelle l'écorce rémanente de Nara (cf. apsaras vertes) serait venue se reposer (cf. sa résurrection ensuite).

   Ce nom vient du baleinier français Le Liancourt qui, parti du Havre, le croisa pour la première fois le 27 janvier 1849. Il y avait déjà une séparation entre les forces jacobines gouvernementales et la résistance à l'époque, ce qui fait que les glorieux navigateurs ne purent être mis au courant de rien par la résistance.

  Les forces vichystes qui étaient présentes en indochine et qui s'apparentaient aux forces d'extrême-droite, ont commençé de mentionner ces ilôts sous le nom de Takeshima. En fait le gouvernement japonais se trompe complètement. Il croit se faire l'écho des sentiments du peuple, mais celui-ci a la nostalgie d'autres ilots beaucoup plus au nord relevant probablement du mythe de Solengard (voir lien plus bas). C'est là, selon les imaginations les plus folles (cf. opinion de l'Alliance), que les japonais auraient jadis rencontré des chevaliers étrangers et très étranges [1].

   C'est de ces ilots que le colonel vert de la résistance, préparé et soutenu par les forces Nara et les apsaras vertes (qu'on suppose être des apsaras animées par un souffle marin vert-[bleu] ou Qi marin muni de pouvoirs) serait parti pour lancer à titre exceptionnel l'opération de sauvetage d'un pitoyable pseudo-colonel du "monde libre" prisonnier en Corée du Nord (histoire transplantée dans les média oxydants dans une version transformeuse de la vérité et flatteuse pour les forces asociables dans les films tels que "Meurs un autre jour"). Le colonel vert était le seul qui pouvait effectuer cette opération, les forces alliées étant paralysées. Il ne faisait que diffuser notamment la pluralité de droit d'existence auxquelles ont déjà droit toutes les minorités dans un pays socialiste idéal (et sur la planète ayant plus tard majoritairement basculé dans la tolérance, par extension). Par ailleurs cette région socialiste pacifique préférait sans doute qu'un élément ultra-capitaliste psychologiquement instable et pouvant provoquer des troubles par ses appels délirants au manichéisme (la séparation artificielle entre un bien et un mal) soit renvoyé dans son pays d'origine. Aucun pays ne souhaite des comportements irresponsables envers la population.

  La position de l'endroitaborda de nuit le jeune être recueilli par les fondateurs en mer de Chine n'est pas connue (Dokdo n'est qu'une soeur approchante de l'ile où retourna Nara, dont l'Alliance ne révêle pas si elle a été une amie de Marguerite Duras ou non. Voir rencontre de cette dernière avec le colonel, sur la plage pas loin de chez elle. Il lui fit remarquer: "Comment se fait-il que vos dirigeants vous dépouillent ainsi ?". Cf. Indochine x2, le film tourné par le parti).

  La mère de l'Alliance parlait souvent de Liancourt [2].

 (à l'attention des lectrices et lecteurs coréens et japonais) Liancourt est un petit village près de Versailles en France (photos en attente).

Voir également

L'ile de Solengard

Pistes vers l'empire de la lune

Evénements de jadis de la KillMartin (lien approchant ici)lors de la préparation pour le départ vers les T.P.C.

Ndlr

A1a - Après l'Indochine, résumé des passations des iles Samoas :

 Comme expliqué par ailleurs il faut chercher la version non-diabolisante ou à défaut la moins diabolisante possible. Il serait ainsi facile de présenter par exemple ainsi les choses : "les jacobins voleurs et la bouche pleine de propagandes, tout aussi nuls dans le domaine maritime que le prédécesseur royal ayant pour premier ministre Richelieu [A1b] .. etc."

  Ce ne serait pas entièrement faux [A1c] mais ce serait diabolisateur après une première introduction déjà tendancieuse. En effet, c'est plutôt suite à des aléas de l'Histoire [A1d] qu'à la suite de Hiroshima les iles Samoas, auparavant sous protectorat allemand désormais honni, tombèrent dans l'orbite des Etats-unis [A1e].

  Donc on peut dire en remontant un peu plus haut dans le temps que c'est un peu à la suite d'un concours de malchance que des relations purement culturelles [A1f] diffusant l'humanisme à la française ne purent s'instaurer entre la France et les Samoans. En effet, la tentative de la Pérouse qui disparut inexplicablement marqua durablement les esprits et stoppa les initiatives de style humaniste (expéditions uniquement scientifiques) en faisant craindre les pires situations ou rencontres "à l'extrémité de la terre". De ce fait, d'autres nations (l'Allemagne, puis les états-unis) s'y installèrent les siècles suivants. Comme on peut le constater cette version n'est pas diabolisatrice et se contente de rappeler à fin qu'on ne peut pas demander à un chat d'être un chien..

A1b - Et donc tout prêts à ne pas pouvoir s'opposer au dépecage de la France maritime par d'autres coquins matois, ceux-là mêmes qui arracheront les iles Samoas à la bienveillante protection de l'empereur de  Prusse ..

A1c -  La partie concernant la métropole est exacte, Richelieu eut une réelle stratégie géomaritime mais ne fut pas suivi .

A1d - Voir la folie de sauvagerie inouîe de l'extrême-droite japonaise qui en pratiquant en Chine des vivisections sur des êtres humains vivants et qui ayant chauffé à blanc 2 millions de japonais dans des milices quasi kamikaze destinées à repousser le débarquement des troupes libératrices, fit craindre le pire en termes de pertes de vies humaines dans les rangs des jeunes aussi bien américains que des jeunes générations japonaises.

A1e - Certains diront : "mais ils s'accaparèrent quand même de terres qui n'étaient pas à eux !".
Rép - "N'exagérons pas, ce ne sont quand même pas des gens armés de pure philanthropie ou des bouddhistes".

A1f - Le terme ne sera inventé que bien plus tard, nous ne sommes pas entièrement naïfs là non plus.

B1 - Attention, ceci n'estr qu'un aperçu des supputations des analystes de l'Alliance [2010] en l'absence de toute version officielle concernant ces événements jusqu'à une certaine date.

 Les textes familiaux de familles phéniciennes semblent indiquer qu'après avoir vu en ces ilôts et baies des alentours des similtudes avec des homologues familiers (voir baie de Rhodes) ils mémorisèrent ainsi l'existence de ces endroits maritimes. Pour l'époque toutefois, ils étaient à une extraordinaire distance de leur emplacement supposé par rapport à d'autres sources(voir aussi [B2]).

B2 - L'année à passer en question (qui pourrait être une année de s.) dans le calendrier traditionnel utilisé par le moine incorporé à la famille Pierre (et qui semble avoir été celui rencontré par Mohammed) ne peut pas trouver d'écho dans le calendrier grégorien entièrement décalé (pour au moins deux religions [d'avant l'Hégire], ces années s'ancrent plus facilement dans les calendriers actuels une fois réajustés [qui redeviendront ainsi vrais]). Ainsi pour décrire que la division ternaire [selon les valeurs calendaires de l'Alliance] d'une séquence grégorienne composée uniquement des 3 premiers chiffres ne souffre d'exception qu'au 3è rang, le département Analyses de l'Alliance en a été réduit a indiquer d'autres relais (valeurs indiennes, etc.). Par exemple, son chiffre se trouverait indiqué tout à fait fortuitement par un absolu (d'origine indienne) sous forme de delta, ou encore (calculs arithmétiques à la façon [..] ) ne diffère que du nombre officiel de navires de la flotte d'un de ces relais indiqués (les réutilisations de valeurs pourcentages en valeurs absolues a été évité jusque là).

1a - A la peau claire et aux "longs nez".
  Ceci renvoie à la légende plus ancienne ayant précédé celle des 18 galères (19 avec l'embarcation des nautonniers) [2].

2a -  Il ne s'agit pas ici de l'histoire du baptème du baleinier. L'alliance aurait même baptisé cet endroit Sol[..]gard (Solkengard [2b]) en hommage à la désolation de la mère de Marguerite Duras. Il s'agit de l'histoire vraie de lieux et d'une époque révolue de France (mais aussi d'Afrique, voir la douce Enghi), racontée dans ces pages (aperçu de la famille Pierre/Boutros/Peter/Petrus ici).

2b - Nom composé qui proviendrait de SolkenGahr (le D final [omis ici] provenant des templiers, et sans doute la francisation S rappelant le soleil également [sous l'influence des religions du soleil de certains pays de la région. Nommément Japon et Corée] ), Garh étant à la fois un préfixe de nom bengali et une partie de nom palestinien.

2c - Selon les époques et les fluctuations des langues, et avant les templiers, les prêtres Celtes prononçaient sans doute le k de Tolken. (la prononciation T-s est fréquente dans la région. Ex: le nom Tseu HI. Les uns [les extrême-orientaux] ont donc plutôt entendu un S et les autres [les celtes et les templiers] plutôt un T).

3a - (sans l'europe suivant placidement sans trop comprendre le sens des mots), le "monde" (se sentant) libre (déchaîné contre les pauvres n'ayant aucune défense, femmes, enfants, etc.).


  Ci-contre une autre image putative du colonel Neu Verso, dans un des nombreux couloirs situés entre de multiples parois protectrices géantes menant à des salles de repos, des aquariums d'observation, etc.. , Les parois géantes étaient entièrement tapissées d'une mousse spéciale sur plusieurs dizaines de mètres d'épaisseur ce qui rendait le vaisseau cocon insubmersible [3a2]. Il était assez grand pour être securisant [3a3]. Toutes les parois intérieures étaient également doublées de mousse ou à la rigueur de revêtement élastique. Il y avait des parcs à jeux pour les enfants, des ponts pour les jogueurs et jogueuses, etc. .

 Un enfant demanda - "Mais pourquoi était-il si grand ?"

Un responsable - "Le vaisseau était prévu pour être un monde à lui seul, de façon à être vivifié par la mer et être vivifié en retour tout en échappant aux abrasions et aux risques de la surface de la terre. Du fait de sa suface aussi grande qu'un lac, il pouvait converser avec les espèces marines, connaître les stress des espèces et participer à leur corrections [3a4]. Il fallait donc qu'il ait de la place pour pouvoir abriter plusieurs laboratoires échangeant les dernières découvertes avec les instituts et les alimentant en données".

(le responsable devant l'écran de projection, passe à un autre slide)

 Plusieurs décennies plus tard, un pauliste s'étrangla de rage en lisant ce fragment et dit - "Vous prétendez qu'il ne s'agissait que de ponts pour le jogging alors que nous avons entendu et décodé tous les dialogues que vous pensiez secrets : en réalité ces pistes en tartan étaient parallèles à des pistes d'atterrissage. Vous êtes des terreauristes".

 Un analyste de la salle - "Les lectrices et les lecteurs auront noté par eux-mêmes que les manichéistes parlent toujours de pistes "d'atterrissage" et non "d'envol" comme si les visiteurs étaient pour eux toujours destinés à devenir des otages et à ne jamais repartir. Ceci discrédite complètement l'invention sordide du manichéiste qui prétend avoir "entendu" [mais il n'aurait pas écouté bien sûr] et même perçé les (et non "des" seulement) secrets de l'Alliance. Et après cela il dit qu'il n'est pas terrorisant pour les enfants. Mais nous savons tous qu'il n'aurait aucunement besoin de "percer" des secrets s'il vivait pour le monde des enfants et leur laissait une place comme une tribu normale parmi les autres tribus.

 (un autre cadre prenant la parole pour les enfants)

  Cadre - "Vous avez pu également voir que leur pensée ne contient pas la moindre idée d'avoir des échanges avec autrui et d'avoir des responsabilités de maintenance et d'entretien de bonnes relations. Par conséquent leurs sous-marins sont petits (comme leur pensée), ne contiennent que des parois à angles vifs et n'ont pas assez de place pour contenir des mécanismes de sécurisation, même pour leurs pauvres jeunes sous-mariniers. Nous ne sommes pas contre les petits sous-marins bien entendu. Mais comme toutes les sociétés tribalistes (comme sumer, etc.) tellement préoccupées de produire des engins contondants pour la mort d'autrui qu'elles ne se préoccupaient même pas de la santé de leurs guerriers, leurs productions sous-marines s'apparentent plutôt à des boîtes d'acier plongeantes et à des cercueils. Vous avez pu aussi remarquer qu'il pense "chemins de traverse entre les avions utilisés comme chemins de jogging" mais se garde bien de parler que selon lui il s'agit de tunnels réutilisant pour les arrivées et les sorties de grands tubes lance-torpilles comme il en produit. Il est clair qu'il connaît la différence fondamentale entre les deux types de productions : l'une qui ne peut avoir comme conséquence que la mort des enfants et des faibles (même si une torpille ou une bombe tombe par erreur d'une soute mal fermée sans exploser, elle tombera un jour sur la tête d'un enfant par qu'elle aura commençé à être produite), et l'autre qui en étant totalement orientée vers leur profit et leur développement, et en étant également patiente et persévérante, ne peut que récolter au moins un certain pourcentage de succès.

Enfant - "Mais ont-ils vraiment existé ?"

Parrain - "Oui. Entre les 16è et 21è siècle, entre les périodes d'esclavagisme, de massacres de minorités comme les indiens d'amérique, de non intervention consentante lorsque des génocides se perpétraient dans des camps de concentration alors qu'ils savaient très bien bombarder leurs alliés comme en France, ou de meurtres de masse à grande échelle chez d'autres tribus (Corée, Vietnam, Laos, ..), au total ils ont perpétré des meurtres sanglants par dizaines, voire centaines de millions de personnes dont la moitié en mères et enfants. Pärtout ils suivirent l'exemple de leurs maîtres (les paulistes) qui crucifiaent auparavant les peuples au nom d'un assemblage à tenon et mortaise en forme de croix dont ils s'enorgueillissaient".

 Image ci-contre : il est pourtant facile de concevoir des inventions dans une vue bonne pour les enfants.

3a2 - Et accessoirement  de permettre d'emmagasiner de l'énergie pour des piles à combustibles inépuisables et sans danger.

3a3. Mais il paraît toutefois que dans notre monde le nautilusque n'apparaissait que comme un nano-vaisseau [3a3b] car il maîtrisait des propriétés de Kaluza [3a3c].

3a3b - Maintenant que nous avons connaissance de vaisseaux furtifs, était-ce sa "signature" sonar ? Autrefois, il n'y avait aucun moyen de ce faire une idée derrière ce genre de description.

3a3c1 - On voit bien qu'il ne faut jamais diaboliser une situation quand on n'en possède pas les éléments. Les malheureux petits marins descendants de la Louisiane pourraient par exemple s'être malencontreusement cognés au vaisseau à un moment où celui-ci commençait déploiement dans notre matérialisation de monde. Le monde manichéiste est malheureusement opaque et nous en sommes réduits à supputer.

3a3c2 - Aspect métaphorique (très lointain) de structures d'espaces possiblement exercées par le vaisseau.

3a4 - Exemple 1 : Réacteurs fabriquant de la nourriture

   Exemple 2 : Etudes et mises en place de mécanismes positivants pour l'environnement (coraux, espèces, ..)

Exemple 3 - Travaux scientifiques de résistantes protégeant les enfants

Un des enfants ayant écouté la conférence
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 


Carte de Corée avec rochers de Liancourt
Carte de corée et histoire de Liancourt du côté français
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

   En mars 2005, le HMS Tireless de Grande Bretagne participait à des tests dans locéan Arctique en compagnie dun sous-marin U.S., lUSS Alexandria  .

  Ces tentatives avaient pour objectif de tenter de se démontrer la capacité de garantir laccès aux eaux territoriales [1]. Des opérations malheureusement marquées par le décès de deux membres de léquipage du HMS Tireless (photo ci-contre). Une explosion meurtrière a touché ce dernier qui naviguait avec IUSS Alexandria.

Attention toutefois, même si la version officielle est que cela arriva "lors dune explosion liée au réseau de purification de lair du HMS Tireless" est inhabituelle [2], vous ne devez pas penser automatiquement que c'était plutôt pour dissimuler [3] que cela concernait en réalité le second navire [4].

Ndlr

1 - Curieusement c'est surtout valable pour le premier puisque la grande-bretagne a appartenu à l'europe parmi les premières nations.

2a - On veut assainir quelque chose, mais il faut introduire les vocables "explosions", "terrorisme", etc.

2b - Selon la version U.S., "les problèmes ne provenaient que de lui".

3 - (que ce ne pouvait qu'être) dû (qu") à, comme l'ont dit certains d'entre vous.

4a - Invincible, etc., cela va de soi (selon les termes ultra-manichéens habituels uniquement destinés à subjuguer les foules).

4b - Par exemple assez incapacitant, comme vous avez cru pouvoir le déchiffrer après étude de ses caractéristiques. La version des analystes pour venir en aide aux amis britanniques désorientés, n'est pas divulguée.